Réveil mouillé

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
bernard velini
Fantôme
Messages : 4
Inscription : 10 mai 2016, 10:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : les femmes qui prennent du plaisir à être attachées.
Cordes, sangles, menottes et tout le reste
Ce que je déteste : le sectarisme
Localisation : vaucluse

Réveil mouillé

Message par bernard velini » 01 mars 2018, 09:24

Reveil

Comme chaque matin je vais consulter mes mails. Au milieu des pubs et autres infos initeressantes, je vois un message de Lise... une tres bonne amie. J’ouvre et je lis
« Mon chéri, c’ est le weekend et tu vas avoir du temps de libre. Alors j’ ai pensé que tu pourrais me rendre une petite visité... amicale. En attendant je vais me mettre nue et me menotter mes poignets et mes chevilles. Pour toi. J’ ai pris un somnifère pour que cette attente passe plus vite et que mon excitation ne m’ empêche pas de m’ endormir. Je suis déjà trempée. A tout à l’ heure mon chéri.
Tu trouveras les clés comme d’ habitude. Hummm «
C ‘ était un excellent début de matinée et une belle journée en perspective. Il était 9 h le temps que le somnifère s’ estompe, j’ en avais pour environ 3 h. Je voulais arriver juste avant q’ elle ne se réveille, mais qu’ elle soit encore dans le coton et totalement lascive. Ca me ferait arriver vers midi.
Je préparai le matériel nécessaire à son plaisir tranquillement... enfin presque. Je ne pouvais pas m’ empêcher de penser aux délices que je j’ allais lui prodiguer.
Vers 11 h je pris ma voiture et me rendis chez elle, de plus en plus ‘‘ chaud’’. Elle habitait une maison sympa un peu en dehors de la ville. Je me garais, ouvris je portail et arrivé devant la porte d’ entrée je récupérer les clés à l’ endroit habituel. J’ entrais doucement à l’ écoute du moindre bruit. Apres avoir visité chaque pièce, je la trouvais dans sa chambre. Couchée sur son lit et enfouie sous sa couette. Apparemment elle dormait toujours. Je posais mes affaires et me mis à l’ aise. Je repartis fermer la porte d’ entrée et en revenant je m’ approchais du lit et en douceur je fis glisser la couette. Elle était dos à moi. Je découvris ses épaules, puis ses bras, je continuais jusqu’ a ses fesses, ses cuisses et enfin ses pieds. Elle était magnifique. Une grande bouffée de désir s’ empara de moi. Ses chevilles étaient menottées et ses poignets aussi. Parfait. Je ne pu résister plus longtemps à l’ envie de la caresser. Mes mains commencèrent par ses pieds tout en douceur, s’ attardèrent sur ses chevilles entravées, puis remontèrent le long de ses jambes jusqu’ à ses fesses. Elle commençait à bouger un peut. Elle n’ allait pas tarder à recouvrer ses esprits. Avant que cela n’ arrive je lui retirais les menottes pour lui remenotter les poignets dans son dos. Je lui mis un masque sur ses yeux et je repris mes caresses. Je luis caressais les bras, son cou, son visage et en la faisant pivoter un peu vers moi je lui caressais ses seins pleins et souples. A ce moment la son corps commença à onduler un peu. Il était temps de mettre des menottes à ses coudes... ce que je fit. Hummm j’ adore. Je la fit basculer à plat ventre et j’ entrepris une fouille minutieuse de son entrejambe. Mes doigts glissaient en aller retour de son sexe rasé jusqu’ a son anus... lentement. La, elle commençait à gémir. Elle se réveillait en douceur. Puis elle se rendit compte que ses poignets et ses coudes étaient menottés dans son dos. Elle tira dessus comme pour vérifier que c’ était bien la réalité. Elle gémit de plus belle et balbutiat quelque chose comme « c’ est toi mon chéri ?» la voix encore chargée de somnifère. Je ne lui répondis pas mais comme réponse lui enfonçais d’ un coup deux doigts dans son sexe déjà largement trempé, bien profondément. Elle poussa un grognement aigu et tout son corps se tendit d’ un coup, le tout accompagné de « Que fais tu ? non, non, je veux pas !!! Elle adore ça et moi aussi. Alors je continuai de lui fouiller son sexe en bien malaxant ses fesses. Puis je retirais mes doigts. C ‘était le moment que je boive un café. Je la laissais comme ça, menottée incapable de se relever et émettant toutes sortes sons traduisant son plaisir. Une fois le café coulé , je pris ma tasse et revins dans la chambre, je m’ assis au bord du lit et profitais du spectacle.
Elle roulait à droite, à gauche, sur le dos, sur le ventre. Elle se tendait, se relâchait rythmé par des Haaaa.... des hmmmmm, des oui étouffés. En attendant de finir mon café je décidais de parfaire son enchaînement. Je la mis sur le ventre, je lui claquais un peu ses fesses au passage et avec deux paires de menottes, je lui menottais ses poignets avec ses chevilles. Elle gémit. Et je la retournais sur le dos. Elle était superbe comme ça . bien cambrée, ses cuisses s’ ouvraient toutes seules. J’ entrepris de lui pétrir ses seins à pleine mains, de faire rouler ses tétons entre mes doigts... quel plaisir. Tu es bien comme ça ma chérie ? Elle me répondit avec Un Ouuuuiiiiii. Je vais te mettre des pinces à tes tétons. Aussitôt elle me répondit avec des «non, non! s’ il te plait pas les pinces ! mon chéri non pas ça ! Mais comme je n’ avais rein entendu, je saisis un téton entre mes doigts, ce qui la fit frémir et emprisonne son téton dans une pince... bien serrée; et pareil pour le second. Oh! la pauvre elle pousse de petits cris !! pour la consoler je l’ embrasse à pleine langue tout en jouant avec ses pinces... hmmmmm ........à suivre

Répondre