Les aventures de Katy Stone

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1285
Inscription : 19 juil. 2013, 22:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par Mad Hatter » 11 août 2018, 22:26

Et beh, c'est un sacré plan. Peut-être que si Katy avait été moins :roll::?: enfin avec Judy elle ne la serait pas mise sur le dos.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

stephanie
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 04 juin 2015, 13:24
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Beaucoup de choses en fait, même si je suis une fan des blouses nylon et de la soumission. Surtout être ligotée strictement et bâillonnée, à la merci d'un maître ou une une maîtresse exigeant(e), avec caresses et punitions alternées. Mais j'aime aussi dominer et avoir à mes pieds une soubrette attendant mon bon plaisir.
Ce que je déteste : Les relations uro-scato, la violence non consentie, la vulgarité, les a priori sur les autres.

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par stephanie » 16 août 2018, 11:11

Un seul mot : génial.
Et merci à Gwenboyfriend pour tout ce temps passé à nous concocter ces si belles histoires, pleines de rebondissement.
Stéphanie

Avatar de l’utilisateur
Gwenboyfriend
Passionné(e) de JdL
Messages : 267
Inscription : 22 juil. 2015, 10:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les demoiselles en détresse, les mots "ligotée", "bâillonnée" au singulier comme au pluriel. Les dessins de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim
Ce que je déteste : Les scènes de viol et de torture, U69, la fin des histoires de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim.
L'adaptation de Gwendoline par just jaeckin
Localisation : ile de francce
Contact :

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par Gwenboyfriend » 18 août 2018, 17:23

Merci pour tous vos messages d'encouragement. C'est agréable de savoir que vous aimez mes histoires.
Voici le dernier épisode des aventures de Katy Stone


La soirée

Tenue en laisse entourée de ravisseurs auxquels s’est joint sa sœur, Katy comprend qu’elle n’avait aucune chance depuis le début de son aventure. Ils ont réussi à la priver de son héritage. Ils auraient pu se contenter de la faire disparaître mais ils voulaient qu’elle sache qu’ils s’étaient ligués contre elle. A présent, elle sait que personne ne viendra à son secours.
- On dirait qu’elle a compris.
- Ce n’est pas très difficile.
- Elle doit se demander ce qu’on lui réserve.
- Il faudrait la rassurer.
- Lui dire qu’elle est invitée à la fête

Katy les regarde sans comprendre. De quelle fête parlent-ils ?
- C’est vrai, on t’en n’a pas parlé. On organise une fête pour annoncer le mariage de Sylvie et Richard. Tu ne veux pas manquer ça.
Ils ne vont quand même pas l’emmener ainsi, bâillonnée, les chevilles enchaînées, les poignets et le cou enfermés dans cette espèce de carcan métallique.
- Qu’est ce qui se passe ? Tu n’as pas l’air contente.
- Elle doit penser qu’elle n’est pas vraiment habillée pour cette fête.
- On pourrait même dire qu’elle n’est pas habillée du tout.

Les infâmes individus éclatent de rire.
- Ne t’inquiète pas, on t’a réservé la plus belle robe. Tu vas être la reine de la fête.

La jeune femme ne peut qu’obéir et se laisser conduire. Elle réalise qu’ils se dirigent vers les grands salons. Cette fête ne serait donc pas une plaisanterie. Ils vont oser la montrer aux invités. Prendre le risque qu’elle soit reconnue. Certes, la réaction du conseil d’administration monte qu’ils ont pris leurs précautions mais cela lui semble vraiment étonnant.

Le groupe commence à se séparer au détour d’un couloir. Bientôt Katy est seule avec Sylvie et Judy.
- On va aller dans ma chambre pour l’entraver autrement. J’ai préparé tout ce qu’il faut.

Katy décide de jouer la prisonnière docile.

Elles atteignent la chambre de Judy. La captive voit un gant unique posé sur le lit. Cela veut dire qu’elle va être libérée de cet horrible carcan mais que ses chevilles vont rester enchainées.
- Enlève-lui son bâillon, on va le changer aussi.
- Tu es sûre. On va lui en mettre un autre dans peu de temps.
- Oui, c’est mieux.
Katy décide de profiter d’avoir retrouvé l’usage de la parole pour convaincre sa sœur.
- Judy, tu sais que je ne suis pas une imposteure
- Bien sûr, tout le monde le sait à part les idiots du conseil d’administration.
- Mais pourquoi me traites tu ainsi.
- Je te le dirais tout à l’heure quand tu auras ta nouvelle robe. En attendant tu vas mettre ce gant.

