Une journée imprévisible

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Nina
Amateur(trice) de JdL
Messages : 122
Inscription : 05 févr. 2016, 06:10
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La douceur, le calme, la nature
Ce que je déteste : La pollution.

Une journée imprévisible

Message par Nina » 26 févr. 2016, 06:06

Bonjour, je me permets de publier une petite histoire.
Vous le remarquerez par le nom de l'héroïne, cette dernière est inspiré de ma propre personne. Il y a deux choses que je tiens à préciser avant de commencer:

-Cette histoire n'a absolument rien de réelle, même si j'incarne la fille principale, je n'ai jamais vécu d'évènements qui aient un quelconque rapport. Je l'ai juste vaguement imaginée lors de scénario avec mon partenaire.
-Je n'ai pas la prétention d'être une femme fatale ou des plus désirée au monde, je me suis quelque peu enjolivée dans mon récit pour pimenter d'avantage l'histoire.

Voilà, voilà, c'est parti avec la première moité!!!

Prénom: Nina
Nom: Averine
Age: 22 ans
Taille: 1m65
Poids: 50 kg
Couleur des yeux: brun foncé
Couleur des cheveux: chevelure brune
Autre: Peau blanche / Cheveux long /célibataire
Profession: journaliste / reporter

Une journée imprévisible

Mmmmm, samedi, enfin le weekend, un jour de congé. Je reste dans mon lit, alors qu'il est déjà passé 10h00 du matin, je suis une vraie flemme en weekend. Je suis déjà réveillée depuis au moins une demie heure, mais j'apprécie tellement me reposer quand je ne dois pas aller travailler. Je dois quand même me lever, j’ai deux ou trois courses à faire. D'abord une douche pour se réveiller. Je me traine sous la douche, puis je prends mon temps sous une eau assez chaude. Une bonne douche est le seul moyen de vraiment me réveiller en weekend. Pour m'habiller, je remets ma tenue de hier soir, lors d’une réunion pour le travail. Je commence par enfiler des collants noirs. Ensuite j’enfile mon soutien-gorge, blanc crème. Je remets cette jupe coupe droite, noire, assez serré et courte, moulant parfaitement mes hanches. Je remets également ma chemise de hier soir, blanche et bien assortie à ma silhouette. J'attache mes cheveux, faisant une queue de cheval. Enfin, je remets ma montre de couleure argentée sur mon poignet droit, puis trois autres bracelets joncs couleur argentée de la à mon autre poignet. Enfin je mets des talons noirs, assortis à cette jolie jupe. Cette fois je suis totalement réveillée. Je me mets en route pour mes courses, à cet épicier que je fréquente régulièrement. J'aime cet endroit, on y trouve un peu de tout pour des prix raisonnables. A travers la vitrine je vois un homme près de la caisse. C'est curieux, il ne fait rien, il semble attendre ici bêtement. Soudain, alors que le caissier tourne la tête, l'homme en profite pour voler une pile de billets. Il essaie de s'enfuir, mais le caissier l'a repéré, et tente de lui barrer la route. Et c'est alors qu'un autre homme frappe le caissier, ce dernier se retrouve alors à terre, mais semble toujours conscient. Les deux hommes s'enfuient, et semblent être rejoint par un troisième homme qui faisait visiblement le guet un peu plus loin. Je devrais les suivre, juste histoire de trouver où ils vont, puis j'alerterai la police. Je garde tout de même une certaine distance, environ 50 mètres. Les hommes sont sur le point de quitter la ville. Soudain l'un d'entre eux se retourne et semble m'avoir repérée!! Mon cœur bat si fort!! J'ai également des frissonnements. Je regarde ailleurs en espérant qu'ils continuent leur route. Heureusement les hommes continuent, sans faire d’avantage attention à moi. Quelle frousse, je viens d'avoir!!! Après environ 15 minutes de plus, nous avons quitté la ville, nous rejoignons un quartier que je ne connais pas. Les trois hommes semblent arriver à leur domicile, une banale maison en brique de deux étages. Par contre je ne vois maintenant plus que deux hommes, j'ignore où est passé le troisième. Peu importe maintenant je peux repartir.

"Bonjour ma ptite demoiselle".

"Heinhh !!", je m'écrie. C'est le troisième homme, il vient d'apparaitre derrière moi. Mon cœur bat encore plus fort que tout à l'heure. Puis les deux autres sont déjà vers moi également.

