Nouvelles sensations

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
sockgag
Régulier(ère)
Messages : 41
Inscription : 03 avr. 2016, 12:08
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La lecture, le cinéma, les soirées entre amis et le bondage
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les personnes qui jugent les autres sans les connaître
Localisation : Basse-Normandie

Nouvelles sensations

Message par sockgag » 04 avr. 2016, 05:28

Bonjour à tous ! Voici une histoire que j'avais mis en ligne sur un autre forum de bondage et que je souhaiterais vous faire partager.

_Très bien, pensez bien à me remettre vos études de cas sur mon bureau, et je vous dis à la semaine prochaine !
Les derniers mots du prof résonnaient comme une bénédiction aux oreilles de Solène. On l’avait pourtant prévenue que les études en Master impliquaient une charge de travail supplémentaire, et elle était plutôt du genre travailleuse, mais ses 8 heures de cours l’avait exténuée. Du haut de ses 21 ans, Solène était plutôt jolie, d’une beauté discrète pourrait-on dire : elle ne faisait pas forcément tourner les têtes sur son passage, mais elle avait ce charme discret que l’on remarque en prenant le temps de la connaître. Elle avait des cheveux châtain, mesurait environ 1m65, avait des formes que l’on pourrait qualifier de généreuses, sans que cela soit forcément flagrant au premier coup d’œil. C’est à travers ses yeux que tout se jouait : l’un d’eux était de couleur bleue assez claire, qui n’était pas sans rappeler la couleur de la mer par une chaude après-midi d’été, tandis que l’autre était de couleur verte qui faisait penser à de l’herbe fraîchement coupée. Elle était de nature assez timide, mais dès que l’on commençait à bien la connaître, elle s’avérait être quelqu’un de très sociable, enjouée et ayant beaucoup d’humour.
Tout en empruntant le chemin menant à son logement, elle se dit qu’une petite sieste serait plus que bienvenue. En plus de sa journée bien chargée, sa nuit précédente s’était révélée assez courte, sa colocataire ayant trouvé le moyen de lui prendre la tête pour pas grand-chose. Solène partageait son logement avec deux autres étudiantes dont elle avait fait la connaissance une semaine auparavant. L’une d’elle était une métisse d’environ 1m70, avec des yeux bleus-gris et des cheveux d’un noir de jais. Son nom était tout aussi exotique : elle se prénommait Yolanda. Il ne faisait aucun doute qu’elle, en revanche, faisait grandement tourner les têtes sur son passage. De plus, elle affichait une confiance en elle tellement grande qu’elle en était désarmante. Elle pouvait se lier d’amitié avec n’importe qui en l’espace d’une journée, et elle se révélait aussi être extrêmement autoritaire par moments. Elle pouvait imposer sa volonté avec une facilité déconcertante. Son autre colocataire s’appelait Sabrina, et semblait être une amie de longue date de Yolanda. Sans être aussi charismatique que son amie, elle n’en était pas moins jolie avec ses cheveux bruns qui lui arrivaient à peine jusqu’aux épaules et ses yeux noisettes qui semblaient scintiller dès qu’elle affichait ce sourire malicieux qu’elle arborait régulièrement.
Ainsi, la nuit précédente, Solène s’était fait surprendre tandis qu’elle utilisait l’ordinateur de Yolanda, son ordinateur à elle s’étant brusquement interrompu pour une mise à jour interminable. Elle ne pensait pas à mal, voulant uniquement terminer au plus vite son exposé qu’elle devait présenter le lendemain. Mais Yolanda ne supportait pas que l’on utilise ses affaires sans lui demander la permission, c’est pourquoi elle s’est mise immédiatement en colère dès qu’elle a aperçue Solène quand elle est rentrée de ses cours. La confrontation qui s’est ensuivie a bien duré environ une heure, Yolanda exigeant que Solène lui présente des excuses, et cette dernière, pouvant se montrer très têtue par moments, refusait obstinément de lui donner satisfaction. Solène a finalement décidé de partir dans sa chambre, laissant derrière elle une Yolanda qui laissait entendre qu’elle ne s’arrêterait pas là.