Libérée du carcan métallique, la captive songe qu’elle doit tenter sa chance et frappe Sylvie d’un violent coup de poing dans le ventre. Ou plutôt tente de la frapper parce que son adversaire pare le coup sans mal et que l’infortunée jeune femme se retrouve allongée sur le ventre le nez contre le sol. Les bras tordus dans le dos. Tout juste capable d’agiter ses jambes enchaînées.

- Judy, ta sœur a été toujours été une garce têtue.
- T’inquiètes pas. Cette fois, elle va finir par comprendre.

Judy pose le pied sur les chaînes des chevilles de la prisonnière bloquant ainsi ses mouvements désordonnés et inutiles.
- À présent tu vas te calmer et nous laisser mettre ton gant. A moins que tu préfères goûter du fouet.

Matée. Katy obéit. Judy enlève son pied de la chaîne puis s’accroupit pour enfermer les bras et les mains de sa sœur dans un gant unique qu’elle ferme avec un long lacet soigneusement noué et serré jusqu’à ce que les deux parties du gant se recouvrent.
La prisonnière est alors autorisée à se lever péniblement. Elle constate que ses mains posées l’une ou dessus de l’autre au contact de ses fesses sont totalement bloquées dans cet horrible gant qui immobilise ses doigts.

Les deux femmes examinent l’infernal vêtement.
- On doit pouvoir serrer davantage le lacet.
- Tu as raison.
Katy les supplie.
- Non, c’est déjà très serré. C’est douloureux.
- Si tu parles encore une fois sans autorisation. Je te remets ton bâillon.
Katy honteuse de les avoir suppliées baisse la tête.
- Bien. À présent nous allons resserrer ce gant. Si tu tentes quoique ce soit pour t’y opposer. Tes fesses ne feront que te brûler davantage.

La captive, impuissante, sent le gant se refermer davantage sur ses mains et ses bras. Elle retient les gémissements de douleur et de rage consciente du plaisir qu’elle procurerait à ses tortionnaires.
- Tu as été sage, c’est bien. C’est bien. Pour te récompenser, nous allons t’offrir un joli collier.

Judy brandit un collier de cuir auquel pend une longue bande de cuir.
- Non, vous n’allez pas encore me mettre en laisse.
- Qu’est-ce que je t’ai dit au sujet du fait de parler et de protester sans autorisation.
- Pardon.
- Pardon qui ?
- Pardon Judy.
La prisonnière reçoit un violent coup de cravache sur les fesses.
- Qui t’a autorisée à m’appeler par mon prénom, esclave.
- Mais, tu es ma sœur.
- Katy était ma sœur mais toi tu es Amy. Une petite peste qui a tenté d’abuser notre famille.
- C’est faux.
- Tu ne comprends donc pas. C’est nous qui avons décidé ce qui était vrai ou faux et nous avons décidé que Katy avait disparu dans l’explosion de son avion privé et que tu t’appelais Amy Wilson.
- Je ne l’accepterai jamais.
- Judy, tu ne crois pas qu’il serait temps de la bâillonner à nouveau.
- Non, elle est trop amusante à refuser de comprendre.
Judy s’adresse à nouveau à sa sœur
- Le plus tôt tu accepteras que tu t’appelles Amy, le plus tôt ta situation s’améliorera. Tu resteras une esclave mais nous n’aurons plus besoin de t’obliger à accepter ta nouvelle vie.
- Vous ne réussirez jamais.
- Tu as raison, Sylvie, il est plus simple de la bâillonner.

La prisonnière ne tente même pas de protester et laisse Judy fixer le bâillon boule entre ses lèvres. Elle est ensuite mise en laisse et n’a plus qu’à suivre docilement ses geôlières.

Ces dernières ne font aucun effort pour tenir compte des difficultés de leur victime à avancer avec ses pieds enchaînés. Katy tente de deviner vers quel lieu, elle est ainsi conduite et comprend qu’elle arrive dans une des antichambres du grand salon. Son bâillon est retiré. La porte est ouverte.

La jeune femme pousse un cri de rage et d’effroi quand elle voit ce qui l’attend à l’intérieur de la pièce.
- Non !!!! Vous n’allez pas m’enfermer là-dedans.
- Je ne vois pas ce qui pourrait nous en empêcher.
- Je pensais que tu apprécierais davantage ta nouvelle robe que nous avons conçue à ta taille.

