Le phénomène « Grey »

La culture du bondage, sites web, livres, films, jeux... Dédiés au bondage ou non
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Lheritier
Régulier(ère)
Messages : 29
Inscription : 13 nov. 2014, 16:19

Le phénomène « Grey »

Message par Lheritier » 11 févr. 2015, 10:39

Salut à toutes et à tous,

Je lance le sujet … j’espère que je ne vais pas me faire lyncher :oops:

Vous devez certainement, comme moi, entendre parler autour de vous du fameux 50 nuances de Grey. La sortie du film est imminente (gros hasard, aujourd’hui. Je ne l’ai pas fait exprès).

Beaucoup de gens attendent sa sortie avec impatience. Suite, certainement à la lecture des différents tomes ?? :?:

Ce qui m’interpelle c’est « pourquoi autant d’attrait pour CE film ? » (Certaines séances sont déjà réservées à 100%).

Est-ce un « phénomène » classique de l’adaptation d’un Roman à succès ? Ou une attirance par les pratiques … (je ne cite pas les termes car je sais qu’il y a discorde là-dessus. Je ne souhaite pas prendre parti. Je n’ai pas lu les tomes …). Ou tout simplement de la curiosité (voir de la perversité pour les plus « dérangés »).

Débat ouvert à tous ceux qui voudraient exprimer leur point de vue. (J’exprimerais le mien plus tard)

;)

Avatar de l’utilisateur
Paddy
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 10 févr. 2015, 10:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : L'humour chez les femmes ...
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les gens malhonnêtes...

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Paddy » 11 févr. 2015, 11:08

A la base, c'est un roman de hall de gare, qui sent vaguement le souffre. Il y a d'abord le phénomène de mode qui fait que beaucoup de femmes iront voir le film pour se montrer "branchées" (les femmes et la mode, quel beau sujet d'étude ...). Mais c'est surtout une opportunité pour elles, jeunes et moins jeunes, de basculer, en frissonnant de plaisir, du côté obscur de leur sexualité, dans un contexte de succès populaire du bouquin qui fait quelles ne seront pas montrées du doigt et considérées comme des femmes "perverses" ...
(J'entends d'ici les pouffements nerveux entre elles quand elles se demanderons : " tu es allé voir le film ...?".)

Pour moi, à travers ce film, les femmes font passer un message aux mecs en affirmant leurs propres désirs et fantasmes sexuels. Elles nous disent qu'il serait temps qu'on tienne compte aussi de leur épanouissement sexuel, si on veut faire durer le couple ...
Y en a qui risquent de tomber de l'armoire ... :o :shock:

Avatar de l’utilisateur
The Wraith
Squatteur(se) de JdL
Messages : 555
Inscription : 26 avr. 2010, 10:01
Pratique : Oui
Ligoté(e) :

Re: Le phénomène « Grey »

Message par The Wraith » 11 févr. 2015, 11:11

Image
Triste époque ou grâce aux exploits de l'éducation nationale en matière d'apprentissage de la lecture, le nombre de mots acquis par un adulte lambda ne dépassant plus 3000, des "écrivains" comme E.L James parviennent à "inonder" les étagères des librairies modernes...et alimenter les fantasmes de jeunes femmes dépourvues d'imagination.
http://evene.lefigaro.fr/livres/actuali ... acebook%5D
C'est aussi bandant/excitant que le sketch de D. Boon sur la lecture.
https://www.youtube.com/watch?v=T8ZbP5oK9hY
L'argument massif de ceux qui apprécient cette littérature. "On lit pour se détendre dans ce monde décidément trop violent et parce qu'on a pas le temps pour lire autre chose" ....Evidemment sommes nous bêtes, autrefois les gens avaient beaucoup plus de temps libre pour s'instruire et la violence de guerre est née au XXIème siècle, avec Clausewitz , la controverse de Valladolid ou la tyrannie du bâtard de Vaurus !!!.

Bref, moi j'aime pô !
:sifflote:
« Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. »
de Edgar Allan Poe
Extrait de Eléonora

Avatar de l’utilisateur
Paddy
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 10 févr. 2015, 10:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : L'humour chez les femmes ...
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les gens malhonnêtes...