Tandis qu’elle poursuivait sa route, Solène se dit qu’elle devrait être plus tranquille en rentrant, Yolanda et Sabrina ayant un cours de danse qui allait leur prendre une bonne partie de la soirée. Et effectivement, quand elle rentra enfin chez elle, il n’y avait personne dans le petit appartement. Elle en profita pour se prendre une douche rapide, regagna sa chambre et enfila son pyjama, qui se composait d’une sorte de polo à manches longues et d’un pantalon blancs en coton, pas super sexy mais tellement confortable ! Elle s’engouffra dans son lit et il ne lui fallut pas plus de dix minutes pour tomber dans les bras de Morphée.
Elle mit quelques temps à sortir de son sommeil et à avoir pleinement conscience de son environnement. Elle était toujours dans son lit, mais elle sentait que quelque chose était différent. Des voix lui parvenaient de la pièce voisine, ce qui signifiait que ses colocataires étaient rentrées de leur cours de danse. Elle finit par comprendre ce qui clochait quand elle tenta de prendre son téléphone pour regarder l’heure : ses bras étaient coincées dans son dos et refusaient de lui obéir. Elle tenta de se redresser, mais ses jambes étaient comme soudées l’une à l’autre. Après s’être fermement débattue avec ses couvertures, elle découvrit le pot-au-rose : elle était tout bonnement fermement ligotée avec un scotch noir très épais. Ses poignets était liés dans son dos et ses bras étaient maintenus le long de son dos à l’aide de plusieurs tours de ce satané scotch qui passait au-dessus et en-dessous de ses seins et qui mettaient ces derniers plus en valeurs, recouverts par son haut de pyjama. Ses jambes avaient subies le même traitement, le scotch recouvrant ses chevilles et ses cuisses, passant au-dessus et au-dessous ses genoux. Après avoir effectué un bref combat acharné et parfaitement inutile contre ses liens, elle commença à hurler :
_Eh ! Détachez-moi tout de suite ! Ce n’est vraiment pas drôle !
Elle gigota de plus belle.
_Eh oh ! Ramenez-vous fissa, ou je vous jure que vous allez le regretter !
Des pas se firent entendre, et la porte s’ouvrit enfin. Sans surprises, elle aperçue ses deux colocataires qui affichaient un air ravi.
_Et bien, il semblerait que notre Belle au bois dormant soit enfin réveillée, ne put s’empêcher de s’exclamer Yolanda.
_Bon, d’accord, très marrant ! Maintenant que vous vous êtes bien marrer, détachez-moi tout de suite !
Elle aurait espérée adopter un ton plus ferme, mais sa voix était légèrement partie dans les aigues, ce que ne manqua pas de remarquer Sabrina, qui ne put réprimer un petit sourire.
_Je t’avais dit hier que je n’en avais pas terminée avec toi. J’attends toujours des excuses.
_Attends, t’es sérieuse, là ? J’avais emprunté ton pc uniquement pour finir mon travail, j’avais pas l’intention d’aller espionner ton profil facebook ou je sais pas quoi ! Et puis je savais pas à quelle heure tu allais rentrer, et il fallait que je finisse rapidement ce que j’avais commencé !
_Ce sont tes excuses, ça ?
_Va te faire voir ! Je n’ai aucune excuse à te faire, je n’ai rien fait de mal !
Avec un sourire en coin, Yolanda déclara calmement :
_Mauvaise réponse, ma belle !
Les deux comparses se rapprochèrent lentement de leur prisonnière qui gesticulait pour tenter d’échapper à leur emprise.
_Dis-nous, Solène, au fait, es-tu chatouilleuse ?
_QUOI !? NON, NE VOUS AVISAIT PAS DE MMMMFFFHHH !
Avant qu’elle ait pu terminer sa phrase, Sabrina s’était jeté sur elle et lui avait plaqué sa main sur la bouche, tandis que Yolanda entreprit de lui chatouiller ses pieds nus. L’effet fut instantané : Solène se mit à gesticuler de toutes ses forces et ne put réprimer des rires étouffées par la main de Sabrina fermement appliquée sur sa bouche.
_Mais c’est qu’elle est très chatouilleuse, notre petite rebelle !
Ayant du mal à esquiver les coups de jambes de Solène qui s’escrimait comme une furie, Yolanda parvint à lui maintenir ses jambes en s’asseyant dessus et s’assurait ainsi une meilleure prise pour lui chatouiller les pieds. La pauvre Solène était à présent totalement à la merci de ces deux folles furieuses, et complètement réduite au silence par la main de Sabrina, elle ne pouvait émettre que des « mmmmmfffffhhhmmmm » ininterrompues. S’arrêtant soudain dans son élan, et offrant ainsi un court répit à Solène, Yolanda s’adressa à son acolyte :