Au milieu de la pièce pend une cage qui suit exactement les courbes du corps de la jeune femme. Katy se débat vainement. Ses adversaires la jettent sur le sol et entourent ses jambes, ses cuisses et ses chevilles avec des bandes de sparadrap. Puis retirent les chaînes de ses chevilles.

- Le sparadrap n’est pas indispensable mais ce sera plus facile de t’installer dans la cage que si tu agites tes jambes dans tous les sens.

La prisonnière cesse de se débattre et de crier. Honteuse, elle supplie ses tortionnaires.
- Ne faites pas ça. Je vous obéirai, je vous le promets.
- C’est ce que tu prétends maintenant mais nous cédons tu verras ça comme un acte de faiblesse.
- Et puis, sincèrement, on n’a pas fabriqué cette cage pour qu’elle ne serve pas.
- Mets là au sol pendant que je maîtrise cette furie.

Sylvie fait tourner une manivelle qui abaisse la cage jusqu’à ce que l’avant soit en contact avec le sol. Elle revient aider son amie pour porter Katy vers la cage. Perdant tout espoir, la captive hurle, se débat entre leurs mains.

En vain.

Malgré sa résistance Katy et posée dans l’horrible objet. Elle sent que son corps s’insère parfaitement à l’intérieur. Les différentes parties de métal s’associant sans difficultés à ses seins, son ventre, ses épaules, son cou, son front…

Cette cage a vraiment été conçue spécialement pour elle.

La prisonnière sent dans son dos des bandes métalliques qui s’abaissent et sont fermées par des cadenas. Elle est totalement immobilisée à l’intérieur de l’horrible objet.

Elle entend le son de la manivelle et la cage se redresse progressivement jusqu’à ce que la captive soit debout avec ses pieds quelques centimètres au-dessus du sol.

Malgré elle, la jeune femme tente de se débattre et ne fait que constater qu’elle peut à peine frémir mais que le moindre de ses frémissements fait osciller sa terrifiante prison.

Elle tente de se calmer et de profiter du fait qu’elle n’est pas bâillonnée pour faire appel à la pitié de ses geôlières.
- Je ne comprends pas Judy. J’admets que j’ai été lâche envers Sylvie quand elle a été punie mais toi non plus, tu n’as rien fait.
- Parce que je t’ai écoutée. Tu m’as convaincue que c’était la meilleure solution et j’ai eu tort. J’ai tenté de réparer cette erreur en aidant Sylvie à être reconnue dans cette maison. Et grâce à moi Richard l’a remarquée.
- Mais toi, qu’as-tu à me reprocher ?
- A part le fait que tu étais la préférée de notre père. Celle qui pouvait coucher avec qui elle voulait alors que moi je devais être préservée pour l’homme à qui il me vendrait pour conforter le pouvoir de son empire ? Rien.
- Je n’étais pas consciente de ça.
- Peut-être mais tu en as bien profité. A présent nous allons nous préparer pour la fête. Les domestiques vont venir t’installer dans la salle de bal.
- Vous n’allez pas m’exposer ainsi.
- Qu’est-ce que tu veux dire. Nue et en cage. Bien sûr que si.
- Vous n’avez pas peur qu’ils me reconnaissent.
- Mais tu ne comprends donc rien. Evidemment que nous espérons qu’ils vont te reconnaître. Et qu’ils vont gober l’histoire de l’imposture.
- Vous êtes bien sûres de vous.
- Tout à fait. Je te fais même une promesse. Si un seul des invités affirme que tu es Katy Stone, je te libère.

Sylvie intervient.
- Tu ne crois pas qu’il est temps de la bâillonner ?
- Tu as raison.
Judy abat sur la bouche de Katy une bande métallique fixée à un coté de la cage par un minuscule gond. La bande est fixée par un cadenas de l’autre côté. Un ergot sous la bande appuie contre le menton de la captive. La privant de toute possibilité d’ouvrir sa bouche.
- A tout à l’heure.
Les deux complices sortent de la pièce abandonnant leur victime impuissante dans sa cage qui se balance à quelques centimètres au-dessus du sol.

