Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
moimoi2
Passionné(e) de JdL
Messages : 276
Inscription : 05 mars 2016, 17:26
Localisation : France

Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par moimoi2 »

Hello tout le monde, voilà une petite intro à notre RP qui fait environ 120 pages. Cette intro se passe après les évènements principaux du RP, c'est une sorte d'accroche pour l'histoire. J'espère que ça vous plaira !

-------------------------------------------------------------

6 mois après leur "long voyage" …

Sophie, une jeune rousse de 25 printemps n’oublia jamais son « séjour » dans l'école qu'elle détestait tant. Plusieurs mois auparavant, durant une exploration d'une école abandonnée depuis plusieurs années, elle et ses 3 amis furent enlevés pour être formées de force dans un pensionnat tenu par des esprits complètement pervers. A dire vrai, elle doutait chaque jour d’avoir réellement vécu toute cette histoire dans cet "autre monde". Elle se demandait si elle n'était pas folle et qu'elle avait inventée toute cette histoire.

Sauf qu’Ellie, Stéphanie et Lucas (ses meilleurs amis) en parlèrent plusieurs lors de réunions de leur groupe après leur retour chez eux. De plus, la combinaison en simili-cuir avec laquelle elle était revenue était toujours rangée dans l’une de ses armoires, afin qu’elle soit sûre que tout ceci ai réellement existé.
Cependant, ils n’avaient jamais pu en discuté en dehors de leur cercle d’amis car dès qu’ils essayaient, une sorte de mutisme les en empêchaient et un malaise pointait le bout de on nez. C’était presque tant mieux car, personne ne pourrait les prendre pour des fous ou des mytomanes.

Depuis cet évènement troublant, elle avait mis de côté cette histoire et a trouvé un petit ami se nommant Alexandre. Ils étaient dans les débuts de leur relation amoureuse et pour l’instant, tout se passait bien. Elle était heureuse dans sa vie de jeune adulte tout juste diplomée : premier appartement seule, premier travail fin bref tout allait pour le mieux !

Mais, lors d’un soir, tandis qu’elle était seule chez elle attendant son nouveau petit-ami, elle découvrit bien vite que certaines personnes de "l’autre côté" ne l’avait pas oubliée.

Elle ne savait pas pourquoi, cette journée là l’avait éreintée plus qu’à l’accoutumée. Il faisait déjà nuit en ce début de soirée d’hiver. Sophie, munie d'un pantalon de sport et d’une brassière s’assoupit dans son canapé.
Elle ne le savait pas mais, son calvaire allait redemarré sous une autre forme ...

Toutes les lumières s’éteignirent progressivement et quelques minutes plus tard, un bruit vif la réveilla en sursaut. Elle fut étonnée de se retrouver dans le noir : elle ne se souvenait pas d’avoir tout éteint et d’avoir fermé les volets !

Maugréant pour elle même tout en se releavnt, elle actionna l’interrupteur le plus proche pour éclaircir la pièce mais celui-ci ne fonctionna pas. Interloquée elle mit la lampe torche de son téléphone et voulut changer de pièce pour accéder au tableau électrique. Surement les plombs qui avaient encore sautés.

Arrivée à la porte, cette dernière se referma aussitôt dans un grand claquement avant que Sophie n'ai pu actionner la poignée !
Un petit rire se fit entendre dans la pièce. Non, deux rires. Deux jeunes femmes. Elle fut térrifiée.

- Qui, qui êtes vous ?

Une tape sur ses fesses la fit sursauter et elle se retourna d’un coup.
-Sophie, pourquoi nous avoir quitté si tôt ? Ce n’était pas très gentil de ta part …
Ces voix, elle les reconnaissait ! Il s’agissait de deux anciennes « dominantes » de ses souvenirs. Et ils dieu savait qu'ils n'étaient pas agréables ...

-C’est, c’est impossible bégaya t'elle ! En passant ce portail, nous étions définitivement coupé de cette école !
-Ah bon ? C’est inexact.

Brusquement, deux cercles de fer s’enroulèrent autour des poignets de notre jeune adulte et ces derniers furent maintenus vers le plafond. Elle était presque sur la pointe des pieds tellement que ses bras la tiraient.

- En fait, on ne peut plus te ramener chez « nous ». Mais comme tu n’as pas totalement finit ta formation, ton esprit reste perméable à nos attaques lors de certains moments de l’année. Donc à chaque fois, on reviendra vers toi te rappellent ta traitrise.
- Au ssseeccouuurrsss !!

Les filles ricanèrent. Elles apparurent en forme fantomatique mais leurs traits étaient visible.
- Personne ne t’entendra crier ma jolie. On a pu isoler phoniquement ton appartement vois-tu. Malheureusement on manque de temps donc on doit faire vite !