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Paddy » 11 févr. 2015, 11:34

Si l'apprentissage de la lecture se fait à l'école, la pratique devrait se faire à la maison, il suffit d'avoir envie de prendre un bouquin sur une étagère. Mais dans notre monde "high tech", c'est l'image et les borborygmes (je parle du langage sms évidemment) qui tiennent lieu de moyens de communication...

Accessoirement, si on enseignait le goût de la lecture à partir de bouquins qui peuvent donner envie de lire aux élèves, ce serait vachement mieux quand même. Madame Bovary, c'est surement techniquement très pointu, mais c'est surtout pratiquement très chiant à lire.

Pour ce qui est des "qualités" d'écrivain de celle qui a touché le pactole avec ce bouquin (et le film maintenant), je partage ta désolation ... Mais je te signale quand même que SAS n'est pas une série du XXIème siècle ... On en est toujours là ... Bref, tant qu'il y aura des gares, il y aura des hall de gare et la littérature qui va avec.

Avatar de l’utilisateur
The Wraith
Squatteur(se) de JdL
Messages : 555
Inscription : 26 avr. 2010, 10:01
Pratique : Oui
Ligoté(e) :

Re: Le phénomène « Grey »

Message par The Wraith » 11 févr. 2015, 11:53

Je n'ai rien contre la littérature de gare, tant qu'elle reste à sa place et qu'on ne tente pas de l'ériger en modèle. Il y a même parfois de jolies surprises et je suis un fan invertébré de Penny Dreadfuls et de littérature Pulp qui sont bien loin d'être des sagas inoubliables.
Malheureusement le succès de ces 50 nuances de bouse ainsi que de la soupe gavaldolevymussoesque que l'on sert et l'on ressert est en train d'inverser la norme et d'ériger la médiocrité en phénomène de mode branché.
Je garde un souvenir ému de la lecture en cachette des SAS de mon père (et de certaines scènes de ligotages, mais bref...), mais même ça, c'était mieux écrit !
Et je partage totalement ton avis sur Madame Bovary et ce qu'on tente de faire ingurgiter aux gamins mais ce n'est pas le débat et je ne voudrais pas finir brulé en place publique pour propos anti E.N. et révisionnisme des programmes scolaires.
:sifflote:

Le côté positif c'est que au moins ça faisait lire (mais maintenant que le film est sorti c'est mort), et aussi que désormais ces demoiselles et ces dames nous regarderont d'un œil moins torve quand nous sortirons cordes, menottes et bandeaux et que nous passerons moins pour des désaxés...
Ou pas !
:saitpas:
« Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. »
de Edgar Allan Poe
Extrait de Eléonora

Avatar de l’utilisateur
Paddy
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 10 févr. 2015, 10:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : L'humour chez les femmes ...
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les gens malhonnêtes...

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Paddy » 11 févr. 2015, 12:21

Tu crois pas que ça fait un peu "vieux con" de se dire "de mon temps ..." ... ?
Des fois, j'en ai la tentation, mais je me colle une beigne et ça passe.

Objectivement la littérature "médiocre" ou de supermarché fait partie du paysage littéraire depuis toujours ... Barbara Cartland en a fait pendant des décennies son fonds de commerce. Harlequin en a fait carrément un genre.
Je ne critique d'ailleurs pas les lecteurs de ce type de littérature, mais moi si je me lance dans la lecture d'un livre, ce n'est pas pour savoir à la page précédente, ce qui va se passer à la page suivante, au mot près, et au trémolo près ...
A ma grande honte je te l'avoue, je ne connais ni des lèvres ni des dents Penny Dreadfuls ... :? Moi, je lisais des livres de SF qui se lisaient en 2 heures, c'est peut être du même tonneau. L'essentiel finalement était de lire et de choper le virus de la lecture. Faut pas être jihadiste non plus, la télé est également un média utile et agréable, à condition de ne pas se laisser déméduler la cervelle en restant scotché sur son canapé. Tout est une question de dosage, de moment, etc ...

A propos des programmes scolaires de français, chuuuuuut...! tu ne sais pas ... Il y en a qui savent pour nous ... Mais ont ils seulement eu des gosses ...?

