Une interview à la tournure inattendue ....

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 28 août 2015, 05:12

Cerise est une jeune journaliste, âgée de 23 ans. Elle vit seule dans un appartement. Elle travaille pour le magazine « Belles toujours», qui vient d’obtenir sa titularisation après de nombreux stages et de périodes d’essai. Aujourd’hui, elle va sur le terrain faire sa première interview, entrant dans la rubrique « désirs et fantasmes » du magazine. Elle se rend chez Lady Elisabeth, une dominatrice expérimentée venue d’Angleterre et spécialisée dans le bondage.

La jeune reporter est inquiète car elle ne connaît rien de cette pratique et elle a aussi le trac car c’est sa première vraie interview en tant que journaliste titulaire. Elle est vêtue simplement d’un chemisier blanc et d’une jupe plissée noire. Ses cheveux bruns sont tirés en arrière pour former une queue de cheval.

Elle arrive chez sa correspondante et ses yeux émeraude sont éblouis par l’immensité de la villa. Lady Elisabeth ouvre la porte elle-même et avec un sourire dit :

« Bonjour, vous devez être la journaliste qui vient pour l’interview … Je vous en prie entrez »

Cerise suit son hôte dans l’immense villa et elles arrivent dans le salon. A cet instant, Lady Elisabeth sert à la journaliste un verre d’eau et elle penche pour un verre de scotch. La jeune reporter commence à préparer un crayon, un bloc-notes et un dictaphone. Après s’être installées, les deux femmes commencent l’interview, Cerise prend son matériel et lance l’enregistrement sur le dictaphone :

CERISE : « Bonjour Lady Elisabeth, je me nomme Cerise et je suis reporter au magazine « Belles toujours ». Notre entretien d’aujourd’hui porte sur le sujet du bondage, pouvez-vous nous présenter un peu cette pratique ? »

LADY ELISABETH : « Le bondage est une technique ancestrale qui consiste à priver complètement les personnes de tout mouvement. Il s’effectue avec différents types de liens : cordes, tape, lanières de cuir, foulards … Il peut être complété par des bandeaux sur les yeux et aussi par des baillons de différentes sortes mais, cela j’y reviendrai plus tard … »

C : « Votre métier est donc de restreindre les gens et de les réduire à l’impuissance ? »

LE : « Pas exactement, mais je pardonne votre ignorance car on voit de suite que vous êtes novice en la matière. Je suis ce que l’on appelle une dominatrice, mon métier est de restreindre les gens et de les soumettre à ma volonté. Mais peut-être puis-je vous en faire la démonstration ? »

C : « Une démonstration m’aiderait à bien comprendre oui. Puisque vous soumettez les autres à votre volonté, comment vos soumis doivent-ils vous appeler ? »

LE (tout en passant derrière Cerise) : Mes soumis ou soumises, car j’ai plus d’adeptes feminines que masculins, doivent m’appeler Madame ou Maîtresse. (Elle passe les bras de Cerise dans son dos et commence à lui lier les poignets). Voyez par vous-même Mademoiselle Cerise comment sont mes fidèles.

C (les mains attachées dans le dos) : Cette sensation de corde sur mes poignets me rend déjà curieuse pour la suite, de quelle façon attachez-vous généralement vos captives et captifs ? »

LE (en continuant à attacher les coudes et le buste de Cerise) : Voyez, je les immobilise d’abord du haut du corps pour empêcher leurs bras et leur buste de bouger. Vous pouvez bouger ? (dit-elle en achevant de placer les liens autour de la poitrine ainsi que sur son sexe)

C : Non, je ne peux plus bouger mon buste et mes bras, c’est comme un paquet solidaire qu’on ne peut défaire et cette corde sur mon sexe frotte et est objet de désir sexuel. Vous attachez aussi les jambes de tous vos prisonniers ?

LE (en ligotant les chevilles de Cerise) : Oui, voyez vos chevilles, elles sont prisonnières et là, je vais attacher vos genoux ensembles … Vous êtes désormais dans l’incapacité de fuir ou sinon en sautillant.

C (testant les liens) : C’est vraiment du solide mais les restrictions ne s’arrêtent pas là, que faîtes-vous de plus ?