Elle n’a pas longtemps à attendre. Quatre domestiques viennent décrocher la cage et la portent jusqu’à la salle de bal où ils l’accrochent au plafond. Elle est à nouveau au centre de la pièce suspendue à quelques centimètres au-dessus du sol. Les domestiques n’ont pas manqué de la pincer et de la caresser tout en la portant. Elle tente d’attirer leur attention. D’implorer leur pitié.

L’un d’eux le remarque.
- Dis donc, elle a l’air prête à tout pour sortir de sa robe, la salope.
- ça se comprend. Sa situation n’est pas vraiment confortable. Mais de toutes façons on n’a pas les clefs pour la tirer de là.
- On pourrait couper les cadenas.
L’homme caresse les fesses de Katy.
- Qu’est-ce que t’en dis, ma mignonne, je suis sûr que tu saurais être reconnaissante.

Les yeux de la captive expriment qu’elle est prête à tout pour sortir de cette cage horrible.
Un autre domestique intervient.
- Joue pas à ça. Tu sais que les patrons te poursuivraient.
- T’inquiète pas, je m’amuse. C’est tellement agréable de voir cette garce nous supplier.
- Tu as raison. Et pouvoir la caresser sans qu’elle s’y oppose.

Joignant le geste à la parole l’infâme individu passe la main sur les fesses de la prisonnière qui ne peut que lui lancer un regard courroucé.
- Elle n’a pas l’air contente.
- Elle n’est plus en position de donner son avis.

Un autre domestique saisit une canne souple et appuie légèrement sur les seins de Katy. Il choisit soigneusement ses points de pression. Malgré elle, la captive commence à gémir à travers son bâillon de métal. Elle sent que son corps est parcouru de frémissements.
- On dirait qu’elle aime ça.
- C’est pas surprenant une salope pareille.
- On va t’aider.

Ces êtres ignobles entreprennent alors d’explorer le corps de la jeune femme à travers l’espace offert par les barreaux de sa prison. Bientôt, elle se sent parcourue par des ondes de plaisir insupportables. Son corps enfermé dans cette horrible cage, sa bouche close par l’infernal bâillon deviennent les instruments de son oppression.
- Vous vous amusez bien ?

Les serviteurs interrompent leur jeu et se tournent vers Sylvie.
- Excusez-nous Madame mais même emprisonnée cette garce ne peut pas s’empêcher de nous exciter.
- C’est dans sa nature et vous aviez bien raison de lui donner une leçon et je ne vous aurais pas interrompus si vous ne deviez pas vous préparer pour la fête de ce soir.

Une fois ses tortionnaires disparus, Katy jette des regards désespérés à celle qu’on croyait son amie. Cette dernière se contente de sourire.
- Tu espères encore que je vais te libérer. Tu es vraiment stupide. Te voir ainsi, impuissante, soumise à mon plaisir, je crois que je ne m’en lasserai jamais. Je dois te laisser. Il faut que je me prépare pour la fête. Tout le monde n’a pas ta chance.

La prisonnière regarde sa tourmenteuse sans comprendre.
- Avoir des amis et des serviteurs qui l’habillent et prennent soin d’elle.

L’ignoble femme sort après avoir asséné une claque sur le postérieur de son impuissante victime.

Restée seule au milieu de l’immense salon, la prisonnière ne peut que constater son impuissance. Ces mains enfermées dans le gant unique sont inutiles. Et même si ce n’était pas le cas, elle n’aurait aucun moyen d’atteindre les cadenas.

Il n’est pas davantage possible d’espérer se glisser hors de la cage. Le maillage est étroit et la forme de sa prison si bien adaptée à celle de son corps qu’elle sent le froid métal contre sa peau sans pouvoir s’en écarter.

C’est bien là le plus terrifiant. Elle sait que fabriquer cet horrible objet a pris plusieurs semaines et qu’il a été fabriqué spécialement pour elle puis qu’il lui va comme un gant. Depuis combien complotent-ils contre elle ?

Les secondes deviennent des minutes qui deviennent des heures.

Les serviteurs installent des tables déposent des plats. Parfois, elle croise le regard de l’un d’entre eux. Elle n’y voit que de la cruauté et la satisfaction de la voir ainsi prisonnière.

Puis arrivent les premiers invités. Bientôt, l’immense est remplie d’hommes et de femmes qui plaisantent discutent et prêtent à peine attention à elle.

Pourtant, elle les connaît et ils la connaissent. Comment peuvent-ils ignorer qui elle est !?