"Aller viens avec nous ma jolie" me fait l’un des deux autres. Je réplique effrayée :

"Non attendez...il...je dois y aller…"

Mais les trois hommes me tirent par le bras et me font entrer dans leur maison. Mon dieu, qu'est-ce que j'ai peur, j'arrive à peine à prononcer un mot. Ils ont fermé à clé.

"Ça faisait un bon moment qu'on t'avait repérée, tu croyais que tu allais nous suivre sans te faire remarquer" s'écrie le même homme.

"Va acheter ce qu'il faut, on la surveille jusqu'à ce que tu reviennes" s'écrie le même homme envers celui qui m'a surprise par derrière, lequel sort immédiatement.

L'homme qui me parle est vêtu d’un pull brun, tandis que le troisième qui ne m'a pas encore parlé, est vêtu d'un sweet vert. En plus de m’effrayer, ces trois hommes me répugnent quelque peu.

"Mais où est ce qu'il va?" je m'écrie, terrorisée.

"Je vais t'en dire plus" explique l’homme en pull brun. "En fait on a fait semblant de ne pas te voir pour t'amener ici. C'est clair qu'on ne voulait pas être repéré, mais... C'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de mettre la main sur une jolie poupée comme toi !"

"Eh, tu lui a demandé de prendre combien de cordes?" demande l'autre homme en sweet.

"Au moins 5, il en faut assez pour cette poupée" réplique l’homme en pull.

"Quoi!!" m'écris-je! " Non maintenant laissez moi partir, je ne dirais rien d'accord, mais laissez moi m'en aller".

" Tu crois qu'on va laisser filer un canon comme toi" s'écrie l'homme en pull.

Mon dieu, qu'est ce que j'ai peur, pitié un miracle, il faut je m'enfuie. Mais c'est impossible, ils ont verrouillé à clé, et les deux hommes sont tout près de moi, je ne peux pas m'enfuir!

" J'ai ce qu'il faut les gars" s'écrie le troisième homme qui revient à l’instant, qui lui porte un tee shirt blanc. L’homme en pull réplique :

"Nickel, on va pouvoir s'occuper de la fille" il saisit une corde et se met derrière moi, en me faisant : "Met tes mains derrière le dos ma chérie".

Je joins mes mains à l'arrière, j'ai si peur que je n'ose pas désobéir à tous ce qu'ils me disent. Je sens les cordes enlacer mes poignets. L'autre homme en sweet est également en train d'attacher mes chevilles. Les cordes sont vraiment très serrées.

"Assieds-toi par terre, pétasse" me dit l'homme en pull, ce que je fais lui me retenant par les bras.

"Passe-moi une autre corde" dit-il à l’homme en-t-shirt. Puis il m'attache au niveau des bras et du torse, passant les cordes au dessus et au dessous de mes seins. Le deuxième voyou attache également mes jambes, juste au dessus des genoux. Ils sont en trains de serrer les nœuds. Je pourrai toujours essayer de me dégager des cordes, une fois seule.

" Vous pouvez déjà y aller les gars, je termine et je vous rejoins" dit l'homme en pull. Il prend un long tissu blanc, et le met par dessus ma bouche, serrant très fort à ma tête. Me voilà maintenant bâillonnée.

" On a tout bouclé, alors fait pas la conne, on reviendra ce soir !" Me fait-il. Puis il me plote mes seins en me faisant: "à tout à l'heure poupée !!"

"Mmmmhhhh", je fais, incapable de parler, mon bâillon m'en empêchant.

Il est parti. Je tente de me dégager... ces cordes sont vraiment serrées, je n'y arrive pas. Puis j'y met toute mes forces... rien à faire, c'est impossible, ils m’ont bien ligotée. Je tente alors de crier:

"GGmmmhhh...Mmmmhhh...Mmmhhhh", c'est peine perdue, personne ne m’entends, puis la maison est presque isolée. Mon dieu, comment j'en suis arrivée là ?!!
Tout ce je peux faire c'est rester là attachée au sol. Je suis totalement effrayée, que va-t-il m'arriver!!? Tout mes atouts, mon corps est à leur merci. Ils vont peut-être me violer. Il faut à tout prix que je m'en aille, mais c'est impossible, ligotée comme je le suis. Pourquoi est-ce que je les ai suivis, si j’avais procédé autrement, je n'en serais pas là. Tout ça juste en allant faire les courses. Et maintenant me voilà dans de beaux draps.