LE (en allongeant Cerise sur le canapé et en lui liant les chevilles aux poignets dans un hogtie ultra-strict) : Voici, je les attache dans cette position que l’on appelle un hogtie, tout nouveau soumis commence, comme vous, dans des liens aussi serrés … Voyez, vous vouliez une démonstration, vous êtes impuissante et vous allez faire partie de ma collection de soumises …

C (étonnée et affollée dans ses liens) : Quoi ?? Mais ce n’était pas le but de cette interview … Libérez moi, j’ai mon article à amener au bureau pour boucler le numéro du mois ….(puis ayant repris son calme) Cet entretien est terminé, Lady Elisabeth, merci d’avoir répondu à mes questions et d’avoir illustré vos réponses sur moi …. Vous voulez ajouter un dernier mot pour conclure ?

LE (souriante) : Oui Mademoiselle Cerise, maintenant …. SILENCE ! (elle enfile un bâillon-boule rouge dans la bouche de Cerise et le serre au cran maximum, puis coupe le dictaphone)

Cerise est désormais captive de sa correspondante, qui lui ouvre le chemisier, révélant la poitrine de la journaliste, et lui dit d’une voix douce :

« Tu fais désormais partie de ma collection, quelques photos de toi dans l’impuissance la plus totale illustreront ton article mais ensuite, tu me seras soumise pour la vie ….. »

Lady Elisabeth prend les clichés avec le portable de Cerise et lui impose ensuite un petit collier de chienne rose à paillettes avec la médaille déjà au nom de Cerise … Comme si il avait été préparé durant l’interview …. Désormais comme toutes les victimes de Lady Elisabeth, elle a autorisation de sortir pour sa vie professionnelle, tout en gardant le collier autour de son cou, mais dès le travail fini, elle doit revenir au manoir remplir son devoir d’esclave …. Cerise a payé sa naïveté de vouloir explorer trop loin les mystères du bondage...
Dernière modification par Mars34230 le 06 déc. 2016, 13:35, modifié 1 fois.
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

stephanie
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 04 juin 2015, 08:24
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Beaucoup de choses en fait, même si je suis une fan des blouses nylon et de la soumission. Surtout être ligotée strictement et bâillonnée, à la merci d'un maître ou une une maîtresse exigeant(e), avec caresses et punitions alternées. Mais j'aime aussi dominer et avoir à mes pieds une soubrette attendant mon bon plaisir.
Ce que je déteste : Les relations uro-scato, la violence non consentie, la vulgarité, les a priori sur les autres.

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par stephanie » 30 août 2015, 17:08

J'aime beaucoup et espère la suite, le retour de Cerise à son journal, la façon dont elle va essayer de cacher son collier, ce qui l'attend lorsqu'elle rentre "à la maison".
Bises,
Stéphanie

Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 03 sept. 2015, 09:54

Voici la suite :)

Cerise vient de passer son repas de midi attachée à une chaise et les yeux bandés, et c’est Lady Elisabeth qui l’a nourrie. Elle doit retourner au journal à 14h pour rédiger l’article et le mettre en page mais elle a honte de se montrer devant ses collègues de bureau avec le collier autour de son cou.

Lady Elisabeth, magnanime, autorise Cerise à partir à 13h, le temps de repasser à son appartement se changer et prendre des affaires car désormais, sa demeure sera le manoir de sa nouvelle Maitresse… Cependant, elle n’est pas encore soumise définitivement mais la dominatrice experte a déjà volé l’innocence et la liberté de la jeune journaliste … Juste avant de la laisser partir de la maison, Lady Elisabeth dit à Cerise :

« Très bien, il est temps d’aller te changer, récupérer tes affaires et retourner à ton travail. En revanche tu ne peux ôter le collier, j’ai fixé la fermeture avec un cadenas dont je suis la seule à posséder la clé. De plus, J’exige une copie de ton article et je veux y voir, en illustrations les photos qui te montrent attachée… A ce que m’as dit ta supérieure, tu finis à 19h, j’ordonne qu’à 19h30, tu sois revenue ici … Si tu désobéis à la moindre consigne, tu seras fortement punie … Et surtout, n’oublie pas une chose, ce soir, après ta cérémonie d’intronisation en tant que ma soumise, tu m’appartiendras corps et âme. »

Cerise rougit et se sent désespérément humiliée et n’a plus d’autre choix, sa vie ne lui appartient désormais plus …. Elle repasse à son studio d’étudiante qu’elle a conservé pour récupérer des affaires personnelles et se changer. Elle enfile un haut sans manche dont le col lui masque le cou et, et par la même occasion, le collier.