_J’ai une idée : vu comment notre amie est sensible, je vais en profiter pour aller chercher ma plume et intensifier son traitement.
Solène se remit à gigoter de plus belle.
_Mmmmmmpfffgrrr
Dans un effort intense, elle parvint à mordre la main qui lui enserrait la bouche.
_Cette peste vient de me mordre !, s’exclama Sabrina.
_Voyez-vous ça ?, reprit Yolanda en s’adressant à Solène qui tentait de reprendre son souffle. Toi, ma fille je te garantis qu’on va te réduire au silence !
Aussitôt dit, elle entreprit de retirer ses chaussettes. Solène, comprenant son intention, s’évertua alors à bouger sa tête de droite à gauche pour l’empêcher d’accomplir son but.
_Sabrina, peut-tu m’aider à la maintenir, s’il te plaît ?
Tandis que Yolanda se plaçait à califourchon sur le ventre de Solène, ses chaussettes dans la main, Sabrina s’employait à lui maintenir la tête droite à l’aide de ses genoux. Solène, quant à elle, maintenait fermement ses lèvres closes.
_Allez, ma belle, ne rends pas les choses plus difficiles.
Mais Solène refusait obstinément d’obtempérer. Yolanda lui pinça alors le nez pour lui faire ouvrir sa bouche et y enfourna l’une de ses chaussettes et la maintint avec sa main. Sabrina prit alors le gros scotch noir et appliqua plusieurs tours sur la bouche de leur captive.
_Et bien, te voilà complètement baillonnée, ma chérie, fit remarquer Sabrina. Cette simple constatation semblait la plongeait dans un ravissement profond.
Solène étant désormais rendue à une totale impuissance, nos deux sadiques entreprirent de la chatouiller de plus belle à l’aide de la fameuse plume. Bien que cela ne fut pas d’une grande utilité, Sabrina continuait à maintenir sa main sur la bouche déjà baillonnée de leur captive. Cette dernière se débattait de toute la force de sa volonté et ne cessait de gémir sous son baillon, à tel point qu’on pourrait comparer cela à un orgasme.
_Mais c’est qu’en plus elle a l’air d’aimer ça !, déclara Sabrina, ce qui eut pour effet de faire rougir Solène.
_Arrête, regarde-là, elle a l’air toute gênée, renchérit Yolanda avec un grand sourire.
Après une longue séance intensive de chatouilles, Yolanda déclara qu’il était temps de s’arrêter :
_Je pense qu’elle a compris la leçon. Néanmoins, il me semble préférable de la laisser ligoter cette nuit.
_MMMMMFFFFHHHMM !?
_Sssht, ma belle, dit Sabrina en lui remettant la main sur le baillon et lui caressant les cheveux d’un geste maternel. Oui, je suis d’accord, vu son sale caractère. Il me paraît même indispensable de la ligoter plus solidement.
Elles reprirent le scotch et ramenèrent ses genoux sur sa poitrine et maintinrent le tout avec plusieurs tours de scotch. Elles lui lièrent en plus ses deux pieds ensembles pour la forme, puis elles la bordèrent comme si elles étaient aux petits soins pour elles, et la laissèrent ainsi seule dans sa chambre.
Solène était totalement abasourdie par ce qui était en train de lui arriver. Elle était totalement ligotée et baillonnée à la merci de ses deux psychopathes de colocataires. Elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver un soupçon de plaisir face à cette perspective. Elle continua à gigoter et à gémir doucement, seule dans son lit, savourant ces nouvelles sensations qui lui étaient jusqu’alors inconnues.
Plus tard dans la nuit, les deux colocataires étaient assises dans leur cuisine, un tas de reste de scotch noir à leurs pieds : elles avaient entrepris de délivrer leur pauvre captive pendant la nuit.
_Tu crois qu’elle va nous en vouloir ?, demanda Sabrina.
_Peut-être au début, c’est normal, répondit Yolanda. Mais je peux t’assurer qu’elle a adorée ça, je l’ai vu dans son regard.
Elles regardèrent alors toutes les deux en direction de la chambre de leur amie. Yolanda déclara alors, plus pour elle-même :
_Oh oui, je sens qu’on va bien s’amuser cette année…


