Laure

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Télémaque
Habitué(e)
Messages : 88
Inscription : 15 janv. 2015, 12:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : fan de toutes les immobilisations possibles, du Shibari au vacuum bed. j'aime la contrainte des liens, le sentiment de liberté qu'ils confèrent et l'abandon que l'on ressent au fur et à mesure de l'immobilisation.
Ce que je déteste : je n'aime pas trop les suspensions compliquées, ni les positions où l'esthétique prime sur la simplicité et l'efficacité.
Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent au sérieux, dans le bondage comme ailleurs.
Localisation : Entre Sud Bretagne et Nord vendée

Laure

Message par Télémaque » 05 janv. 2016, 11:54

Bonjour à tous et très belle année à chacun et chacune d'entre vous.

Après une longue période d'absence, je reviens poster le début d'une nouvelle histoire. Je me suis attaché :) à mes personnages, et c'est donc naturellement ceux rencontrés dans les histoires précédente -"Le Journal" et "vice et Versa", que vous allez retrouver ici, notamment Laure dont cette histoire porte le nom.
Je vous laisse découvrir le début.

Au plaisir de vous lire.


Couchée sur le ventre, les bras dans le dos reliés aux chevilles, une balle de latex dans la bouche, un bandeau de cuir souple sur les yeux, Laure attend. Elle est dans cette position depuis longtemps, mais ne saurait dire depuis combien de temps exactement. Les cordes qui enserrent son corps –bras, poignets, jambes et chevilles en un strict hogtie, semblent faire partie d’elle-même. Sa bouche s’est habituée à la présence de cette boule douce, un filet de bave s’en échappe doucement. Un lien judicieusement placé entre ses cuisses titille délicieusement son intimité à chaque mouvement.
Une douce chaleur inonde la pièce, qui rend la situation presque confortable malgré sa nudité. Laure est dans un état second, comme à chaque fois qu’elle est ligotée suffisamment longuement : son esprit, libéré des contraintes du corps s’évade , elle repense à tout le chemin qui s’est écoulé depuis sa rencontre avec Shina. C’était il y a deux ans déjà…

Tout a commencé comme souvent, au hasard des pérégrinations sur la Toile. Jeune, un peu fétichiste sans trop le savoir, Laure passait de plus en plus de temps sur différents site, Fetlife notamment. Difficile de trier le bon grain de l’ivraie, mais elle a rapidement éludé les demandes des hommes un peu trop pressants. Parmi ses contacts une certaine Princesse S, avec qui elle passait de plus en plus de temps à échanger, d’abord via le site, puis par mail privé, et enfin sur MSN. Elles devaient avoir à peu près le même âge, la même attirance pour les matières nobles et le monde Kink en général ; mais surtout une attirance mutuelle, une sorte de complicité qui rendait les échanges naturels ainsi que leur position respective : S plutôt dominante et Laure plutôt soumise. Pas vraiment lesbienne, elle était malgré tout très attirée par cette sulfureuse princesse.
Un monde s’ouvrait à Laure : celui du fétichisme, ce qu’elle était déjà vis-à-vis du cuir, mais aussi de la domination, la soumission, le bondage… BDSM, quatre lettres qui ouvrent tant de portes, tant d’espoir, d’excitation et d’angoisse. Mais un monde virtuel pour le moment, encore hors de portée. A moins que…
A moins que l’une d’elle ose franchir le pas, et passer dans le monde du réel et des cinq sens.

Taraudée par l’envie d’aller plus loin, de gouter à toutes ces pratiques dont elles avaient discuté pendant des heures, de ressentir en vrai les sensations décrites , Laure ne savait pas quoi faire. Franchir le pas c’est aussi risquer de tout perdre, de mettre un terme à cette relation, certes frustrante, mais si riche.
Et puis un soir, après une longue discussion, ni tenant plus elle a envoyé le message suivant :

- j’ai envie de te rencontrer, en vrai.

La réponse a suffisamment tardé pour que Laure ait eu le temps d’imaginer le pire , mais finalement l’icône « message » s’est allumé sur son écran.
Le cœur battant, elle l’a ouvert, c’était Elle :

- Tu y tiens vraiment ? tu sais ce que tu risques ?

Un gros doute s’est installé dans sa tête, qu’est-ce que je risque ? Qu’elle n’accepte pas ? qu’on ne se plaise pas en vrai ? Que ces échanges ne soient en fait que des mensonges ?

- Qu’est-ce que je risque ?

