Le chat vidéo (histoire inédite d'Anne)

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Bouya2
Gourou de JdL
Messages : 791
Inscription : 02 août 2013, 23:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : LE CHOCOLAT
Ainsi que la littérature, l'escrime, les chats.
Et je suis historien amateur (qui vise le grade professionnel)
Et bien sûr, les bondagettes ;)
Ce que je déteste : Les fruits de mer

Le chat vidéo (histoire inédite d'Anne)

Message par Bouya2 » 05 nov. 2015, 22:16

Et voici la dernière histoire qu'Anne a écrit pour le moment. Donc, après aujourd'hui, et jusqu'à ce qu'Anne en écrive d'autre, il n'y en aura plus.
J'aime beaucoup ce récit. Le "chat" dans le titre, c'est "chatter" au sens de "discuter", rien à voir avec l'animal ^^ Son prélude en italique a été écrit par Anne.
Bonne lecture et à la prochaine ! ;)

Le chat vidéo - 2015/09/04

Je parle fréquemment de Christelle dans mes histoires. Elle est bien réelle, comme je l'ai déjà dit, et m'a déjà fait plusieurs blagues parfois un peu limite. Nous sommes très amies mais tout de même, j'avoue lui en avoir voulu certaines fois.
Cette aventure-ci fait partie du lot des vraies anecdotes. Cela s'est produit en février dernier.


Comme mon copain est souvent absent pour mission, vu son métier, je me suis défini un profil sur un site coquin et je flirte un peu avec quelques jolis garçons. C'est qu'il y en a de vraiment beaux qui s'intéressent à des choses sympathiques.
Nos rencontres se font uniquement sur Internet, souvent par chat et parfois en vidéo par webcam. Et je me suis fait quelques copains autour du bondage vu sous l'angle de la dominatrice.

Christelle qui était passée me dire bonjour à l'improviste dans l'après-midi, s'était interrogée sur ma tenue.
-Tu sors avec quelqu'un ?
-Oui et non... avec quelques amis nous discutons régulièrement sur Internet et aujourd'hui ce sera par webcam. Alors je me suis faite belle. Qu'en penses-tu ?
-Très mignonne, sexy... si c'est des garçons avec qui tu discutes tu risques de les... émouvoir.
-Ha, ha, ha !

C'est vrai que j'étais maquillée et que je portais une jolie petite robe très courte, faite d'un tissu légèrement élastique d'aspect satiné. Elle est moulante à souhait, noire avec de jolis reflets. Sans manches, elle tient avec de fines bretelles et elle est munie d'un décolleté carré très profond et large. Il met ma poitrine en évidence d'une manière particulièrement provocante, couvrant péniblement les pointes de mes seins. Cette très courte robe ne m'arrive pas même à la mi-cuisse. Je porte des bas satinés légèrement foncés du plus bel effet et chausse de mignons escarpins noirs aux vertigineux talons aiguilles de douze centimètres.
Mes longs cheveux blonds ondulaient librement sur mes épaules et dans mon dos jusqu'aux omoplates. J'avais même mis de jolies boucles d'oreilles et de mignons bracelets métalliques. Tout cela était manifestement trop sexy pour ne rien cacher.

Pour sa part, Christelle portait sa tenue ordinaire : une minijupe de cuir noir et un chemisier clair et ses jolies bottes de cuir noir à talons aiguilles lui arrivaient sous le genou. Cette jeune femme est une magnifique black aux cheveux sombres tombant sur ses épaules. Ses formes sont splendides. Elle souriait en me regardant de ses yeux noisette.
-Et ceci est ton matériel ? Fit-elle en désignant le PC qui se trouvait sur la table du salon.
-Oui. Et tout est automatique. Je le mets en marche, il se connecte de lui-même au site, et établit la communication.
Christelle tournait autour du PC, visiblement intéressée.
-Et de quoi discutez-vous, si ce n'est pas indiscret ?
-Hé, hé... tu penses à t'inscrire et nous rejoindre ?
-Pas exactement...
-Et bien c'est un peu coquin... on flirte un peu... enfin tu vois.
-Oh ! Oui...

Elle est revenue s'asseoir.
-Et à quelle heure débute votre « conférence » habituellement ?
-A dix-neuf heures. Et cela dure parfois très tard dans la nuit.
-Je suppose qu'il n'y a que des mecs qui discutent avec toi ?
-Hi, hi... oui, quasiment. Il y en aura trois ce soir. C'est plus rare qu'il y ait une fille mais c'est déjà arrivé.