Enfin arrivent Sylvie, Richard et Judy. Puis l’annonce du futur mariage. Et la reprise de la société par ce trio maléfique.

La soirée continue. Tout le monde discute, boit, mange. Quelques personnes s’approchent parfois de la captive, la caressent, la pincent. S’amusent de son impuissance. Elle ne sait pas ce qu’elle déteste le plus. Être ignorée ou être tourmentée.

La soirée s’achève les invités partent. Et c’est seulement à cet instant que la prisonnière réalise que personne ne l’a désignée comme étant Katy Stone et que sa soeur a ainsi gagné son ignoble pari.
Bientôt le salon est vidé par les serviteurs. Et la jeune femme reste seule enfermée dans sa prison personnelle.

Elle sent que le sommeil commence à la gagner. Elle tente de résister. Mais elle finit par sombrer dans un torpeur fiévreuse remplie d’images chimériques où elle est libre dans des lieux idylliques entourée d’amants et d’admirateurs.

Jusqu’à ce que la main de Judy la pinçant la tire de cette douce somnolence. Sa sœur, Richard et Sylvie lui font face.

Le bâillon de la captive est déverrouillé. Mais elle préfère rester silencieuse.

Richard décide de prendre la parole.
- Te voici devenue bien silencieuse et obéissante.
- Vous avez gagné. Personne ne m’a reconnue.
- Tu te trompes. Je crois simplement qu’ils ont tous préféré ne pas te reconnaître.
- Mais elle a raison pour le résultat. Le monde entier croit que Katy Stone est morte et ceux qui savent ou soupçonnent que c’est faux ne feront rien pour que ça change.
- Qu’allez-vous faire de moi ?
- Cela dépend de toi. Reconnais que tu n’es pas Katy Stone mai Amy Wilson une petite intrigante qui a profité d’une vague ressemblance pour tenter de nous abuser et tu pourras sortir de cette cage.
- Je serais libre.
- Tu vas trop loin. Tu deviendras une des servantes du château. Tu seras surveillée étroitement. Bâillonnée et enchaînée en permanence. Tu dormiras dans un cachot. Tu seras fouettée à la moindre insubordination...
- Je n’y gagne pas grand chose.
- Tu plaisantes. Tu n’as pas passé que quelques heures dans cette cage et tu es terrifiée.
- Pas au point de devenir votre esclave.
- As-tu oublié à quel point les servantes qui avaient séjourné dans une cage comme celle-ci devenaient soumises et obéissantes ? Tu te crois meilleure qu’eux ?
- Je le suis. Je suis une Stone.
- Très bien, c’est donc toi qui choisis ton destin.
Le bâillon est refermé et les ignobles individus s’éloignent abandonnant la prisonnière à son triste sort.

Bientôt des domestiques arrivent et transportent la captive jusqu’à une cavité du salon. Ils l’accrochent à une chaîne puis manipulent une manivelle qui la fait descendre dans les profondeurs du château.

Katy sait qu’une fois récupérée en bas, elle sera conduite dans un cachot minuscule où la lumière du soleil ne proviendra que d’une étroite meurtrière.
Que son bâillon ne lui sera enlevé que pour la nourrir.
Et qu’au bout de quelques temps, elle ignorera si elle est dans cette cage depuis des jours ou des mois ou des années.
Alors, elle n’aura qu’un souhait, c’est que ces ravisseurs viennent encore une fois lui demander qui elle est.
Quand ils viendront elle répondra Amy Wilson et Katy Stone aura définitivement disparu.

----------------------------------Fin des aventures de Katy Stone --------------------------------------------

A des centaines de kilomètres de là dans les bureaux d’un journal local.

Jessica franchit les portes de l’ascenseur qui mène à son bureau. Elle est heureuse de reprendre enfin le travail après le repos forcé qu’elle a dû prendre suite à son enlèvement par un noble dégénéré.
Elle s’approche de Delphine qui est en partie la cause de ses ennuis mais qui est aussi celle qui l’a sauvée.
Les deux femmes se sourient.
- Et bien Delphine, tu as quelque chose d’intéressant à me proposer pour mon retour.
- Peut-être. Mais si j’ai raison, cela pourrait être dangereux.
- Dis toujours.
Delphine montre une photo d’une femme que Jessica reconnait instantanément.
- C’est Katy Stone, l’héritière qui a disparu avec son avion privé.
- Oui
- Et alors.
- Je crois qu’elle est vivante.