De toute l’après-midi, elle retravaille l’article et l’interview sur son ordinateur, elle hésite un moment à illustrer avec les photos d’elle en détresse … A ce moment, son téléphone portable sonne… C’est Lady Elisabeth qui vient s’assurer du respect des consignes qu’elle a donnée au moment de laisser Cerise sortir du manoir … Cerise se sent alors obligée de mettre les photos pour illustrer l’article et elle se sent honteuse car elle sait que tous ses collègues de bureau vont la reconnaître.

Une fois l’article fini, elle le transmet à sa supérieure qui valide l’article et qui ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire en voyant Cerise en position inconfortable. Elle dit à la jeune journaliste :

« Ma chère Cerise pour un premier article c’est un excellent début et en plus, je constate que vous avez payé de votre personne… »

Cerise rougit et se sent toute timide… Malgré ça, elle sait que le travail est accomplie et espère avoir d’autres articles à faire mais sur des produits ou d’autres essais … A la fin de sa journée, elle se dirige vers sa nouvelle demeure et Lady Elisabeth est là, elle l’attend … Il est 19h30 précises quand Cerise arrive …

« Bien, dit la dominatrice, déjà donne-moi la copie de l’article ma chérie … Ensuite, nous dînerons et je te préparerai pour ton intronisation … »

Lady Elisabeth lit l’article et l’encadre au-dessus de la cheminée, en plein milieu du salon. Elle laisse Cerise manger librement le repas qu’il y a sur la table : salade composée, dinde rôtie, pommes de terre sautées et une corbeille de fruits opulente… A la fin du repas, la dominatrice amène la jeune journaliste dans ses appartements et la prépare pour son intronisation ….

Il est 22h30 quand Cerise franchit la porte de la grande salle du manoir, elle est coiffée d’un chignon, porte un voile transparent sur les yeux et apparaît maquillée comme une poupée. Elle est vêtue d’un ensemble de lingerie doré à paillettes et couvert d’un voile transparent qui laisse ressortir la petite tenue qu’elle porte. A ses pieds sont chaussés des escarpins d’environ douze centimètres. Elle porte aux poignets et aux chevilles des bracelets en cuir reliés par une chaine et se présente devant Lady Elisabeth, postée sur un trône, avec un bâillon boule rouge qui emplit ses lèvres, éblouissantes avec un rouge à lèvres rouge du plus bel éclat. Son collier brille de mille feux grâce au faible éclairage qui se reflète sur les petits diamants.

Elle s’approche lentement et craintive du trône, Lady Elisabeth l’attend… Arrivée devant sa nouvelle maîtresse, Cerise attend les ordres. La dominatrice attache alors une laisse au collier de la journaliste et l’oblige à s’approcher de son siège … Elle attache la laisse au trône et force Cerise à prendre une pose, à genoux, à ses côtés… A cet instant Lady Elisabeth se lève, attrape un bracelet et le met à la journaliste sur le biceps … Sur le bracelet, il est écrit « Propriété de Lady E. » et il y est gravé un symbole propre à chaque soumise. Pour Cerise, ce symbole est le fruit du même nom …

La cérémonie s’achève au moment où Lady Elisabeth amène sa soumise sur un podium et l’attache, poignets et coudes dans le dos et dans un hogtie strict … Cerise reste humiliée comme cela jusqu’à minuit et, pour achever sa soumission, s’apprête à passer sa première nuit de soumise dans une cage, au pied du lit de Lady Elisabeth, ligotée, bâillonnée et à genoux.
Dernière modification par Mars34230 le 13 déc. 2016, 07:57, modifié 1 fois.
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

Avatar de l’utilisateur
Télémaque
Habitué(e)
Messages : 88
Inscription : 15 janv. 2015, 12:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : fan de toutes les immobilisations possibles, du Shibari au vacuum bed. j'aime la contrainte des liens, le sentiment de liberté qu'ils confèrent et l'abandon que l'on ressent au fur et à mesure de l'immobilisation.
Ce que je déteste : je n'aime pas trop les suspensions compliquées, ni les positions où l'esthétique prime sur la simplicité et l'efficacité.
Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent au sérieux, dans le bondage comme ailleurs.
Localisation : Entre Sud Bretagne et Nord vendée

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Télémaque » 03 sept. 2015, 10:33

Très jolie histoire, :bravo:
Les liens qui libèrent...

Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 08 sept. 2015, 07:20

Merci de vos encouragements ... Je travaille encore à la suite de cette histoire :) Patience :)
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 21 sept. 2015, 05:32

Voici la suite de l'histoire, Les rebondissements de ce chapitre annoncent deux derniers chapitres aux événements surprenants


Quelques mois ont passés et la situation de Cerise avait changée. Au travail, elle a obtenu une promotion et elle est désormais directrice adjointe du journal, tant son audace et son courage durant les reportages qu’elle a eu à faire a été un signe d’engagement fort. Chez Lady Elisabeth, elle est désormais la soumise favorite de la dominatrice, celle qui l’accompagne lors des salons sur la soumission ou lors de soirées dans les donjons des amies dominatrice de sa maîtresse. Pour sa vie professionnelle et sa vie de soumise, son bracelet et son collier n'étaient plus une gène pour la jeune journaliste.

Mais la nuit, Cerise est aussi l’amante de sa maîtresse… Cette situation est gênante pour elle car elle n’avait jamais envisagé de tomber amoureuse d’une femme mais elle ne peut résister et s’abandonne à l’amour de sa maîtresse. La nuit, attachée et les yeux bandés, elle demeure allongée à côté de Lady Elisabeth qui stimule son intimité avec un vibromasseur et qui l’embrasse langoureusement.

A son retour du travail, le jour de son anniversaire, Cerise a la surprise de voir un costume de lapine dans ses appartements, elle l’enfile et sa maitresse arrive, lui attache les poignets, les coudes et relie ses chevilles par une courte chaine. Elle embrasse sa soumise et l’amène au buffet pour la faire manger …. Après le gâteau, Cerise est amenée dans le bureau de Lady Elisabeth pour choisir son cadeau. Sur la table, trois enveloppes qui contiennent trois cadeaux pour la jeune soumise. Elle a droit à choisir entre deux cadeaux. Sa maîtresse la libère et la laisse faire son choix.

Elle choisit donc l’enveloppe 1 et l’enveloppe 2 … Lady Elisabeth sourit car elle sait ce qu’elle a mis dans les enveloppes… Les cadeaux de Cerise sont les suivants : une nuit de liberté mais où les rôles s’inversent et ensuite, Cerise a le droit d’avoir une soumise à elle qu’elle choisira.

Lors de la nuit qui suit, la jeune journaliste, toujours habillée en lapine, demeure libre et elle se rend dans la chambre de sa maîtresse. Elles s’embrassent quelques instants, se font des caresses et ensuite, elle demande à profiter de son premier cadeau d’anniversaire : restreindre sa maîtresse à l’impuissance la plus totale.
Lady Elisabeth accepte bien évidemment. Cerise prend alors un armbinder dans lequel elle emprisonne les bras de sa dominatrice et qu’elle serre au maximum. Elle sangle ensuite les chevilles de Lady Elisabeth et fait de même avec les genoux. Elle lie une sangle supplémentaire des chevilles à l’armbinder et elle met un ball-gag rouge d’un diamètre imposant à sa maîtresse. Elle achève ses restrictions par une cagoule qui empêche toute vue, en faisant passer les cheveux de Lady Elisabeth dans la cagoule en une queue de cheval. Cerise vient donc de restreindre sa maîtresse pour la nuit mais elle ne s’arrête pas là, elle lui impose un vibromasseur et une nuit de caresses et de câlins les plus intenses.