Une troisième personne, tout aussi fantomatique vint derrière elle pour la ceinturer de ses bras. Vu la force et la carrure, c’était surement un homme !

De force, ses tortionnaires lui enlevèrent son pantalon et sa brassière. Elle se retrouva quasiment nue face aux 3 agresseurs.

- Dis voir Sophie, apparemment tu as gardé un souvenir ? fit-elle en montrant le catsuit.

Voyant ou elles voulaient en venir, Sophie voulut se dégager à coups de pieds mais ses coups ne rencontrèrent que du vide.

La suite se devina facilement malgré une petite touche d’originalité : une clé fut scotchée sur la plante de son pied, une pair de collant noir lui fut imposée avec des gants en nylon avant le catsuit en lui-même. A l’aide de l'homme, les filles purent le lui enfiler même difficilement sous ses cris stridents.

Sans aucune zip, la tenue lui recouvrit le corps jusqu’au haut de son cou. Elle fut simplement mais efficacement bâillonnée : un morceau de tissus lui obstrua la mâchoire suivi d’une plaque de plusieurs tours de tape noir. Ils prirent bien garde à soulever sa chevelure au niveau de sa nuque pour plus d’esthétisme et cachèrent le tape sous un beau foulard de couleur émeraude, comme ses yeux. Un bandeau noir lui bloqua la vue. Elle sentit comme un collier entourer son coup. Elle entendit également un cadenas se refermer sur le mécanisme à l’arrière. Par contre, une nouvelle fermeture éclair apparut à son entrejambe et un autre cadenas se referma dessus. Elle fut étonnée, même ici ils arrivaient à utiliser leurs facultés, elle le savait : c'était très difficile donc elle avait peu de chance de leur échapper !

En un rien de temps, elle fut saucissonnée comme il se le devait. Ses bras finirent en boxtied avec de longues sangles en cuir. Le tout formait un jolie harnais. Les noeuds étaient tous sécurisés par des cordes bien ficelées.
Pour finir, des chaussures à hauts talons se glissèrent à ses pieds. Des boucles de fer se refermèrent reliée à deux chaînes parralèlles. Un écart de 30 cm environ se fit voir entre ses deux chevilles. Sophie gémit, elle ne voulait pas revivre le même cauchemar ! Elle fut amenée au beau milieu du salon et de force, ils lui lièrent son torse sur une chaise à haut dossiers. Une boucle de corde se forma au milieu des chaines de ses chevilles et se relia aux pieds arrière de la chaise. Ce qui lui laissait que très peu de marge de manoeuvre.

Le garçon en profita de ses mains baladeuses. Satisfait des cris étouffés il caressa le visage de Sophie.

- A plus tard ma belle.

Juste après ses paroles, deux coups cinglèrent ses cuisses. La rousse gémit de douleur mais resta sur sa chaise.

- On a laissé une lettre à l’intention d’Alexandre. Je pense qu’il sera ravie de te voir ! Hahhaa

Sophie rougit d’embarras, qu’avaient-elles préparées ?

- Ne t’en fais pas, il s’occupera très bien de toi … Maintenant on doit rendre une petite visite à ta copine Stéphanie. Quant à Ellie, elle, elle en bave déjà depuis plusieurs heures. Chacun son tour ! hihihihihi .

Ils disparurent tous de la pièce. Elle se débattait dans ses liens mais rien à faire. Qu’allait-elle dire à Alexandre ?? !!! Il ne fallait pas qu’il la découvre dans cet état !! Et surtout, comment prévenir Stéphanie et Lucas ?

----------------------------------------------------

Alexandre, pressé de voir Sophie fut surpris de trouver la porte d’entrée entrouverte. Intrigué il entra en s’annonçant mais n’entendit rien hormis un petit bruit. Il ferma la porte derrière lui. Il alluma la lumière, déposa son blouson et traversa le couloir pour arriver au salon.

-Soophhiiiee ! C’est mo.. ah ben merde !
Il venait de se rendre compte que Sophie, ligotée et bâillonnée dans une tenue plus que Sexy se trouvait devant lui à quelques mètres. Elle gigotait sur sa chaise sans parvenir à se faire comprendre ni à s’en sortir seule. L’excitation monta en lui en un rien de temps en remarquant tout l'attirail autour d'elle. Il la cotempla une bonne minute avant de reprendre ses esprits.

Il remarqua qu'une lettre était posée par terre juste devant lui. Il la ramassa et la lut à voix haute.

« Alexandre,

Sophie rêve depuis peu d’une relation un peu plus dynamique entre elle et toi. De nature plutôt soumise et ouverte au bondage, nous l’avons aider à la rendre désirable rien que pour toi ce soir avec son accord. Elle a eu du mal à se lancer sache le mais elle se sentait prête (je l'avoue, on a serré fort les liens vant que tu n'arrives).