Encore une fois, la réponse a tardé, puis l’icône fatale s’est allumée :

- De ne plus pouvoir te passer de moi. Viens si tu l’acceptes.


a suivre...
Les liens qui libèrent...

nolliab
Habitué(e)
Messages : 95
Inscription : 21 mars 2010, 07:48
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Bondage, foulards, cordes, esthétisme, domination soft et surtout partage !
Ce que je déteste : Vulgarité, irrespect ...

Re: Laure

Message par nolliab » 05 janv. 2016, 13:01

À suivre vite je l'espère ! Très bon début !

Avatar de l’utilisateur
Télémaque
Habitué(e)
Messages : 88
Inscription : 15 janv. 2015, 12:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : fan de toutes les immobilisations possibles, du Shibari au vacuum bed. j'aime la contrainte des liens, le sentiment de liberté qu'ils confèrent et l'abandon que l'on ressent au fur et à mesure de l'immobilisation.
Ce que je déteste : je n'aime pas trop les suspensions compliquées, ni les positions où l'esthétique prime sur la simplicité et l'efficacité.
Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent au sérieux, dans le bondage comme ailleurs.
Localisation : Entre Sud Bretagne et Nord vendée

Re: Laure

Message par Télémaque » 06 janv. 2016, 11:09

La suite donc... ;)

Le rendez-vous était prévu en fin de semaine, dans trois jours. Laure passa cette période entre excitation et angoisse, parfois au point de vouloir tout annuler, puis de se raviser, boostée par le gout de l’inconnu et la concrétisation possible de ses fantasmes.
Elle comptait les heures, le temps qui la séparait du moment « fatidique ». Et puis le jour J arriva. Il était prévu qu’elle se rende chez S à partir de 17h. Le dernier message expliquait comment s’y rendre, comme un jeu de piste qu’elle avait appris par cœur.
La journée se passa dans l’attente, incapable de se concentrer sur quelque activité que se soit, Laure tournait en rond. Vers 15h elle décida de se préparer. Elle se doucha longuement, peaufina son épilation, se créma intégralement pour avoir une peau douce et se parfuma. Elle se préparait comme pour aller à un rendez-vous galant –d’ailleurs, en était-ce un ?
Elle s’habilla comme pour partir au combat : son pantalon de cuir brun ajusté, fermé par un petit lacet sur le devant, un petit pull en cachemire et sa lourde veste de motarde. Elle enfila une paire de Dc Martens Haute et sortit. Sa tenue brute tranchait avec le soin qu’elle avait apporté à se préparer dans la salle de bain, mais elle avait besoin de sa cuirasse pour se rassurer, comme une amazone allant affronter un danger inconnu.
Le son du gros mono de sa fidèle Royale Enfield la fit sourire, les vibrations du ralenti remontaient en elle et lui réchauffaient le bas ventre. Fébrile, elle enclencha la première et se lança dans le jeu de piste.
Il lui fallut près d’une demi-heure pour atteindre L’Endroit, la majeure partie du chemin sur de petites routes à travers la campagne et les forets, de plus en plus reculées au fur et à mesure qu’elle avançait.
Elle est finalement arrivée à un chemin de terre qui s’enfonçait dans les bois. Fidèle au message, elle quitta la route et l’emprunta. Il serpentait entre les arbres qui masquaient entièrement le paysage, jusqu’à une petite clairière au milieu de laquelle se trouvait la maison. Une maison ancienne, de bonne taille, aux ouvertures rares et étroites. Une mini noire était garée devant, signe qu’Elle était là à l’attendre.
Laure béquilla sa moto et s’avança vers la lourde porte de bois. Sa tension était maximale, ses jambes flageolaient, elle prit une grande inspiration avant de soulever le heurtoir qui faisait office de sonnette.
Un son grave envahit l’intérieur de la maison.

- Ca y’est, nous y sommes …

Des pas sur le sol de pierre se firent entendre, une clé tourna dans la serrure et lentement la porte s’ouvrit. Elle se retrouva face à celle qui se faisait appeler Princess S.
Son titre n’était pas usurpée : celle qui se tenait devant elle était magnifique : grande, les cheveux noirs, coupé en un carré court, la peau mate, et des yeux si sombres qu’ils semblaient noirs. Son visage, était d’une beauté dure, mais incroyablement attirant. Elle portait une longue robe noire enserrée à la taille par un large bustier de cuir. Laure resta sans voix.

- Entre, tu es venue pour ça, n’ai crainte, je suis aussi intimidée que toi ; je ne m’attendais pas à rencontrer une guerrière.