Ta conclusion est une note joyeuse à tout ce topic. Et je la partage totalement en plus ... On pourra tomber les masques, aborder les femmes aux terrasses des cafés en tâtant le terrain sur le thème "vous avez été voir 50 nuances de Grey" ... ? C'est pas génial, ça ... ? :bravo:

Avatar de l’utilisateur
Lheritier
Régulier(ère)
Messages : 29
Inscription : 13 nov. 2014, 16:19

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Lheritier » 11 févr. 2015, 12:48

Cet engouement pour ce Roman/Film me parait à double tranchant.

- « Découverte » des pratiques « peu commune » avec un côté « accessible »

C’est bien et non. Le côté « accessible » me dérange un peu. Tout le monde sait ici qu’il y a des règles à respecter et qu’il ne faut pas faire n’importe quoi et surtout avec n’importe qui. J’ai peur que cette « mode » soit plus néfaste qu’autre chose pour « ces pratiques ».

Je suis de l’avis cité plus haut, c’est un phénomène de « mode » qui ne représente pas du tout la réalité des choses.

Les « jeunes filles » toutes émoustillées se doivent de mettre en avant leur attirance par ce phénomène … sans pour autant en être adeptes.

Dernier sujet « dérangeant » ; le côté « enfance difficile » que l’on colle à ce Mr Grey. Etiquette à la c** !

Avatar de l’utilisateur
The Wraith
Squatteur(se) de JdL
Messages : 555
Inscription : 26 avr. 2010, 10:01
Pratique : Oui
Ligoté(e) :

Re: Le phénomène « Grey »

Message par The Wraith » 11 févr. 2015, 14:18

Paddy a écrit :Tu crois pas que ça fait un peu "vieux con" de se dire "de mon temps ..." ... ?
Des fois, j'en ai la tentation, mais je me colle une beigne et ça passe.
Nan moi j'assume parfaitement mon côté vieux con du muppet, d'autant plus quand effectivement, c'était mieux avant en vrai !
:biere:
Paddy a écrit :Objectivement la littérature "médiocre" ou de supermarché fait partie du paysage littéraire depuis toujours ... Barbara Cartland en a fait pendant des décennies son fonds de commerce. Harlequin en a fait carrément un genre.
Et même un genre avec des lettres de noblesses. Mais la, dans les 50 nuances y'a juste le genre moisi. Je vous laisse juger par vous même :
Image
C'est écrit avec les fesses par un phacochère dysentérique
Paddy a écrit :Je ne critique d'ailleurs pas les lecteurs de ce type de littérature, mais moi si je me lance dans la lecture d'un livre, ce n'est pas pour savoir à la page précédente, ce qui va se passer à la page suivante, au mot près, et au trémolo près ...
:biere:
Paddy a écrit :A ma grande honte je te l'avoue, je ne connais ni des lèvres ni des dents Penny Dreadfuls ... :? Moi, je lisais des livres de SF qui se lisaient en 2 heures, c'est peut être du même tonneau. L'essentiel finalement était de lire et de choper le virus de la lecture. Faut pas être jihadiste non plus, la télé est également un média utile et agréable, à condition de ne pas se laisser déméduler la cervelle en restant scotché sur son canapé. Tout est une question de dosage, de moment, etc ...
Pas de honte à avoir, le Penny Dreadful était un genre littéraire populaire chez nos amis les Anglois au XIXe siècle. C'étaient des feuilletons macabres vendus en petits livres au prix de 1 penny chacun. Le nom est resté pour qualifier différents genres littéraires de fictions à sensation. Ils étaient publiés sur du papier de qualité médiocre (tout comme les pulp magazines des z'tazunis) et leur cœur de cible était les adolescents de la classe ouvrière. Tu peux aussi regarder la série télé éponyme : https://www.youtube.com/watch?v=EF43O7qBRpY Très bonne série au passage bien qu'un peu en dessous de Joséphine ou de Camping Paradis... Et sinon oui c'est du même acabit que les ptis bouquins de SF dont tu parles.
Paddy a écrit :A propos des programmes scolaires de français, chuuuuuut...! tu ne sais pas ... Il y en a qui savent pour nous ... Mais ont ils seulement eu des gosses ...?
Je crois qu'ils ne savent même pas ce que c'est... Mais c'est un autre débat.
Paddy a écrit :Ta conclusion est une note joyeuse à tout ce topic. Et je la partage totalement en plus ... On pourra tomber les masques, aborder les femmes aux terrasses des cafés en tâtant le terrain sur le thème "vous avez été voir 50 nuances de Grey" ... ? C'est pas génial, ça ... ? :bravo:
:biere:
« Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. »
de Edgar Allan Poe
Extrait de Eléonora