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1316
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Une journée imprévisible

Message par Mad Hatter » 26 févr. 2016, 12:11

Eh beh ton personnage est quand même assez maigre si je calcule son Indice de Masse Corporelle, un poids de plume.

:-) Scénario classique mais efficace, une journaliste un peu trop hardie, mais ça a son charme par rapport au hibou philosophe :sage: , j'espère que les trois matous ne vont pas lui faire perdre trop de plumes.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Avatar de l’utilisateur
dizzy22
Amateur(trice) de JdL
Messages : 102
Inscription : 09 févr. 2016, 15:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Le bondage, le respect de l'autre.
J'avoue que j'aime regarder une femme se débattre dans ses liens et encore plus quand elle porte des vêtements en latex, lol. J'aime aussi me retrouver ligoté et bâillonné, je prends ceci plus comme un jeu et non pas comme une humiliation.
J'adore autrement voyager, découvrir de nouveaux horizons et parler avec des gens.
Ce que je déteste : La vulgarité, la violence gratuite, l'irrespect.
Localisation : Bretagne

Re: Une journée imprévisible

Message par dizzy22 » 26 févr. 2016, 15:23

Merci pour l'histoire, vivement la suite :D

Avatar de l’utilisateur
Gwenboyfriend
Passionné(e) de JdL
Messages : 270
Inscription : 22 juil. 2015, 05:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les demoiselles en détresse, les mots "ligotée", "bâillonnée" au singulier comme au pluriel. Les dessins de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim
Ce que je déteste : Les scènes de viol et de torture, U69, la fin des histoires de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim.
L'adaptation de Gwendoline par just jaeckin
Localisation : ile de francce
Contact :

Re: Une journée imprévisible

Message par Gwenboyfriend » 27 févr. 2016, 05:14

un début sympathique
Image

Avatar de l’utilisateur
Nina
Amateur(trice) de JdL
Messages : 122
Inscription : 05 févr. 2016, 06:10
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La douceur, le calme, la nature
Ce que je déteste : La pollution.

Re: Une journée imprévisible

Message par Nina » 27 févr. 2016, 15:31

Merci beaucoup pour vos messages :) !!! ça me fait trop plaisir!!

Sur ce point Mad Hatter, mon personnage est proche de moi, je fais pratiquement le même poids et la même taille que mon perso. Si tu veux savoir ce que les matous ont l'intention d'en faire, ne manque pas la suite ;)

Chose promise, chose due, voici la suite, bonne lecture à tous !! :)



C'est déjà le soir, je suis toujours immobilisée par les cordes. Les trois hommes sont revenus.
"Il y en a pour combien alors" demande l'homme au pull.
"Putain mille deux cents balles, il y a de quoi faire une sacrée soirée" s'écrie l'homme au sweet.
"Attend on peut se faire une bonne soirée ici, notre prisonnière, on va pouvoir s'éclater!! Je suis en extase déjà rien qu'en y pensant !!" réplique l’homme en pull.
Alors qu'ils parlent je suis juste derrière, ligotée et toujours bâillonnée. Je suis presque un objet, je ne peux pas leurs parler, je ne peux pas bouger, je ne peux qu'attendre.
"Oh bordel moi aussi j'ai bien envie de me la taper" s'écrie l'homme en T-shirt. "Mais ce soir j'ai quand même envie de sortir, je dois aller croiser du monde. Regarde-la... elle est tellement bonne comme ça, attachée. Je crois qu'on va la garder pour toujours!!"