La remarque fit sourire Laure qui se détendit un peu et franchit la porte.


En repensant à cet épisode, Laure ne peut s’empêcher de sourire à travers son bâillon, ce qui ne fit qu’accentuer le filet de bave qui s’échappait de sa bouche. Oh non elle ne regrette pas d’avoir franchi le pas, les sensations réelles sont tellement bonnes et intenses. Elle se sent bien dans les cordes, aux mains de sa princesse : Shina.
Malgré son entrainement, elle commence à trouver la position douloureuse, ses épaules lui font mal, elle aimerait pouvoir s’étirer. Mais seule sa Maitresse a le pouvoir de la libérer : depuis le temps, elle sait parfaitement que toute tentative d’évasion est vaine tant Shina maitrise les cordes : les nœuds sont parfaitement serrés, hors de portée, chaque corde, ajustée et sécurisée reste à sa place quelque soient les mouvements.
Pourtant, Laure commence à s’agiter et à grogner dans son bâillon espérant ainsi attirer l’attention de sa ligoteuse :

- Mmmmf !, mmmmmmmf !!, huuumf !!!

- Alors ma belle, on s’impatiente ?

Shina vient d’entrer dans la pièce, comme toujours, elle se tenait tout près, prête à intervenir en cas de problème. C’est cette disponibilité, cette attention permanente, qui a toujours plu à Laure : elle a une confiance absolue en elle, elle peut tout accepter sans crainte, et profiter pleinement de toutes les situations.
Elle lui enlève doucement son bâillon, et l’embrasse immédiatement, comme pour atténuer la douleur des mâchoires ;

- Tu as aimé ? tu veux que je te libère ?

- Oui s’il te plait, je crois que j’ai eu ma dose.

- Ta dose ? je t’ai connu plus résistante ma belle esclave, il va falloir que je reprenne ton éducation en mains.

Se disant, Shina commence à défaire les liens qui enserrent le corps de Laure. Elle procède doucement, méthodiquement prenant le temps de masser chaque espace de peau marquée par la morsure des cordes.
Laure reprend doucement possession de son corps, elle adore cette sensation, cette transition, la douceur des caresses de sa belle Maitresse. Les caresses se font de plus en plus précises, sensuelles et intimes. L’étreinte des corps remplace celle du chanvre…
Les liens qui libèrent...

nolliab
Habitué(e)
Messages : 95
Inscription : 21 mars 2010, 07:48
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Bondage, foulards, cordes, esthétisme, domination soft et surtout partage !
Ce que je déteste : Vulgarité, irrespect ...

Re: Laure

Message par nolliab » 06 janv. 2016, 11:51

Très bonne suite ! J'apprécie les ellipses temporelles et je salue la présence de là Royal Enfield dans le récit ! Moto toujours pleine de cette identité décalée ;)

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1380
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Laure

Message par Mad Hatter » 06 janv. 2016, 14:14

La puissance :domina addictive du bondage super
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

stephanie
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 04 juin 2015, 08:24
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Beaucoup de choses en fait, même si je suis une fan des blouses nylon et de la soumission. Surtout être ligotée strictement et bâillonnée, à la merci d'un maître ou une une maîtresse exigeant(e), avec caresses et punitions alternées. Mais j'aime aussi dominer et avoir à mes pieds une soubrette attendant mon bon plaisir.
Ce que je déteste : Les relations uro-scato, la violence non consentie, la vulgarité, les a priori sur les autres.

Re: Laure

Message par stephanie » 06 janv. 2016, 16:41

Et j'aime bien cette alternance de la contrainte et de la douceur, voire de la sensualité.
Merci,
Stéphanie

Avatar de l’utilisateur
Télémaque
Habitué(e)
Messages : 88
Inscription : 15 janv. 2015, 12:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : fan de toutes les immobilisations possibles, du Shibari au vacuum bed. j'aime la contrainte des liens, le sentiment de liberté qu'ils confèrent et l'abandon que l'on ressent au fur et à mesure de l'immobilisation.
Ce que je déteste : je n'aime pas trop les suspensions compliquées, ni les positions où l'esthétique prime sur la simplicité et l'efficacité.
Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent au sérieux, dans le bondage comme ailleurs.
Localisation : Entre Sud Bretagne et Nord vendée

Re: Laure

Message par Télémaque » 07 janv. 2016, 05:41

Merci pour vos message, ça me touche. :oops:

la suite est en cours d'écriture...
Les liens qui libèrent...