Un cadenas enferme son collier et un autre la petite fermeture éclaire qui t’intéressera forcément à un moment ou un autre. A toi de les trouver, cela fait partie du jeu. Elle sait ou se trouve l’un des deux mais si tu souhaites lui parler, fais en sorte qu’elle se taise rapidement, elle est insupportable lorsqu’elle se fait ligotée même de son plein grés, on en sait quelque chose !

Amusez-vous bien petits coquins. Vous avez intérêts !

Stéphanie et Ellie »

Alexandre n’en croyait pas ses yeux. Il en avait de la chance ! Ignorant les gémissements de sa chère et tendre, il voyait bien qu'elle voulait dire quelque chose, il fit le tour de la chaise tout en caressant sa conjointe. Elle surssauta et sa respiration se fit plus rapide.

- Sophie, comme tu l'as entendu, je viens de lire la lettre. Tu aurais pu m’en parler avant ce soir mais sache que j’apprécie beaucoup cette petite surprise et la confiance que tu me témoignes. Je comprends que tu aies eu du mal à te lancer mais ne t’en fais pas, je ne serai pas brusque fit il en chatouillant les hanches de la jeune femme.
Celle-ci, reconnaissant bien Alexandre fut à la fois soulagée mais aussi pressée de s’en sortir. Il n’allait pas la laisser là tout de même ?

-PPhmmm !!?
- Je ne sais pas depuis combien de temps tu es ici exactement mais si j'en crois Stéphanie, tu es là depuis peu de temps. Tu vas donc attendre encore un peu avant de parler. En plus, Stéphanie me dit que tu dois rester bâillonnée et je suis d'accord avec elle. Si tu râles, tous les voisins vont t'entendre ! Je suis tout aussi pressé que toi de tester les jouets à côté de toi petite coquine.

Désespérée, Sophie voulait lui faire comprendre que c'était un piège mais mission impossible ! Elle le savait au fond d'elle, elle avait perdue ...

-Mpphmmmmmmmm !!! essayea sophie en faisant non de la tête.

- Je te l'ai dit, j’ai tout mon temps. Une fois que je trouverais les clés de cette petite chose on pourra s’amuser avec ce que je vois à côté de toi.
Il tâta vers sa partie la plus intime et elle sentit la fermeture éclaire. Un petit cadenas fermait le tout !

Mais lorsqu’il la caressa de nouveau sensuellement, elle ne put retenir des signes d’excitation qui confirmèrent à son petit ami qu’elle avait plus ou moins tout prévu. Elle par contre, savait de quoi exactement il en retournait elle compris à cet instant l'objectif de ses tortionnaires : bien qu’ils ne puissent plus l’enlever, ils veulent faire en sorte de la faire passer plus ou moins pour une soumise pour lui purrir la vie. Et elle aura du mal à le nier car, Stéphanie et Ellie seront dans l’obligation de témoigner en ce sens. Qu'en sera -til de Lucas ? Mystère ...

Alexandre continua de taquiner sa petite amie pendant 5 bonnes minutes. Ensuite, sans rien dire, il dénoua le bandeau pour observer les yeux verts de la rousse.

Il déposa un doigt sur ses lèvres et lui dit doucement .
- Je reviens .

Souriant sous le regard noir de Sophie, il lui remit le bandeau en le serrant bien fort malgré les mouvements rapides de la tête de sa copine.
- Depuis combien de temps tu t'adonnes à ce genre d'activité ? fit-il rieur.
Une bonne soirée s’annonçait et il allait prendre son temps.

Sophie quant à elle était assez énervée mais tout de même excitée par la suite. Elle avait confiance en Alexandre même si elle aurait souhaitée ne pas être dans cette situation de cette manière.
Depuis combien de temps ? se demanda t-elle intérieurement. Ça, c'est une longue histoire qui commença 6 mois auparavant ...

Avatar de l’utilisateur
cowboygf
Régulier(ère)
Messages : 45
Inscription : 03 sept. 2017, 05:04
Ce que j'adore : hangag, bandanagag
Ce que je déteste : les chochotes et les bisounours!!!

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par cowboygf »

vite la suite , encore un mecs vainard :sifflote:

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1727
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par Mad Hatter »

moimoi2 a écrit : 25 août 2021, 18:46

Il remarqua qu'une lettre était posée par terre juste devant lui. Il la ramassa et la lut à voix haute.

« Alexandre,

Sophie rêve depuis peu d’une relation un peu plus dynamique entre elle et toi. De nature plutôt soumise et ouverte au bondage, nous l’avons aider à la rendre désirable rien que pour toi ce soir avec son accord. Elle a eu du mal à se lancer sache le mais elle se sentait prête (je l'avoue, on a serré fort les liens vant que tu n'arrives).