Lady Elisabeth gémit et se résigne pour une nuit à s’abandonner à sa soumise, à sa Cerise chérie qui ne semble plus désormais gênée de ses pulsions amoureuses ….
Dernière modification par Mars34230 le 13 déc. 2016, 08:00, modifié 1 fois.
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

ayadu22
Régulier(ère)
Messages : 16
Inscription : 27 mai 2015, 10:43
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : j'adore être ligoter avec des foulards
Localisation : plérin

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par ayadu22 » 24 sept. 2015, 05:19

j'attends a une suite

Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 26 sept. 2015, 17:42

Le lendemain matin, Lady Elisabeth, libérée de sa nuit de liens et de soumission dort encore au moment où Cerise part à son travail.

Durant la journée, la jeune journaliste passe son temps à observer la directrice du magazine, Stéphanie et elle se dit qu’elle ferait une magnifique soumise. Elle dévisage sa supérieure, ses cheveux blonds et ses yeux bleus font fondre d’envie Cerise.

Le jeune journaliste profite d’un moment où elles se retrouvent seules avec la directrice pour l’inviter au domaine de Lady Elisabeth le soir même. Stéphanie accepte l’invitation sans se douter des intentions de son adjointe. Le soir venu, après la journée de travail, les deux jeunes filles arrivent au manoir et Lady Elisabeth les reçoit. Elle dit :

« Bonsoir Mesdemoiselles, j’espère que vous avez eu une bonne journée. »

Elle les fait rentrer dans le salon et elle ajoute :

« Cerise, ma chérie, puis-je te voir un instant en privé s’il te plait ? »

La jeune journaliste suit sa maîtresse dans ses appartements. La première chose que Lady Elisabeth fait c’est embrasser sa soumise et ensuite, elle dit :

« Tout d’abord, merci pour la nuit dernière ma chérie, je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’en m’abandonnant complètement à toi… Ensuite, ma chère Cerise, qui est cette étrangère que tu ramènes à la maison ? J’attends tes explications …. »

Cerise rougit et dit à sa maîtresse :

« Madame, pour la nuit dernière, cela a été une joie et un devoir de vous donner autant de plaisir … Pour la jeune fille que j’ai ramenée, c’est ma supérieure et je l’ai choisie elle pour en faire la soumise que vous m’avez offerte pour mon anniversaire. Dois-je la soumettre d’abord ou vous la présenter en premier ? »

Lady Elisabeth réfléchit un instant et, après avoir pris sa décision, dit à sa soumise :

« Ma petite Cerise chérie, va t’occuper d’elle, tu me présenteras ton invitée une fois qu’elle sera ta soumise. En attendant, je vous laisse toutes les deux et je vais prendre un temps de repos pour finir de récupérer de notre folle nuit. »

Cerise et Lady Elisabeth s’embrassent un long moment et la soumise retourne dans le salon auprès de son invitée, laissant sa maîtresse dans ses appartements. Une fois auprès de Stéphanie, la jeune journaliste prend son temps avant de passer à l’acte … Elles boivent quelques coupes de champagne ensemble et au moment où sa supérieure commence à fatiguer et à s’endormir, Cerise s’approche lentement d’elle et commence à lui lier les poignets dans le dos. Elle lie les coudes mais n’arrive pas à les joindre car Stéphanie n’est pas très souple. La directrice commence à réagir et à comprendre sa situation mais il est trop tard, son adjointe est déjà en train de lui rajouter des liens aux chevilles et attache solidement d’autres cordes autour des genoux de sa directrice. Cette dernière essaie de se débattre et dit :

« Mais voyons Cerise, que faîtes-vous ??? Détachez-moi s’il vous plait ou sinon …. Mmmmphhh !»

Elle n’a pas le temps de finir sa phrase que la jeune journaliste lui impose un ball-gag dans la bouche qu’elle serre au cran maximum … Malgré les gémissements de sa supérieure, Cerise joint les chevilles aux poignets dans un hogtie des plus stricts. Une fois l’ouvrage terminé, elle dit :

« Stéphanie, rassurez-vous, je ne veux pas votre poste, je reste votre adjointe au bureau. (Puis en la tutoyant) En revanche, à partir de ce soir, tu m’es soumise et tu devras m’obéir en dehors du travail. J’ai payé de ma personne mon interview dans ce manoir, à toi désormais d’être en position délicate … La seule règle que je t’impose pour l’instant est de venir habiter ici avec moi. »