Avatar de l’utilisateur
Emma
JdL, c'est ma vie
Messages : 1526
Inscription : 28 oct. 2012, 16:52
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Les cordes en chanvre, et en jute, (et même en polypropylène!) être attachée et ne plus pouvoir bouger dans les liens, être à la merci de mon bondageur qui prend plaisir à jouer avec moi
j aime les bons chocolats, le tiramisu, le beaume de Venise
Rire lire et écrire
Ce que je déteste : les obsédés, les curieux mal intentionnés, les trolls, les prétentieux et les pédants
le bâillon, les épinards, le fromage qui ne sent pas bon

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Emma » 11 févr. 2015, 15:49

Bon, ben en langage du 21ème, voilà la petite touche d'Emma :lol:
Avant le phénomène Grey, il y en a eu d'autres qui n'ont pas eu la chance d'avoir les mêmes agents... Ceci dit, à l'époque actuelle, la trilogie est bien tombée!!

Je pense que le phénomène Grey est fait pour divertir, parce qu’on en a besoin tout simplement.

Tout d'abord, pour ceux qui ont lu la trilogie, et qui ne connaissent pas le BDSM, cela leur apporte sans doute une idée vague de ce à quoi ça ressemble mais malheureusement, la lecture des trois tomes ne suffit guère à tout leur expliquer. D’où l’incompréhension de certains devant ce penchant.

Et pour ceux qui connaissent le BDSM, il est evident que la trilogie est très légère à ce sujet.

Quand il est question de relation, intime en plus, dans un couple, les langues de vipère se font un malin plaisir à prendre pour le diable tout ce qui ne rentre pas dans leurs critères de « vie saine ». Ce que ces mégères oublient, c’est qu’un jour, elles se sont adonnées elles aussi à des parties de jambe en l’air… plus ou moins saines, mais ça, elles sont bien capables de mourir sous la torture plutôt que de l’avouer, lol
Après, chacune peut utiliser ce qu’elle veut pour prendre son pied, ce n’est pas écrit dans la bible quand même !

Côté littéraire, pour ce qui est du roman en lui-même, dire que c'est un roman de gare me convient plus ou moins, je trouve le terme péjoratif et j'y assimilerais donc un regard pauvre sur une écriture du 21ème siècle, que disons-le, tout le monde adopte (même les politiciens). Et pourquoi justement? Tout simplement parce que les lecteurs ont besoin de se rattacher à des rêves, des images, ils ont besoin de s'identifier parfois aux personnages, et c'est tellement plus facile de lire comme on pense! D’où ce vide de travail littéraire, un désastre intellectuel,... avec en prime des "putain" "Merde""Salope" and co... Mais bon celui qui veut de la grande littérature sait déjà qu’il ne la trouvera pas dans ce langage moderne. Du moins, c’est peut-être aussi la littérature moderne… Quand on lit Montesquieu : « Ce qui manque aux orateurs en profondeur, ils vous le donnent en longueur. Mes pensée », on trouve cela facile à comprendre, par contre quand on lit François Villon : « Car, ou soit ly sains appostolles
D'aubes vestuz, d'amys coeffez,
Qui ne seint fors saintes estolles
Dont par le col prent ly mauffez
De mal talant tous eschauffez,
Aussi bien meurt que filz servans,
De ceste vie cy brassez :
Autant en emporte ly vens. »
On comprend rien !!
Ce que je veux dire, c’est que nous sommes en 2015, et que les langues progressent, alors progressons aussi, pourquoi pas… ;)

Prenez l'exemple des récits sur Jeux de liens... Ils sont courts, ou bien plus longs comme des petites nouvelles, mais l'écriture est agréable parce qu'elle est réaliste, avec des mots courants. Et quand on les lit, on s’évade tout simplement.
Et nous avons même envie parfois de remettre au gout du jour des expressions anciennes, avec cette subtilité qui plait tant, comme Voldenuit dans : http://www.jeuxdeliens.fr/viewtopic.php ... =766#p3407