Un cadenas enferme son collier et un autre la petite fermeture éclaire qui t’intéressera forcément à un moment ou un autre. A toi de les trouver, cela fait partie du jeu. Elle sait ou se trouve l’un des deux mais si tu souhaites lui parler, fais en sorte qu’elle se taise rapidement, elle est insupportable lorsqu’elle se fait ligotée même de son plein grés, on en sait quelque chose !

Amusez-vous bien petits coquins. Vous avez intérêts !

Stéphanie et Ellie »
Puisque c'est si gentiment demandé Image la suite me rend curieux.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Avatar de l’utilisateur
moimoi2
Passionné(e) de JdL
Messages : 276
Inscription : 05 mars 2016, 17:26
Localisation : France

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par moimoi2 »

Merci pour vos messages, ça fait plaisir ;)
Voilà la suite ! (j'ai décidé de finir cette "mini histoire" avant de lancer le RP).

Sophie attendit Alexandre au minimum 10 minutes si ce n'était plus ? Difficile de savoir dans son état. Les liens étaient toujours serrés et elle n'arriverait pas à se sortir de là toute seule. Qu'allait faire Alexandre ?! Elle pensa à Stéphanie : que lui était-il arrivée ? Et à Ellie ?

Des questions sans réponses qui n'étaient pas les plus importantes pour le moment. Alexandre devait sûrement rechercher l'une des clés des cadenas. Un enfermait son "collier" et l'autre la zip placée … pile sur son sexe. Difficile de présenter un sous entendu aussi criant.

Ses liens étaient trop serrés ! Elle se dandinait du mieux qu'elle pouvait mais les lanières ne bougeaient pas d'un pouce. Sans compter ce bâillon qui étouffait ses cris, autant dire qu'aucun voisin ne pourrait venir l'aider et surtout, plaider en sa faveur. Il fallait qu'il lui enlève ce bâillon pour qu'elle s'explique. Mais que dirait-elle ? Que des individus venant d'ailleurs l'ont mis dans cet état ?

Sophie rageait intérieurement. Elle fut coupée brusquement dans sa velléité de délivrance.
- Tu es belles quand tu t'impatiente, tu le sais ?

"Sors moi de là ! Tu t'es assez rincé l'œil !" mais seulement des mmphmmmmm rageurs sortir de sa bouche.

- J'ai trouvé une clé au milieu du lit. Je me demande quel cadenas il ouvre ... Tu as une idée ? fit-il moqueur.
Elle fit non de la tête.
- Voyons voir ça.
Il se glissa derrière Sophie et essaya d'entrer la clé du cadenas qui retenait son "collier". Ce fut un échec.
- Dommage, ce n'est pas celle-ci !

Il défit la boucle qui retenait la chaîne de ses chevilles aux pieds arrières de la chaise. Elle eu les jambes libres.

Alexandre s'asseya sur les genoux de Sophie, ils étaient face à face. Avec sa main droite, il caressa lentement sa compagne du cou jusqu'à son bas ventre tandis que l'autre titillait caressait le sein gauche de la jeune rousse.
Ne tenant que peu, Sophie sentit que ses mamelons gonflèrent légèrement, de plus, une chaleur au bas de son ventre vint peu après. Bien qu'il ne soit pas pressé, il savait y faire l'enfoiré !
- Ah tu vois ! Je ne suis pas un rustre. Il enleva une bonne fois pour toute le cadenas et put ouvrir la zip.
- Mpphmmmmm !!!

Sophie se doutait ce qu'il allait se passer mais ne savait comment réagir : elle était excitée d'être dans cette position face à son petit ami mais à la fois furax car, ce n'était pas du tout de son fait et de Stéphanie. Et une fois cette soirée passée, il sera compliqué pour elle de convaincre Alexandre qu'elle n'était à la base, aucunement une bondagette.

Peu de temps plus tard, elle sentit les doigts d'Alexandre attoucher sa partie intime.Comme par hasard, une fente se trouvait dans le collant précédemment imposé.
Ne pensant plus à grand chose d'autre, elle gémissait mais ne sortait que des petits bruits étouffés. Sa respiration s'accéléra et on voyait clairement les lanières de cuir retenir les mouvements de la jeune femme. Le poids du garçon lui comprimait les cuisses et elle ne pouvait rien faire pour l'en dégager.

Ceci continua durant de nombreuses minutes pour Sophie. Puis, pour la frustrer, Alexandre stoppa net son action. Il attendit qu'elle reprenne une respiration normale. Cependant, elle émit des sons catégoriques pour lui signifier qu'elle aimerait être détachée. Ca, Alexandre l'avait bien compris !