Croisant les jambes, elle me fixa un instant, une lueur énigmatique dans le regard. Christelle est une vraie sportive, une sorte de panthère malgré son physique très sexy. Son 90C attire le regard de tous les garçons et elle a une manière d'onduler en se déplaçant qui ne laisse personne indifférent.
-Allez, raconte... tu as piqué ma curiosité avec ces mystères. C'est quoi le sujet croustillant ?
-Ben... je leur ai raconté la fois où j'avais ligoté mon copain mais que c'était tellement serré qu'il ne pouvait plus remuer, et que alors je l'avais aussi bâillonné très soigneusement. C'était sur ce canapé d'ailleurs, ajoutai-je en désignant celui sur lequel Christelle était assise. Il s'est tortillé pendant une demi-heure sans pouvoir bouger de là. Il grognait et soufflait comme un petit cochon mais il n'est pas arrivé à remuer.
-Et ils ont réagi ?
-Ils se disent que je suis une fameuse dominatrice à mes heures...
-Ha, ha, ha !
-On va certainement parler de cela encore. C'est là-dessus qu'on s'oriente.

Son regard se posé sur la boîte posée sur le canapé.
-Oh, et c'est pour cela que tu as préparé ce bâillon ? Tu veux leur montrer avec quoi tu bâillonnes ton copain ?
-Oui.
-Mais il est tellement énorme ! Heureusement que c'est pour un mec ! Aucune fille ne pourrait jamais le mettre, celui-là !
-Tu rigoles ? Regarde, fis-je en prenant le bâillon boule.

La balle fait deux pouces et demi et je dus forcer un peu en la faisant pivoter pour la faire entrer dans ma bouche, puis je serrai résolument la sangle et la bouclai. Je relevai fièrement la tête vers Christelle... pour m'apercevoir que, tout sourire, la belle black avait des cordes à la main ! Elle avait profité de ce que j'étais occupée à me bâillonner pour les prendre dans la boîte.
-Muhh !!!
Mais elle m'attrapa rapidement par les poignets et me fit pivoter, lui présentant mon dos.
-Mais ces cordes alors ? C'est aussi pour leur faire la démonstration ?
-mph !... ... mmgh... ... !!!
Elle avait aussitôt coincé mes bras et commençait déjà à m'attacher les poignets.

A genoux sur le sol et à moitié allongée sur le sofa, je sentais les cordes se serrer sur mes bras. Christelle est une sportive, une vraie panthère. Non seulement elle est fort souple, mais elle est également dotée d'une force physique bien supérieure à la normale. Elle m'a allègrement attaché les coudes joints et a tourné la corde autour de mes épaules, passant au-dessus de mes seins. Hop, hop, hop !
-Ce sont de belles cordes. Tu sera très jolie comme cela... C'est que tu passes à la TV ce soir.
-Mgnhhh... ... mpfhh !!! ... ... mh !
Là je me suis vraiment agitée ! Elle ne va tout de même pas m'exposer toute ligotée sur Internet ! Elle est folle !

Christelle est très rapide et mes bras furent promptement attachés très solidement à mon torse. Mes gesticulations ne semblaient même pas pouvoir ralentir la furie. Cette peste a serré une corde autour de mes coudes et de mon buste qu'elle a ensuite minutieusement sécurisée afin qu'elle soit étroitement serrée et qu'elle ne puisse absolument pas bouger. Cette corde était serrée sous mes seins mais la jeune femme était déjà occupée à répéter le processus avec une autre corde qui plaquait solidement mes poignets contre ma taille !
-mh !!!... ... mh !!!

Sans un mot, elle s'agenouilla et m'attacha vivement les chevilles croisées, puis elle serra une nouvelle corde au-dessus de mes genoux, qu'elle sécurisa minutieusement et une autre juste dessous qu'elle fixa de manière identique. Une véritable amazone capturant une proie !
Elle m'allongea sur le tapis et me força à plier les jambes au maximum, puis elle tourna rapidement une corde autour de mes chevilles et cuisses réunies, qu'elle serra jusqu'à ce que mes talons pressent résolument sur mes fesses.
-Et hop ! Une blonde empaquetée, une ! Ha, ha, ha !
-hmmghh... ... mpffh ! ... ... ... mgnnnh !
-Très sexy, Miss ! Vraiment ! Avec cette robe satinée, tu vas vraiment les faire bander !
-mh... hmph !!!
-Voyons cela... Le décolleté est bien ajusté, ta poitrine est bien en évidence. Très provocante ! Tes jolies jambes sont bien visibles et tes talons aiguilles bien exposés. Tu es parfaite, Miss !
Elle achevait de serrer très rigoureusement le nœud de la dernière corde tout en inspectant mon ligotage et mon allure.