------------------------------------------La suite (peut-être) dans « l’affaire Katy Stone » -------------------------------
Image

Avatar de l’utilisateur
fredchl
Accro à JdL
Messages : 428
Inscription : 22 mars 2016, 21:03
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les histoires de kidnapping (fantasmagorique), l'endormissement, entre autres.
Localisation : Basse-Normandie
Contact :

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par fredchl » 18 août 2018, 19:30

Bon... En fait, ce n'est que la fin d'un épisode ?... :-)

Par rapport au passage du sang mélangé des deux sœurs dans le cube, je pensais voir arriver un revirement après la seconde tentative, les imposteurs découverts et Katy Stone reconnue... Mais non !... :saitpas:
J'ai adoré le carcan métallique moulé aux mensurations de la donzelle, ça rappelle presque le sarcophage égyptien mais version aussi moyenâgeuse que le carcan. :lol:
Le classique Gant de contention a refait son apparition... ( c'est fétichiste ?....)
J'aurai cru jusqu'au final que quelqu’un l'aurait reconnue dans la salle des festivités, un quelconque chevalier blanc s'écriant : Diantre ! Mais c'est katy Stone !...
L'extrême final me rappelle la comtesse Erzebeth Bathory, condamnée à rester emmurée dans sa chambre à jamais...

Bravo ! ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1285
Inscription : 19 juil. 2013, 22:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par Mad Hatter » 19 août 2018, 01:09

Jolie conclusion du cycle pour Katy Stone. Et bien entendu dans l'histoire le barrage sera construit. Des intriguants contre une orgueilleuse. :duel: Mais c'est amusant de voir à quel point elle n'a pas retenu la leçon de ses échecs passés.
Image

Ensuite reste à savoir comment le pouvoir va se partager. :mrgreen: :twisted:
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Avatar de l’utilisateur
foulards6384
Passionné(e) de JdL
Messages : 246
Inscription : 09 oct. 2011, 13:11
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Le contact avec un foulard en soie surtout comme liens ou bâillon,discuter avec des gens sur le ligotage ou autre. connaitre des gens de régions différentes, tester de nouvelles méthodes de ligotage, profiter des bon moments qu'offre la vie.
Ce que je déteste : Les bâillon boule,ne pas avoir de partenaire pour les scéances de ligotages, tout ce qui hard
Localisation : haute loire auvergne

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par foulards6384 » 19 août 2018, 15:56

Une aventure riche en rebondissements, un plaisir a lire, ont pourrais croire que la dernière partie est un fin d'histoire ou la fin d'un chapitre.
L'auteur nous donnera la réponse.
je bouge pas :police: je ne regarde pas :bandeau: je ne parle pas :gagged:

Avatar de l’utilisateur
Gwenboyfriend
Passionné(e) de JdL
Messages : 267
Inscription : 22 juil. 2015, 10:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les demoiselles en détresse, les mots "ligotée", "bâillonnée" au singulier comme au pluriel. Les dessins de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim
Ce que je déteste : Les scènes de viol et de torture, U69, la fin des histoires de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim.
L'adaptation de Gwendoline par just jaeckin
Localisation : ile de francce
Contact :

Re: Les aventures de Katy Stone

Message par Gwenboyfriend » 21 août 2018, 19:16

Tout d'abord, merci pour vos messages. C'est vraiment agréable de savoir que vous avez apprécié cette histoire

Pour répondre à quelques questions

C'est vrai que je les apprécie lesgant unique dans les dessins de John Willie

Image

ou dans ceux de Stanton

Image

Cela m'amusait d'arriver à les introduire dans cette histoire.

ça m'ennuyait de finir l'histoire sur l'enfermement de Katy (même si elle l'a bien cherché :D ) . C'est pour cette raison que sur le modèle des séries actuelles, je finis sur une séquence "post générique" qui laisse entendre qu'il y a une possibilité qu'elle soit secourue. Mais pour l'instant, je n'ai pas prévu de suite à cette histoire. Et si il y en a une, ce ne sera pas Katy qui en sera l'héroïne, elle sera plutôt l'objet de la quête ("à la recherche de Katy Stone" serait un meilleur titre).

En attendant, j'ai d'autres récits en tête que j'espère partager avec vous. Et pour lesquels j'espère vous aurez autant de plaisir à les lire que moi à les écrire.
Image

Répondre