Il lui dénoua lentement son bandeau. Les yeux de la rousse lui lancèrent des éclairs. Puis, il retira le foulard vert émeraude qui cachait le tape noir.

- Je vais chercher des ciseaux, à tout de suite ! dit-il en se mouvant ttrrèèss lenntteemmmennt.

De rage, elle trembla de tous ses membres sur sa chaise pour lui signifier son mécontentement en râlant un maximum. Elle tapa de ses talons le sol de l'appartement.

- Heureusement que tu es bien bâillonnée ma chérie ! Sinon, les voisins seraient déjà venus voir ce qu'il se passe pour râler ! C'est bien d'habiter au rez-de chausseée, on n'embête pas les voisins du dessous ...

Elle souffla de dépit et attendit.
Il revint tout aussi lentement. Elle le fusilla du regard. Doucement, il coupa le tape et le lui retira en faisant attention de lui faire mal le moins possible. Des petits cris de douleur se firent entendre. Alexandre lui retira le morceau de tissus qui lui bloquait sa mâchoire.
Elle toussa un peu et but par la bouteille que le garçon lui tendait.

Avant qu'elle n'ai pu pipé mot, le jeune homme lui bloqua la tête de ses mains et l'embrassa. Ceci la calma quelque peu et ils profitèrent tous les deux d'un langoureux baisé .

Dès leurs lèvres séparées, une chose se passa à laquelle Sophie ne s'attendait pas. Elle prit la parole mais ce n'était pas elle qui contrôlait ses dires ! Elle sentit comme une présence contrôlant son corps. Les satanées filles de "l'autre école" étaient encore là !

- Tu en a mis du temps ! s'entendit-t-telle prononcer d'une voix effrontée. Maintenant, détache moi de cette chaise ! Ses jambes partirent mais le coup de talons ne rencontra que du vide. Alexandre rebloqua les jambes de Sophie en s'asseyeant sur les cuisses de la prisonnières.

- Pas tout de suite. D'ailleurs, je pense que tu as des choses à me dire après cette mise en scène forte appréciable. Si jamais tu cries ou que je te retrouve malpolie, je n'hésiterai pas à te refaire taire et à te laisser là encore lonnngggtemmppss.

Elle prit sa respiration avant de "répondre".

- Ce ... nétait pas vraiment prévu. Stéphanie savait que j'avais des penchants pour ... tout ça. Pour déconner, on s'est inscrite à une soirée "bondage" l'année dernière. Plus tard, on a acheté toutes les 2 cette tenue. Suite à ça, on a un peu continué de notre côté.
Ellie de son côté m'a fait croire vouloir essayer une position ce soir et en fait, lorsque j'étais à moitié ligotée, Stéphanie est venue pour finir le travail avec Ellie. Elles m'ont mise sur la chaise un quart d'heure avant que tu n'arrives. Je n'ai pas pu faire grand chose ! D'ailleurs Ellie est en ce moment même à une de ces soirées. Tu connais la suite ... effectivement, j'ai déjà pensé à ce genre de moments avec toi.

"Mais que ce que je raconte !! Arrête !!" se disait la jeune femme. Elle n'arrivait pas à stopper ce flux de paroles insensées !" . Elle entendit un ricanement sans sa tête.

- Dis voir, tu es plutôt dominante ou ... soumise ? demanda le garçon avec calme.
- Plus du côté de la soumission fit-elle d'une petite voix. Stéphanie et Ellie l'ont vite compris. Surtout Stéphanie qui est plus devenue une dominante au fur et à mesure du temps lors de nos memes soirées. Ellie est "switch", elle varie.

"NNonnnnnnnnnnnnn ! je n'arrive pas à contrôler ce que je dis. Mais qu'est ce qui se passe ?"

- Je remercierai tes deux amies pour ce soir.
- Bon, maintenant tu peux me détacher de cette PU TAIN de chaise ??!! râla la fille en sous Alexandre.
- Très bien je te détache de ta chaise.

Ensuite, il enleva les cordes retenant Sophie au sommier de sa chaise mais laissa son harnais ainsi que les chaînes entre ses deux hauts talons.

- Et le reste ? fit la jeune fille en voyant Alexandre repartir. Il y a encore du boulot !
- Tu te déboruilles ! Tu m'as dits de te détacher de la chaise, pas de m'ouccuper du reste héhéhé.
- Et mais ce n'est pas ...
- Chut ! je ne veux pas t'entendre, sinon tu sais ce qui va se passer ma chérie fit-il d'un ton mi moqueur mi sérieux. Fais comme d'habitude et imagine que tout ça n'existe pas.
- Enfoiré ! Tu verras, lorsque j'ariverai à t'avoir, tu feras moins le fier ! fit provocatrice la "fausse Sophie".
Tandis qu'Alexandre se préparait ailleur, la jeune femme sentit que quelque chose d'invisible redressait son dos. Comme un corset ! Elle entendit une voix familière qui lui chuchotait :
- Il faut bien se présenter devant son amant ma coquine ... redresse ton dos !
Elle voulut crier de surprise mais un tout autre son sortis de sa bouche.