" Je vais aussi sortir" affirme l'homme en t-shirt. "Mais si je n’arrive pas à conclure ce soir, elle sera ma consolation. Mais c'est vrai que j'hésite, j'aurai de la peine à trouver une aussi jolie".
"Moi c’est avec elle que je vais m’éclater ce soir !! " reprend l’homme en pull.
"Bon allez, on s'arrache, amuse toi bien", dit l'homme au sweet, partant avec l’homme en T-shirt.
"A ça, je peux déjà te dire que je vais pas être déçu!!!" réplique l'homme au pull.
"HHHMMMM!!!!", j'essaie de crier "non, pitié, ne le laissez pas avec moi", mais je suis bâillonnée, je ne peux pas prononcer un seul mot.
"Ouais, vas-y" réplique l'homme" couine comme ça, ça m'excite trop!!!".
Ce pervers me porte. J'essaie de bouger mais impossible, avec les cordes. Ce salop en profite pour me ploter les fesses. Puis il me lance dans un lit, comme si j’étais une poupée pour enfant.
"On va prendre du bon temps ma poupée, ohh oui" réplique-t-il.
Puis il commence par ploter mes seins, m'embrasse sur le visage, c'est horrible je ne peux rien faire. Ces saletés de cordes!! Elles font de moi sa prisonnière, je ne peux absolument rien faire. Soudain une sonnerie de téléphone retentie. Mon kidnappeur s’éloigne et répond :
"Ouais.. quoi... t'es sérieux là!? Ohh putain j'arrive alors!!" réplique-t-il au téléphone. Il raccroche et me fait :
" T'as déjà gouté à l'extasie ma poupée? Oups, c'est vrai tu ne peux pas répondre. Mais t'inquiète pas, je vais pouvoir en ramener, tu va kiffer ma mignonne!! C'est dommage on était bien parti pourtant. Mais t'en fais pas, je reviens tout de suite. Tu viens de me mettre en extase pour toute la nuit ma poupée. A tout de suite!!"
L'homme s'en va. Mais sûrement pas pour longtemps. Je suis toujours ligotée dans ce lit.
"Mmmhhh" ces saletés de cordes sont vraiment solides.
Soudain, en regardant un peu partout dans la chambre, j'aperçois des lames de rasoirs sur une commode. Je dois les atteindre!! Je me mets débout, non sans difficulté et sautille. C'est difficile, en plus je ne vois pas mes mains. Je tente de récupéré les lames. Où sont elles, je ne vois rien avec mes mains attachée dans le dos. J'en saisis une!! Allez, maintenant il faut scier ces cordes. J'y mets toute mon énergie!! Je scie...la corde qui enlaçait mes poignets s'est rompue, mes mains sont enfin libre. Un miracle que je ne me sois pas coupé !! Puis je coupe également les cordes qui entourent mes bras et mon torse. Enfin je détache les cordes de mes jambes. C'est fait !! Plus que mes chevilles... et voilà, libérée !! Mon bâillon encore... ce nœud est vraiment serré... enfin je parviens à le retirer!!
"Aahhh"!!! Libre je suis maintenant. Je coure à la porte, il a oublié de la refermer, je peux m'enfuir....
Après être passée au poste de police, la procédure va très vite, les 3 hommes sont embarqué le soir même, je suis alors rentrée chez moi en sécurité!! Et surtout je suis libre!!!

Avatar de l’utilisateur
dizzy22
Amateur(trice) de JdL
Messages : 102
Inscription : 09 févr. 2016, 15:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Le bondage, le respect de l'autre.
J'avoue que j'aime regarder une femme se débattre dans ses liens et encore plus quand elle porte des vêtements en latex, lol. J'aime aussi me retrouver ligoté et bâillonné, je prends ceci plus comme un jeu et non pas comme une humiliation.
J'adore autrement voyager, découvrir de nouveaux horizons et parler avec des gens.
Ce que je déteste : La vulgarité, la violence gratuite, l'irrespect.
Localisation : Bretagne

Re: Une journée imprévisible

Message par dizzy22 » 27 févr. 2016, 16:22

Fin de l'histoire déjà ? :o Je ne peux y croire.
C'est court mais j'imagine qu'il y a une suite :)

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1316
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Une journée imprévisible

Message par Mad Hatter » 27 févr. 2016, 16:43

Nina se sortant de ce mauvais pas sortit de la maison et se précipita au commissariat. L'extase des psychotropes ce sera pour plus tard ou jamais. :-)
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Avatar de l’utilisateur
Nina
Amateur(trice) de JdL
Messages : 122
Inscription : 05 févr. 2016, 06:10
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La douceur, le calme, la nature
Ce que je déteste : La pollution.

Re: Une journée imprévisible

Message par Nina » 27 févr. 2016, 16:44

Non, l'histoire n'est pas fini dizzy ;) , ce n'est qu'un épisode parmi tant d'autre qui vont suivre!!