Stéphanie, surprise de ce qu’elle est en train de subir, tente en vain de se débattre puis finit par se résigner à son sort … Lady Elisabeth choisit ce moment pour venir dans le salon rejoindre Cerise et sa victime … C’est le moment choisi par la jeune journaliste pour présenter à sa maîtresse celle qui est désormais son cadeau d’anniversaire :

« Maîtresse, voici Stéphanie, la fille que j’ai choisie pour devenir cette soumise que vous m’avez promise à mon anniversaire, j’espère qu’elle vous plait … »

Lady Elisabeth s’approche de Stéphanie sans dire un mot, l’observe puis dit à sa soumise :

« Ma chérie, la voilà bien harnachée et restreinte, je vois que tu es devenue une experte en liens … (puis, se tournant vers Stéphanie) Je suis la maîtresse de ses lieux, ici tout m’appartient … Je possède la vie de Cerise et, par conséquent, la tienne désormais … tu dois vivre ici et obéir à ma petite soumise … Si tu ne respectes aucune règle, je te punirai ainsi que ta maîtresse … On t’intronisera demain … Tu appartiens désormais à Cerise et à moi aussi par la même occasion … Bienvenue à toi, Stéphanie … »

La directrice hoche la tête et acquiesce. Elle accepte désormais son sort et elle attend la suite de son traitement. Lady Elisabeth rejoint ses appartements en faisant signe à Cerise de la suivre avec sa soumise …. Une fois dans la chambre, Lady Elisabeth impose à Cerise une nuisette fine et elle laisse sa petite amoureuse s’occuper de la nouvelle venue. Pour sa première nuit, Stéphanie est déshabillée et vêtue d’une combinaison rouge en latex puis de nouveau, attachée en hogtie, avec une cagoule qui lui recouvre tout le visage, et elle est positionnée au pied du lit …

Enfin, Lady Elisabeth fait venir Cerise sur le lit, l’attache dans un frogtie très serré et lui met un ring-gag et un bandeau sur les yeux … Les caresses et les baisers excitent la jeune journaliste et cette nuit, c’est à son tour d’être électrisée par la passion amoureuse de sa maîtresse ….
Dernière modification par Mars34230 le 13 déc. 2016, 08:04, modifié 1 fois.
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

ayadu22
Régulier(ère)
Messages : 16
Inscription : 27 mai 2015, 10:43
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : j'adore être ligoter avec des foulards
Localisation : plérin

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par ayadu22 » 28 sept. 2015, 08:11

j'attend la suite

Avatar de l’utilisateur
Mars34230
Amateur(trice) de JdL
Messages : 143
Inscription : 02 avr. 2015, 05:36
Ligoté(e) :

Re: Une interview à la tournure inattendue ....

Message par Mars34230 » 07 oct. 2015, 14:43

Le lendemain, premier jour du week-end, Cerise s’apprête à introniser sa soumise selon les traditions de la maison de Lady Elisabeth … Sa maîtresse arrive dans les appartements et lui offre pour ce jour spécial une robe de cuir noire, une paire de jambières ultra sexy et des gants d’opéra. Lady Elisabeth aide sa soumise à faire un chignon et une fois Cerise prête, elle l’embrasse et lui dit à l’oreille :

« Mon cœur, je vais préparer ta soumise pour son intronisation, en revanche, c’est ton moment, je n’ai pas à y participer sauf si cela est ta décision… Une fois que Stéphanie sera prête, je te rejoindrai ici et tu feras de moi ce que bon te semble… Tiens voici un dernier cadeau pour toi pour ce jour spécial, une jolie cravache, tu t’en serviras souvent crois-moi … »

Cerise, émue de ces cadeaux et de ces attentions, embrasse sa maîtresse avant de la laisser partir s’occuper de préparer la nouvelle venue dans la maison … Ensuite, elle peaufine son maquillage, rouge à lèvres éclatant, mascara et fard à paupières noirs, comme pour asseoir son autorité … Une fois prête, elle attend le retour de Lady Elisabeth et semble avoir pris sa décision quant à la participation de sa maîtresse à la cérémonie … Elle se fera mais de la manière dont elle a décidé …
Lady Elisabeth revient retrouver la jeune journaliste après avoir préparé la victime du jour … Cependant la maîtresse est loin de se douter de ce qui l’attend … Elle demande donc à sa soumise :

