Réveil mouillé part 2

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
bernard velini
Fantôme
Messages : 4
Inscription : 10 mai 2016, 10:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : les femmes qui prennent du plaisir à être attachées.
Cordes, sangles, menottes et tout le reste
Ce que je déteste : le sectarisme
Localisation : vaucluse

Réveil mouillé part 2

Message par bernard velini » 04 mars 2018, 16:56

Tout en la contemplant j’ hésitais sur la prochaine étape. J’ avais trés envie de la faire jouir. Là tout de suite. Etant donné son état d’ excitation ça aurait pris 3 mn. Mais comme j’ avais quelques coups de fils à passer je pris cette option. Avant je pris tout de même soin de la bâillonner avec un gros sparadrap. Parfait. sa respiration et ses narines dilatées montraient tout son bien être. Je la laissais en profiter pleinement.
Quand je revins 3/4 d’ heure plus tard, je me rendis compte qu’ elle s’ était rendormie !! Qu’à cela ne tienne. J’ allais en profiter pour la changer de position.
Je retirais les menottes qui joignaient ses poignets à ses chevilles et lui étendis les jambes. Ensuite je lui mis une chaine autour de sa taille. Bien serrée. Je fixais une autre chaine à celle de sa taille dans son dos. Je fit passer la chaine entre ses cuisses, sur son sexe et la fit remonter jusqu’à’ la chaine de sa taille a laquelle j’ avais fixé un anneau. Je fit passer la chaine dans l’ anneau et fixais l’ extrémité de la chaine à ses chevilles que je remontais très haut sous ses fesses. De sorte que quand elle voudrait étendre ses jambes elle serait obligée de tirer sur la chaine, qui elle même presserait sur son sexe... Ensuite je lui enlevais les menottes qui retenaient ses poignets dans son dos, pour la remenotter devant.. Menottes que je fixais à la même chaine qui allait jusqu’à ses chevilles. Je laissais les menottes à ses coudes ce qui restreignait de beaucoup ses mouvements.
Elle était allongée si l’ on peut dire, sur le dos. Là j’ entrepris de la réveiller en claquant un peu ses joues, ses fesses, ses cuisses, ses seins et bien sur son sexe. Elle finit par se réveiller et son premier réflexe fut de vouloir étendre ses jambes. Il s’ en suivit un Haaaa!! aigu et étouffé quand la chaine fit son office et pressa son sexe et son clitoris. Elle voulut bouger ses poignets et se rendit compte que cela provoquait le même effet.
En fait dés qu’elle bougeait la chaine écrasait son sexe. Elle recommença plusieurs fois. Et chaque fois les mêmes haaaiii aigus et une respiration de plus en plus saccadée. Elle se contorsionnait en tirant sur sa chaine. Un vrai régal. Je l’ encourageais en lui malaxant sa poitrine et tordant un peu ses tétons qui avaient doublés de volume. C ‘était un véritable délice de l’ enchaîner.
Je repris mes caresses tout en la faisant rouler d’ un côté de l’ autre. Que du plaisir. Puis je la remis sur le dos.
Ses cuisses grandes ouvertes, abandonnées, sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration courte tout en faisant tourner voluptueusement ses poignets dans ses menottes. Haletante elle gémissait de plaisir.
Je lui dit « caresses toi » Aussitôt elle s’agita et tira sur ses menottes, ce qui l’ excita encore plus, elle gémit tout en basculant sa tète de droite a gauche !!! Non ?? c’ est ça ? tu ne veux pas te caresser ?? Elle continua en bredouillant des mots incompréhensibles à cause de son bâillon . Oh! ce n’ est pas une bonne idée ma chérie. Si tu ne veux pas te caresser je vais être obligé de... te détacher . Là, grognement de protestation. Bien nous sommes d’ accord. Alors arrête de te plaindre et caresse toi ! . Je te regarde. Vas y ! Ses mains étaient toutes proche de son sexe. il suffisait qu’ elle tire un peu sur ses menottes pour y arriver. On a rien sans rien. Je poussais de coté la chaine qui passait sur son sexe pour qu’ elle ait un accès libre. Elle commença à faire glisser ses doigts sur sa vulve gonflée et dégoulinante. J’ adore la regarder se masturber. Elle se tortillait et n’ arrêtait plus de gémir. Je lui retirais son bâillon pour lieux en profiter. Ses doigts glissaient le long de ses lèvres, à son clitoris. De temps en temps elle se pénétrait, puis recommençait. C ‘était bon. elle adorait se caresser menottée. Je la laissais se donner du plaisir un moment, puis je fixais les menottes des ses poignets à la chaine de sa taille. Elle ne pouvait plus se caresser. Elle protesta Etablissement retirais la chaine qui passait entre ses jambes et sur son sexe, pour la fixer directement de ses poignets à ses chevilles. Je la fit rouler sur le coté, ses fesses devant moi. Je les pétris un instant, puis ma main alla jusqu’ à son sexe pour le pétrir à son tour. Elle se tendit avec mmmooouuuiiii, oh ouuiiii, oouuiii. Ma main remonta jusqu’à son anus et j’ y fit pénétrer un doigt accueillit par un Haaaaaaaaaa! puis deux, je la malaxais bien, de plus en plus profond. Elle gémit de plus belle son souffle de plus en plus fort. Tout son corps ondulait m’ offrant son cul bien ouvert. Je fourrais mon autre main dans sa chatte. Ses cuisses tressaillaient, son corps était secoué par des spasmes. Elle poussait des oui, oui, ho ouiiiii ....ne t’ arrête pas!. Son visage enfoncé dans l’ oreiller elle tirait sur ses menottes qui la retenait prisonnière. Elle vibrait de tous ses membres. Elle explosa dans un râle aigu qui dura une éternité. Puis son corps s’ affaissa d’ un coup. Repu. Vidé. Comblé. Je la caressais doucement, le temps qu’ elle reprenne ses esprits..... à suivre

Répondre