- Alex, qu'est ce que tu fais ?
- C'est une surprise !

Sophie n'en savait rien, mais qu'est ce qu'Alexandre lui préparait ?

Avatar de l’utilisateur
cowboygf
Régulier(ère)
Messages : 45
Inscription : 03 sept. 2017, 05:04
Ce que j'adore : hangag, bandanagag
Ce que je déteste : les chochotes et les bisounours!!!

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par cowboygf »

superbe!! j'espère qu'Alexandre bâillonné cette petite sotte :lol: :lol:

Avatar de l’utilisateur
moimoi2
Passionné(e) de JdL
Messages : 276
Inscription : 05 mars 2016, 17:26
Localisation : France

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par moimoi2 »

Merci pour ton commentaire ;)

----------------------------------------------------------------------


Après une moult insistance, Alexandre accepta de détacher Sophie pour qu'elle puisse s'étirer et surtout, aller aux toilettes. La combinaison la gênait (le collier cadenassé bloquait toujours son habit au niveau du cou) mais elle put le faire sans trop de problèmes. Evidemment, ses chevilles étaient toujours reliées par cette satanée chaîne.
L'esprit qui contrôlait son corps en profitait pour se moquer de la jeune fille. Le débat se déroulait dans sa tête.
"Allez, avoue le, tu es heureuse de faire plaisir à ton chéri ! Crois-moi, après ça, il ne va pas te lâcher ... Et surtout, tu es hyper sexy. Tu pourrais me remercier".
"Mais va te faire foutre ! Je ne t'ai rien demandé ! Pourquoi tu me laisses pas tranquille ? J'ai quitté cet endroit pour ne plus être enfermée !"
"Oui mais, tu ne nous a pas quitté par la bonne sortie, maintenant, subis en les conséquences."

Une fois de nouveau prête, l'esprit dirigea lentement Sophie vers son amant. Elle lui enlaça le torse tout en l'embrassant dans le cou :
-Alors jeune homme, déjà fatigué ? Dit-elle en le voyant bâiller.
- Oh j'ai bossé comme un dingue aujourd'hui, mais ne t'en fais pas, ce sera une soirée mémorable pour toi aussi.
- J'espère bien ... elle lui caressa les épaules et le dos.
"Je te déteste !"
Un ricanement lui répondit.
"Je sais ..."

Aussi rapide qu'un serpent, le garçon se retourna et enferma les poignets de la belle dans deux cercles de fer.
- Hummm ... vous êtes pressés jeune homme ?
Pour toute réponse il la tira par les menottes jusqu'à l'entrée de leur chambre. Il l'ouvrit.
- Tu sais, je ne vais pas me laisser faire facilement dit-elle en voyant tout l'attirail.
Un nombre important d'objets coquins les attendaient.

Elle parla un peu plus fort :
- Au secourrrrrssssss .
- Arrête tes conneries tu vas ...
- A l'aide ! continua t'elle un peu plus fort.
Comprenant son jeu, il vint derrière elle et la bâillonna de sa main. Il l'envoya sur le grand lit en une puissante poussée. Il se rejoignit à elle et réussit à la ceinturer dans le lit : elle se débattait pour de vrai !

Tout en la bloquant avec ses jambes et à étouffer plus ou moins ses cris avec sa main, il réussit à attraper un grand bâillon boule blanc. Il du tout de même forcer pour que la boule se loge correctement dans sa mâchoire. Sous ses gesticulations, Sophie sentit la sangle se refermer à l'arrière de sa nuque. Pour la peine, Alexandre lui remit le foulard émeraude sur le bas de son visage, fit 2 tours bien ajustés et serra le nœud comme il se le devait.

"Sophie" cria fort dans son bâillon, cette fois personne en dehors de son petit ami ne pouvait l'entendre. Cependant, il eu plus de mal pour l'attacher sur le lit. Se débattant réellement, il avait tout d'abord déclipsé les deux anneaux sur ses chevilles pour les séparer. Les chaussures à talons suivirent peu après. Il les attacha tout deux aux bords du lit à l'aide de sangle relié à un bracelet en cuir. Ses chevilles furent enfermés. Il dut se poser sur le torse de sa prisonnière pour la bloquer et fit de même avec ses poignets. Elle fut liée en étoile de mer.
- Tu ne me facilites pas la tâche ... mais j'aime ça !
Elle le regarda effrontément.
- Tu sais ce que je pense ? Que je n'aime pas ton regard ...
Il prit un bandeau en cuir et lui imposa.