« Ma chérie, dis-moi alors, quelle est ta décision concernant ma participation à la cérémonie ? Je comprendrais que tu veuilles profiter de ce moment pour toi seule … »

Cerise répond en souriant :

« Madame, je souhaite que vous participiez à la cérémonie mais d’une façon particulière … Vous serez à mes côtés mais pour le reste, vous ne devez pas savoir… »

A ces mots, elle embrasse sa maîtresse, lui passe dans le dos et la chloroforme … Une fois Lady Elisabeth endormie, son chemisier et sa jupe lui sont retirés et elle est simplement vêtue d’un ensemble de lingerie en cuir noir …. Cerise enferme les bras de sa maîtresse dans un armbinder rouge et la bâillonne avec un ballgag rouge. Elle enferme le visage de Lady Elisabeth dans une cagoule de couleur noire ne laissant transparaître que la boule du bâillon…. Cerise amène sa dominatrice, restreinte, dans la salle d’intronisation et la positionne à côté du trône à genoux, les jambes liées par des sangles et un collier de cuir noir tout simple, dont la laisse est reliée à l’accoudoir du trône …. Elle la laisse là, le temps de lancer la cérémonie d’intronisation de Stéphanie, sa supérieure qui va devenir sa soumise ….

Cerise, assise sur le trône, observe sa soumise s’avancer dans la même tenue qu’elle lorsqu’elle a offert sa vie à Lady Elisabeth mais, sous le voilage, aucun sous-vêtements, le corps parfaitement nu … Une fois devant le trône, Cerise boucle autour du cou de Stéphanie un collier de chienne doré avec le nom de la soumise gravé sur la médaille argentée à la couleur rouge … Elle lie une laisse et lui fait tatouer sur la cheville droite, en signe de soumission, une cerise prise dans une paire de menottes …

Elle amène Stéphanie au milieu de la salle, lui enlève le voile qui recouvre son corps, lui attache les poignets et les coudes solidement joints et elle attache solidement les chevilles et quelques cordes supplémentaires autour des genoux. Elle suspend sa soumise à une potence, lui enfile un harnais pour la bâillonner qu’elle serre au cran maximum et elle lui met des coups de cravache en disant entre chaque coup :

« Tu es à moi, tu m’appartiens, et désormais ta vie est mienne … Tu n’auras plus de liberté … »

Elle détache sa supérieure, mais l’emprisonne de suite dans un armbinder et lui impose la même cagoule qu’à Lady Elisabeth qui, réveillée, commence à gémir et constate la façon dont Cerise voulait qu’elle participe à la cérémonie : prisonnière et aveugle …

Cerise conduit Stéphanie dans ses appartements et l’enferme dans une cage en lui liant les chevilles et en attachant ses genoux. Elle achève son œuvre par un hogtie des plus stricts et verrouille la cage de sa supérieure .... Elle retourne dans la salle d’intronisation et libère Lady Elisabeth, surprise de voir la tenue dans laquelle elle a passé la cérémonie, elles s’embrassent et Lady Elisabeth murmure à l’oreille de son amoureuse :

« Beau travail ma chérie, mais ne crois pas que je vais te laisser profiter de ta victoire de ce jour… Prépares toi à ma vengeance, elle sera douce mon cœur, mais elle sera à la hauteur de ce que tu as fait … »

Elles passent le reste de la journée à se câliner, laissant Stéphanie à sa nouvelle condition de soumise pour le reste de la journée…. Le soir, après que la supérieure ait passée sa journée en cage, Cerise l’accompagne à ses appartements qui se limitent à une chambre de femme de chambre, et l’enferme en verrouillant la porte. Après cela, Lady Elisabeth, qui a attendu attache Cerise, nue sur le lit, avec le même bâillon boule et la même cagoule que ceux qui lui ont été imposés le matin même … Elle lie sa soumise en hogtie et lui impose un vibromasseur sur le sexe.

Cerise gémit et s’abandonne à sa maîtresse pour la nuit sans résister aux vibrations et aux caresses incessantes … Voici le prix à payer pour avoir exposé sa maîtresse prisonnière et impuissante, voici donc le prix de l’audace …
Dernière modification par Mars34230 le 13 déc. 2016, 08:07, modifié 1 fois.
“Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant.”

Répondre