Avatar de l’utilisateur
Télémaque
Habitué(e)
Messages : 88
Inscription : 15 janv. 2015, 12:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : fan de toutes les immobilisations possibles, du Shibari au vacuum bed. j'aime la contrainte des liens, le sentiment de liberté qu'ils confèrent et l'abandon que l'on ressent au fur et à mesure de l'immobilisation.
Ce que je déteste : je n'aime pas trop les suspensions compliquées, ni les positions où l'esthétique prime sur la simplicité et l'efficacité.
Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent au sérieux, dans le bondage comme ailleurs.
Localisation : Entre Sud Bretagne et Nord vendée

Re: Laure

Message par Télémaque » 11 janv. 2016, 10:31

Donc, la suite du récit de la rencontre entre Laure et "S".
Bonne lecture ;)


Couchées l’une contre l’autre, les deux jeunes femmes laissent leur esprit divaguer en une douce torpeur, tout en continuant à se caresser mutuellement. Shina la première brise le silence :

- Tu te souviens de notre première rencontre ?

- Bien sûr, comment l’oublier, j’étais morte de trac, et déjà complètement sous ton emprise.

- Tu sais, je n’en menais pas large non plus, surtout quand je t’ai vu sur ta moto, toute de cuir vêtue, pas vraiment l’allure que j’attendais d’une soumise.

- Tu m’as vue arriver ?

- Evidemment, je suis restée collée à ma fenêtre près d’une heure avant que tu n’arrives, puis j’ai entendu le bruit de ta moto.


Lorsqu’ elle est entrée, Laure un mis un peu de temps à s’habituer à l’obscurité de la pièce. Celle-ci était grande, rustique, le sol et les murs en pierres brutes, un plafond haut, orné de poutres massives, et d’un côté, une large cheminée couvrait presque tout un pan de mur.
Les meubles étaient rares, une immense table entourée de bancs, de profonds canapés de cuir autours de la cheminée, et une table basse sur laquelle était posée une théière et des mugs.

- Mets-toi à l’aise. Je te sers un thé ?

- Heu, oui, volontiers merci.

La voix de Laure sonnait bizarrement, le trac, l’écho de la pièce la rendait plus rauque. Elle retira sa grosse veste et s’installa dans l’un des fauteuils face à Shina.
Toutes deux savaient pourquoi elles étaient là, mais de là à en parler directement en face à face… leur discussion à donc commencé de façon plus générale : leurs histoires, leurs métiers ; elles évitaient consciencieusement d’aborder LE Sujet. Et puis le temps faisant son œuvre, les deux jeunes femmes ont pris confiance l’une dans l’autre, la timidité et les doutes se sont estompés : elles retrouvaient celles avec qui elles discutaient librement via MSN. Comme deux anciennes copines, elles ont commencé à aborder les sujets plus intimes : sexualité, expériences, leurs gouts très orientés vers le fétichisme, la domination, et les liens, d’où cela provenait, et pourquoi.
Laure se sentait bien, en confiance, elle osait parler des sujets très personnels dont elle n’avait jamais oser parler librement, sans gêne ni tabou : son gout pour les immobilisations, les contraintes, et ce que cela lui procure, cet état de bien-être et de lâché- prise, les matières nobles : le cuir bien sur , qui la rassure et masque sa fragilité, l’odeur du chanvre aussi , son contact doux et rugueux à la fois ; et enfin l’envi et le besoin de se confier corps et âme à une personne en qui elle aurait une confiance absolue, qui la prendrait en mains sans la juger.
Elles sont restées toute la soirée à discuter de la sorte, naturellement elles s’étaient rapprochées l’une de l’autre, et finalement, alors que la nuit était tombée, Laure était allongée sur le canapé, la tête posée sur les cuisses de Shina qui lui caressait doucement les cheveux, et cela le plus naturellement du monde… celle-ci s’est penché à son oreille :

- Est-ce que tu veux que l’on commence ?

- Là, tout de suite ?

- Pourquoi pas, tu es venue par ça non ? et puis, on a largement entamé les préliminaires il me semble non ?

- Oui c’est vrai, OK allons-y, je te fais confiance.

- Lève-toi et retire ton pull et tes chaussure, garde ton pantalon, je le trouve incroyablement sexy sur toi.