Une dizaine de secondes plus tard, un claquement retentit : il l'avait cravacher assez fortement sur sa cuisse !
Ne s'y attendant pas, elle gémit et se trémoussa.
"Tu es entre de bonnes mains. Je te laisse maintenant, bonne nuit ! héhéhé".
Elle reprit le contrôle de son corps brusquement et des"Mpphmmm" rageurs sortirent de sa gorge. Mais ils n'étaient pas à destination de son petit ami qui sourit à pleine dent.

Il ouvrit les fentes de sa tenue et tout doucement, elle sentit un vibromasseur se coller à son entrejambe ainsi qu'un attirail de sangles entourant sa taille et ses cuisses. Ce qui faisait qu'elle ne pouvait pas s'en débarrasser ! Elle sentit évidemment les vibrations ...

- Je vais attendre que tu te tiennes tranquille avant de passer à la suite .
Un nouveau de claquement retentit et elle gémit.
"Bordel mais c'est pas vrai ! Je fais comment moi maintenant ?"

Ne restait plus qu'à attendre. Elle se dandinait bien tant que mal mais au fond, elle savait qu'elle avait perdue.

Lorsqu'elle entendit la porte de l'appartement s'ouvrir et se refermer elle eu peur.
"Il ne m'a pas laissée toute seule quand même ? Ou pire, quelqu'un d'autre vient ?" Elle cria pour avoir des réponses.
-MMPPPHMMMM !!!
Sans aucune réponse, elle fut réduite à émettre des couinements étouffés tout en subissant silencieusement les vibrations intensément excitantes diffusées par l'appareil.

Elle ne le vit pas mais elle reçut un message sur son téléphone. C'était une photo de son amie Ellie.

On la voyait au milieu d'une pièce, ligotée à 3 barre de fer posées comme un cadre au dessus d'elle. Elle était habillée d'une mini jupe noir en latex, possédait des collants noirs et de grandes bottes à lacets. Un corset enserrait son torse, ses poignets, reliées à des chaînes la tirait légèrement vers le haut. De grands gants noir habillaient ses bras.

Elle aussi passait une drôle de soirée ...

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1727
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par Mad Hatter »

Oh j'aime bien cette idée de personalité qui est mise en muet, très bien trouvé.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Avatar de l’utilisateur
moimoi2
Passionné(e) de JdL
Messages : 276
Inscription : 05 mars 2016, 17:26
Localisation : France

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par moimoi2 »

Merci merci ^^ voilà le vrai début du RP. Comme c'est plutôt long, vous aurez la possibilité de masquer l'introduction si vous le souhaitez pour passer directement aux "choses sérieuses". Même si je ne peux que vous conseiller de tout lire.

J'ai joué Sophie et Lucas. Snaik quant à lui a joué les persos d'Ellie et de Stéphanie.

Bonne lecture !


Voyons de plus prêt ce qu’il s’était passé il y a 6 mois environ.

J'ai tellement hâte d'entrer !!!

La personne enthousiaste qui avait dit ces paroles n'était autre qu’Ellie, aventureuse et fouineuse dans l’âme. Cette jeune femme avait eu vent de certaines rumeurs sur l'école abandonnée qui se dressait devant elle. Comme quoi des choses louches s'y passaient sans explications.Cela faisait des semaines qu'Ellie et son amie préparaient cette soirée … enfin surtout Ellie. Son amie était surtout là pour montrer à quel point ces rumeurs étaient ridicules. Le vent frais du soir caressa la peau de la jeune femme, il faut dire qu’elle était légèrement vêtue. Un simple gilet noir, une jupe à carreaux rouge, munie de collant noir avec des chaussures bleu. Elle frissonna au contact du vent. Dès son amie présente, elles pourront enfin commencer leur formidable excursion.

Sophie, embêtée de sortir par une nuit pareille, rouspétait et son amie Ellie n'y était pas pour rien. La jeune rousse aux yeux verts s'était habillée pour l'occasion d'un legging de sport et de solides baskets. Sous son manteau noir et son écharpe, elle était munie d'un tee-shirt à manches longues. Celui-ci lui couvrait bien le haut de son corps et lui tenait chaud. Une fois sa voiture verrouillée, elle se dépêcha de traverser le petit sentier forestier pour rejoindre Ellie .
- Salut Ellie ! Fit cette dernière en arrivant. Et oui je suis venue. Figure-toi que Lucas nous rejoindra et peut-être même Stéphanie ! Mais ça reste à voir.

Ellie sourit largement en voyant Sophie sortir du petit chemin et lui répondit à sa salutation.
- Alors prête pour notre excursion ??! Dit-elle visiblement excitée.