Voilà n'hésitez pas à me faire part de vos impressions :)

beaugosse
Amateur(trice) de JdL
Messages : 125
Inscription : 13 juil. 2013, 10:10
Pratique : Oui
Ce que j'adore : ligoter des jeunes filles mais le tout avec douceur
Ce que je déteste : que cela dure trop longtemps

Re: Nouvelles sensations

Message par beaugosse » 04 avr. 2016, 06:23

C'est original comme histoire, ça semble bien parti ! La description des héroïnes n'est pas mal non plus, en particulier celle de Solene, c'est assez poétique ! :bravo:

Avatar de l’utilisateur
fredchl
Accro à JdL
Messages : 459
Inscription : 22 mars 2016, 16:03
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les histoires de kidnapping (fantasmagorique), l'endormissement, entre autres.
Localisation : Basse-Normandie
Contact :

Re: Nouvelles sensations

Message par fredchl » 04 avr. 2016, 08:56

Un bon petit récit ! Ces étudiantes ont une bien curieuse manière de se venger !
Un bon point pour la torture en mode chatouilles, je trouve ça original.
La fin pourrait augurer une suite, non ?...
Image

Avatar de l’utilisateur
sockgag
Régulier(ère)
Messages : 41
Inscription : 03 avr. 2016, 12:08
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La lecture, le cinéma, les soirées entre amis et le bondage
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les personnes qui jugent les autres sans les connaître
Localisation : Basse-Normandie

Re: Nouvelles sensations

Message par sockgag » 04 avr. 2016, 11:13

Merci beaucoup pour vos encouragements :-)
Oui la vengeance est un peu rude, mais c'est surtout un prétexte (ça n'est heureusement qu'une histoire fictive).
Je n'ai pas encore écrit de suite, il faut que je trouve l'inspiration.

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1380
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Nouvelles sensations

Message par Mad Hatter » 12 avr. 2016, 00:44

Pas mal, pas mal du tout, c'est même très agréable à lire. :bravo:
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Avatar de l’utilisateur
sockgag
Régulier(ère)
Messages : 41
Inscription : 03 avr. 2016, 12:08
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : La lecture, le cinéma, les soirées entre amis et le bondage
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les personnes qui jugent les autres sans les connaître
Localisation : Basse-Normandie

Re: Nouvelles sensations

Message par sockgag » 13 avr. 2016, 08:52

Merci beaucoup :)

Répondre