Le ton de la voix de shina avait changé, plus ferme, plus directif, elle était dans son rôle. Laure a obéit, et, à moitié nue -elle ne portait évidemment pas de soutien-gorge, et sa maitresse le savait, elle se présentait devant elle, face à la cheminée.
Shina est allé dans un coin de la pièce où se trouvait un coffre en bois. Elle l’a ouvert et est revenue avec plusieurs écheveaux de corde quelle a posé par terre aux pieds de Laure. Doucement elle lui a susurré à l’oreille :

- Ne crains rien, laisse toi faire et fais-moi confiance. S’il y a quoique ce soit, une peur, une douleur ou juste l’envie d’arrêter, dis le moi et j’arrêterai immédiatement. Je vais faire doux et léger pour la première fois, pas de bâillon évidemment, je veux t’entendre dire ce que tu ressens.

Elle a pris une corde qu’elle a déplié, et doublé, puis s’est placé dans le dos de Laure, toute proche, collée. Elle a attrapé ses poignets, les a joint paume contre paume et les a enserrés avec plusieurs tours de corde. Pas top fort pour ne pas lui faire mal, mais suffisamment pour les attacher solidement. Deux tours entre les poignets pour sécuriser le tout, et un nœud ferme et définitif. Laure sentait ses mains prises au piège, et elle avec. Son excitation et son angoisse montaient, rendant sa respiration saccadée. Shina, se colla encore plus à elle, sa bouche contre son oreille :

- Alors ma belle, tu aimes je le sens. Tu es très réceptive, nous allons faire des choses magnifiques toutes les deux. Laisses moi continuer.

Prenant une deuxième corde, elle entreprit de lui lier les bras au-dessus des coudes, obligeant sa captive à se camber. Elle serra ses cordes sans pour autant les faire se toucher, ne connaissant pas les limites de sa proie. Après avoir sécurisé les liens fermement, arrachant un petit cri de surprise à Laure, elle prit une troisième corde, plus longue que les deux précédentes, qu’elle enroula doucement autours de son buste et de ses bras. Elle fit plusieurs tours, tantôt au-dessus de la poitrine, tantôt en dessous, faisant ainsi ressortir ses seins, dont les extrémités ressortaient déjà sous l’excitation. Les bras de laures, serrés l’un contre l’autre se trouvaient ainsi soudés à son buste. Shina sécurisa l’ensemble en faisant passer les brins entre le dos et les bras, puis les noua, aussi fermement que les autres liens.
Laure sentait la tension des cordes sur ses poignets, ses bras, ses seins, elle savait qu’il lui était impossible e se libérer seule : les entraves étaient réelles, non feintes, serrés sans être douloureuses ; et elle se sentait bien ainsi, comme dans une étreinte rassurante, sensuelle.
Shina, toujours collée à elle l’entraina vers l’un des canapés. Elle s’assit la première et aida laure à s’assoir sur ses genoux.

- Comment te sens tu ma belle ? je sais que tu aimes, mais je voudrais te l’entendre dire.

- J’adore Maitresse.

C’était sorti tout seul, naturellement, comme une évidence. Shina, Princesse S, était SA Maitresse, celle qu’elle recherchait depuis si longtemps sans jamais se l’être avoué. Et elle était incroyablement bien entre ses mains, tout contre elle, comme si elle l’avait toujours connue.
Shina, à la fois surprise et confortée par les paroles de Laure entreprit de la caresser doucement. Le visage, les bras ; ses mains effleuraient de temps en temps sa poitrine, faisant gémir de bien-être sa soumise . Elle se calla encore plus contre elle, et ses mains se mirent à parcourir l’ensemble de son corps, passant de la peau nue, barrée de chanvre, au cuir de son pantalon, en se focalisant, à travers la douce matière animale, entre les cuisses.
Laure s’abandonnait complètement comme elle ne l’avait jamais fait, aux caresses de celle qu’elle avait osé appeler Maitresse, elle espérait que ce moment ne s’arrête jamais.



En repensant plus précisément à cet épisode, la première étape de leur relation si particulière, Laure se rapproche encore de Shina et leurs caresses se font plus intimes encore …
Les liens qui libèrent...

nolliab
Habitué(e)
Messages : 95
Inscription : 21 mars 2010, 07:48
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Bondage, foulards, cordes, esthétisme, domination soft et surtout partage !
Ce que je déteste : Vulgarité, irrespect ...

Re: Laure

Message par nolliab » 11 janv. 2016, 12:31

Superbe suite bien dosée ... On veut connaître la suite de la suite !!

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1380
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Laure

Message par Mad Hatter » 11 janv. 2016, 16:48

:-) très tactile comme récit
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Répondre