Sophie se contenta de hocher la tête.
Texte caché 

-----------------------------------------------------------------------------
Stéphanie et Sophie

Stéphanie inspectait le palier dans lequel elle et Sophie s'aventuraient.
Du nouveau de ton côté?

- Pas vraiment. Je ne vois pas grand-chose. Le mieux est d'avancer !
Stéphanie acquiesça et laissa Sophie prendre les devants.
Texte caché 
Stéphanie sortit à son tour sa lampe torche et éclaira la salle. Elles entendirent de suite un bruit de pas à quelques mètres d’elles.
- Viens ! fit Sophie paniquée. Elle attira son amie et elles coururent en direction de la porte du fond.
Stéphanie vit Sophie ouvrir la porte, mais ne s'occupèrent pas de ce qui s’y trouvait à l’intérieur.
Ce fut l'erreur qui coûta cher à Stéphanie tout en particulier …
Cette fois, les armoires de rangement furent remplacées par un tout autre matériel Notamment : tout ceci ressemblait à des baillons, des cordes et surtout une camisole !
Sophie fut la plus rapide.
- Au final, la pièce d'à côté était pas mal du tout non ? Elle fit rapidement demi-tour. Sauf que la porte se referma sur Stéphanie avec qu'elle n'ai eu le temps de sortir !
- Stéphanie tu m'entends ?? !! cria Sophie en tambourinant la porte.

-SopMMMMMMM!? Avant que Stéphanie ne puisse finir sa phrase, une sorte de muselière en cuire avec un bout long en caoutchouc vint s'enfoncer dans sa bouche. De ce fait, une plaque en cuir recouvrait la moitié inférieure de son visage.
-HUMMM!?! Stéphanie fonça de panique vers la porte tout en essayant d’enlever son bâillon mais une camisole de force vint la bloquer. Comme si des mains invisibles la tenaient immobile, la camisole se referma solidement sur elle. Ses bras se croisèrent à l'intérieur et la jeune fut solidement piégée avec les sangles de la camisole, 4 en tout, ainsi qu’une dernière qui vint se placer entre ses jambes.

Puis vint des sangles noires qui vinrent lui ligoter les jambes. Une pour les cuisses, les genoux et les pieds.
Stéphanie tenta d’alerter Sophie. Malheureusement pour elle et pour une raison quelconque, elle entendit des paroles qui ne venaient pas d’elle.
-Oui je vais bien, la porte est verrouillée. Vas voir si tu ne peux pas trouver quelque chose pour crocheter la poignée fit la fausse voix de Stéphanie.
- Très bien, j'y vais ! Attends- moi ici ! Et reste calme surtout ! répondit la jeune rousse.

-HMMMRMRMRMR!!!!!!!!!!!!!

Au grand dam de Stéphanie, Sophie n’entendit pas ses cris étouffés. Celle-ci se débattit dans sa camisole, mais la sangle à son entrejambe l’empêcha d’aller bien loin dans ses velléités de délivrance. Mais que se passait-il ??!!

Sophie quant à elle courut à l'autre porte pour sortir de l'infirmerie. Étonnamment, celle-ci s'était ouverte comme par magie ! Elle la poussa d'un coup d'épaule. S'attendant à entrer dans le couloir, elle se retrouva ... dans la salle au tableau !
- Mais c'est pas possible !

Elle voulut faire demi-tour, mais un mur tapissé l'en empêchait dorénavant. Sophie se retrouvait bloquée !

Comme venue de nulle pars un gros courant d'air passa dans la salle, faisant bouger le drap blanc sur le tableau jusqu'à le faire tomber.
N'étant pas sûr de ce que voyait Sophie, elle s'approcha. Elle avait l'impression que le sujet du tableau bougeait devant elle comme si elle regardait un film ! Pourtant elle en était certaine, aucun câble électrique traînait à terre. Elle voyait une femme, au visage avenant lui sourire. Elle entendit une voix : “approche” lui disait-elle. Inquiète, Sophie avança pas à pas.
A à peine un mètre du tableau, le visage de la femme se fit plus sévère.
- Je t'attendais depuis longtemps Sophie. Nous t'attendions.

Très surprise, Sophie voulut reculer mais elle ne put le faire. Elle était figée !

- Viens à moi ! La rousse eut l'impression d'être happée par une force invisible et elle fut aspirée par le tableau. Elle perdit connaissance sur l'instant ...

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1727
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Rp Snaikurumiet Moimoi2 : Kidnapping de l'autre monde

Message par Mad Hatter »

Enfin je me connecte.

Et bien ça va être intéressant de voir l'hospitalité de ces personnes. Image https://www.deviantart.com/saneperson/a ... -733128699

Image https://aster-effect.com/2021/05/27/san ... -fangirls/

Image
https://www.deviantart.com/dna-1/art/Al ... r-81304633

Il y a des images qui restent dans la tête.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Répondre