Avatar de l’utilisateur
Gwenboyfriend
Passionné(e) de JdL
Messages : 270
Inscription : 22 juil. 2015, 05:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les demoiselles en détresse, les mots "ligotée", "bâillonnée" au singulier comme au pluriel. Les dessins de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim
Ce que je déteste : Les scènes de viol et de torture, U69, la fin des histoires de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim.
L'adaptation de Gwendoline par just jaeckin
Localisation : ile de francce
Contact :

Re: Une journée imprévisible

Message par Gwenboyfriend » 27 févr. 2016, 17:26

Patientons jusqu'au prochain épisode alors
Image

Avatar de l’utilisateur
Nina
Amateur(trice) de JdL
Messages : 122
Inscription : 05 févr. 2016, 06:10
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La douceur, le calme, la nature
Ce que je déteste : La pollution.

Re: Une journée imprévisible

Message par Nina » 28 févr. 2016, 04:06

Bonjour,

Voilà la moitié d'un nouvel épisode. Il se passe deux mois après les premiers événements. Bonne lecture à tous :)

Jour 2 : cachotterie au bureau

J'arrive au travail, dans ma tenue habituelle, chemise blanche et jupe noir. Aujourd'hui c'est vendredi, dernier jour de travail avant le weekend, lequel sera agréable. Cela commencera ce soir, une petite soirée entre collègue de travail pour décompresser de la semaine, je m'en réjouis. Mais d'abord j'ai encore du travail pour la journée. Arrivée à mon bureau j'entends une voix familière:

"Bonjour Nina, comment vas-tu par cette belle journée?"

C'est Yuri, un des invités de ce soir, il est inspecteur de police et vient occasionnellement au bureau.

"Yuri, salut, ça va très bien, et toi?" je réplique.

"Oui, bientôt le weekend, donc je me sens en forme. Je suis content de savoir que tu vas bien. Je ne t'ai pas revu depuis cet affaire... j'imagine que ça a du être terrorisant pour toi."

"Oh oui, cet fameuse journée où j'ai été kidnappée. Mais ça fait maintenant deux bon mois, et les trois agresseurs ont été jugé et condamné à une peine de prison, donc je me sens rassurée.
et puis, heureusement ils n'ont pas eu le temps de me violée. Quelle histoire!!"

"Oui, c'est vrai, c'est fini maintenant. Mais c’est tout de même inquiétant, les affaires de kidnapping deviennent de plus en plus fréquente. Il y a aussi un cas bien particulier, tu as du entendre parler du « geôlier », toi qui est dans le milieu des médias ? "

" Oui, bien sûr, mais à vrai dire je ne sais pas grand-chose sur lui. Tout ce que je sais, c’est que différente filles auraient été kidnappées par une seule et même personne, qui aurait la particularité de signer ses kidnappings en laissant sur place rien d’autre qu’ une photo de sa victime, avec un dessin dessus, deux cercles relié par un trait, comme des menottes, d’où son surnom de « geôlier » " je réplique.

"C’est exact. Toutefois, cette signature n’est pas toujours apportée apparemment. Récemment, au poste, nous avons reçu une fille qui avait été enlevée. A son réveil, elle était dans une pièce sans fenêtre, ligotée et bâillonnée avec plusieurs autres filles dans le même état. Elle n’a jamais vu son ravisseur, elle est restée captive plusieurs jours, mais aurait été relâchée par son ravisseur, d’une façon très étrange : alors qu’elle était attachée dans cette pièce avec d’autre fille, elle aurait simplement été endormie avec du chloroforme, puis à son réveil, elle était dans son lit, chez elle, avec encore des marques causés durant sa captivité par ses liens. Quand elle est venue au poste, on ne pensait pas qu’il s’agissait du geôlier, étant donné qu’aucune photo de cette fille n’avait été laissée sur place avec le symbole des menottes lors de son enlèvement. Mais quand elle nous a décris les autres filles qui étaient prisonnières avec elle, leurs descriptions correspondaient à 3 autres filles déjà enlevées par le geôlier, lorsque nous avons montré leur photo, notre victime les a reconnus, c’est là que nous avons su qu’elle avait bien été séquestré par le geôlier. "

"En effet, c’est effrayant, mais je penses que je vais essayer d’en savoir plus sur cette histoire. Bon je vais devoir me mettre au boulot, on se retrouve ce soir?" je répond.