Me laissant un instant, elle alla à la table de salon et s'assit devant le PC.
-Dis donc ! Qu'est ce que le temps passe vite ! Tu te rends compte que c'est presque l'heure ? Tu as failli être en retard à ton rendez-vous !
-Muhh !!!... mmpfhh !!!
-Mais heureusement que Christelle est là !

Affolée, je la vis allumer le PC et le regarder se mettre en marche.
-C'est chouette que sois toute pomponnée pour la circonstance. Tu es mignonne comme tout ficelée comme cela dans ta petite robe sexy.
-hmghh... ... mhgh !!!
-Au fond c'est heureux que je passais par là... Sois belle, ça va commencer. Ah oui, autant te dire tout de suite que si tu commences m'ennuyer je te mets la cagoule.

C'est horrible ! Je m'agitais comme un animal pris au piège mais il n'y a aucun moyen de remuer une fois ligotée de cette manière. Tout au plus, je serais probablement arrivée à rouler sur un flanc ou l'autre mais c'était tout. Et de toute manière dans ce cas j'aurais certainement été incapable de me remettre sur le ventre ensuite.

L'image apparut et la caméra se mit en marche. Les visages de deux des trois garçons apparurent. Christelle s'était mise hors du champ de la caméra juste avant qu'elle ne s'active et elle entama le dialogue d'une voix suave.
-Bonjour les garçons !
-Bonjour Anne. Répondirent-t-ils en cœur.
-Les amis, Anne est très occupée ce soir et elle ne pourra pas vous parler. Mais c'est une amie et je vais donc la dépanner. Elle voulait vous parler de cordes, de ligotage et de bâillons et se faisait une joie de vous voir, mais ce sont les aléas de la vie.
-Oh ? Il ne lui est rien arrivé de grave j'espère ? Questionna l'un d'eux.
-Non... du tout. Votre jolie blonde est à côté de moi. Voyez plutôt.

Elle fit pivoter le PC de manière à m'exposer à la caméra. Et j'apparus sur leurs écrans, ficelée comme un saucisson et solidement bâillonnée, me tortillant frénétiquement sur le tapis, dans ma petite robe décolletée. Je me trémoussais comme si j'espérais me soustraire à l’œil de la caméra.
-Vous pouvez constater qu'elle est réellement très occupée et que cela risque de durer. Vous voyez aussi pourquoi elle ne pourra pas participer à la conversation. La malheureuse est fort bien bâillonnée.
-Ben ça alors ! S'exclama un garçon pendant que l'autre émettait un petit sifflement.

J'entendis leurs exclamations mais je ne pouvais émettre que de petits « muf... muf... » étouffés en me tortillant.
Christelle veillait attentivement à demeurer hors du champ de la caméra.
-Et bien les garçons, je vous présente Anne dans son activité favorite : la demoiselle en détresse. Voyez comme elle est joliment attachée. Belle prise non ?
-Ah oui, en effet !
-Très joli paquet ! C'est vous qui l'avez ligotée comme cela ?
-Oui !... Elle est souple hein ? Vous pouvez constater que c'est réellement serré. J'ai dû y aller assez rudement pour que cette belle anguille reste gentiment en place. Remarquez aussi son bâillon. C'est le modèle dont elle aurait voulu vous parler. Il est très serré mais vous constaterez que c'est très joli en plus d'être extraordinairement efficace. Écoutez...
-Et bien... Ça alors !

Je gigotais furieusement et couinant lamentablement sous l’œil de la caméra. Je secouais la tête en écarquillant les yeux sous l'effort.
-Nous parlerons donc pendant qu'elle essaiera de se libérer. Remarquez aussi, fit-elle après m'avoir regardée, que lorsque la balle du bâillon est volumineuse, cela fait baver... parfois abondamment.

Et j'ai passé plus d'une heure ligotée sur mon tapis sous l’œil de la caméra. Christelle passait parfois devant la caméra prenant soin que ses jambes seules apparaissent, sa jupe et ses bottes. Elle aguichait son public et se servait de moi comme d'un faire-valoir sexy.

Elle a malgré tout abordé les différents sujets dont nous avions parlé et répondu aussi aux garçons. Tous ont manifestement été fort intéressés mais j'ai quitté ce forum privé.
En Art le Progrès n'existe pas. L'Art évolue.

Répondre