"Oui, à ce soir !!" Termine Yuri.

Yuri est un homme cheveux bruns, légèrement bouclé, des yeux de la même couleur. Il est assez musclé, sans pour autant que ce soit excessif. De tailles moyennes et très sportives. Il pratique différents arts martiaux.

Je suis à mon bureau, je n'ai que de l'administratif pour aujourd'hui, le plus ennuyeux. Peu importe, le weekend sera encore plus agréable.

"Nina, tu as quelques minutes" me demande Gwenne, une collègue également invitée ce soir.

"Oui, de quoi as-tu besoin?"

"Je dois jeter un coup d'œil au film qu'on a reçu de l'agence de presse. Je crois que c'est Clara qui doit l'avoir, peux tu le lui demander, j’ai énormément à faire pour le moment"?

"Oui si ça peut te rendre service" je réponds.

Clara est une collègue talentueuse. Elle obtient promotion sur promotion. Elle dirige sa carrière avec un incroyable succès. En plus c'est une très belle femme, blonde, une très belle chevelure descendant jusqu'à la hauteur des épaules. Elle a des yeux bleux, lui conférant un regard très attirant est très charmant. Son corps est celui d'un top modèle, très fine avec de très jolies formes également. Je suis persuadé que c'est par jalousie que Gwenne ne la fréquente pas, Gwenne a toujours été comme ça. Je retrouve Clara et lui fait :

"Bonjour Clara, j'aurais besoin du film de l'agence de presse, est ce que c'est toi qui l'a?"

"Nina, content de te voir. Oui, le voici. J'espère que tu sera là ce soir" réplique Clara.

"Oui, je viens aussi, comment ne pas profiter du vendredi soir"

"Ça me fait plaisir que tu viennes. As-tu une voiture pour ce soir? Je peux passer te prendre si tu veux"?

" C'est gentil, mais je vais prendre la mienne. Je ne sais pas si je rentrerai chez moi ensuite, mais merci quand même".

" A ce soir, passe une bonne journée ! " réplique-t-elle.

Clara est vêtue d'un t-shirt rose très serré, d'une jupe bleue, avec une ceinture rose. Elle porte des talons de la même couleur que sa jupe. Cette fille est vraiment à craquer.

Le temps passe, c'est déjà la fin de l'après midi. Mon patron Jason vient vers moi:

"Nina, il nous faudrait une analyse du film qu'on a reçu, tu peux faire cela aujourd'hui".

"Non, j'ai encore beaucoup pour aujourd'hui, mais je peux m'en occuper ce weekend et le faire pour lundi" je réplique.

"Très bien, bon weekend".

Je continue mon travail, je termine ce qu'il me reste. Ouf, je n'ai pas tout fini, mais j'ai déjà bien avancé. Et maintenant c'est le weekend!!

Je rentre chez moi et me change. Je ne porte pas de bas ce soir, mes jambes sont totalement épilées. Je mets cette jupe en jeans, assez serrée et courte. Je l'attache avec une jolie ceinture brune. Je mets un débardeur brun foncé et des bottes également brunes avec des motifs blancs, celle-ci monte jusqu'au dessous de mes genoux. Je remplace mes bracelets argentée et ma montre, par trois bracelets fin en cuir à ma main gauche et quatre attaches cheveux à mon autre main. J'attache mes cheveux, faisant une queue de cheval en laissant deux franges à l'avant, puis je mets un collier, le contour noir et un motif argenté rond. Je mets encore mes grandes boucles d'oreilles créoles. Je suis prête pour sortir. Me regardant dans le miroir, je me trouve si belle, rivalisant avec Clara. Mais j'y pense, je n'ai pas pris le film. Peu importe, je passe au travail le récupérer.

Une fois arrivée, j'allume les bureaux et cherche vers le poste de Gwenne... mais rien. Peut-être l'a-t-elle rendu à Clara. Je me rends à son poste. Une chance, la clé est dans le tiroir
de son bureau, dedans j'y retrouve plein d'affaire entre autre un dvd. Je ne sais plus si c'est celui-ci. Il suffit de le lire sur son ordinateur. Aussitôt que le visionne, je découvre quelque
chose de très troublant. Je dirais même effrayant!! .....

Répondre