Dans le monde actuel, l'évasion est unique dans les livres. Et un roman comme celui-ci des fifty, mêlant amour, érotisme au milieu de liasses de billets et de luxure, et bien ça change du quotidien.
La jeunette a besoin de sensations fortes, la mémère sortie de l'époque des couches culottes de ses enfants, du ménage le dimanche matin, en robe de chambre avec les bigoudis en plastique sur la tête, et la clop au bec, a besoin de rêver elle aussi, parce qu’avec monsieur bisounours à la maison, elle a du mal à voir le coté sexy de son couple. La mamie,.... Et bien je pense qu'elle est comme Barbara Cartland, elle se souvient de sa jeunesse et de ses amours passées... Et l'homme,... ben je ne sais pas trop, il essaye peut être de mieux comprendre sa partenaire ou bien il suit comme un toutou, ou alors c'est la curiosité qui le pousse à faire la queue au ciné...

Quant à l'auteur, et bien disons que, soit, c'est sa passion d'écrire mais pas son métier, et là, on lui pardonne les fautes d'écriture, soit c'est son métier, et il n'a pas intérêt de faire un écart grammatical lol Et ça c'est difficilement pardonnable quand on achète un livre à pas moins de Vingt euros !!
Bref, les fifty shade sont à mon avis une forme simple d'ouverture au monde intime qui permet à chacun de ces stéréotypes de s'épanouir différemment.
Puis il y a aussi l’aspect interdit, celui qui incite à regarder ce qu’il ne faudrait pas voir, et ça, c’est très fort !!
J’ai lu quelques commentaires de personnes complètement outrées à la lecture des trois tomes. On aurait dit un blasphème en trois tomes. Il y en a même qui ont interprété l’histoire comme une invitation à la misogynie et à la violence conjugale !!! C’est incroyable comme les interprétations diffèrent suivant les cerveaux.
Qu’y a-t-il de mal à se sentir appartenir à quelqu’un qu’on aime ? Je pense que seuls ceux qui croient en l’amour absolu savent de quoi il est question réellement dans cette histoire. C Grey n’est pas un misogyne, il est par contre ce genre de personne qui a peur d’être dépassé par ce qu’il cherche à contrôler ou qu’il n’arrive pas à contrôler sur le champ, et qui se fait prendre au piège de ses sentiments, et ça chez un homme,…. C’est ce qu’il y a de plus beau à découvrir pour une femme.

Hormis les passages où cordes menottes, badine, etc...sont présentes, il y a ce côté romantique de l'histoire.
Mais nous savons tous que lorsqu’un sujet tabou est propulsé à l’écran, il fait naitre toutes sortes de pensées douteuses dans la tête de ceux qui ne veulent pas avoir une simple ouverture d’esprit.
Et c’est assez étrange de constater que des associations se mobilisent contre les images à caractère BDSM devant les écrans de cinéma , et qu’aucune ne va se plaindre de la violence mortelle de certaines scènes dans les séries policières TV qui passent le soir aux heures de grande audience… Le sexe est tabou, mais un égorgement en scène de crime semble « normal »…

Franchement, je préfère lire ce genre de roman plutôt que celui de Trierweiler !! Pas vous ?!!

Allez, je suis de celles qui n’iront pas au cinéma le voir, je préfère attendre pour le regarder au coin du feu dans mes pantoufles, et mon vieux gros pull de laine dès qu’il sortira en DVD ;)

NB: De mon temps, à 18 ans, Histoire d'O m'intriguait déjà!! :lol:
PS: Si vous arrivez jusqu'ici, alors je vous remercie pour m'avoir lue jusqu'au bout :biere:
:gagged: :bandeau: L'art si attachant du bondage :bandeau: :gagged:

Avatar de l’utilisateur
Paddy
Amateur(trice) de JdL
Messages : 113
Inscription : 10 févr. 2015, 10:07
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : L'humour chez les femmes ...
Ce que je déteste : L'hypocrisie et les gens malhonnêtes...

Re: Le phénomène « Grey »

Message par Paddy » 11 févr. 2015, 15:58

Arrêtons d'avoir toujours peur de notre ombre ... Et de s'en servir comme prétexte pour ne jamais faire bouger les lignes ... Que je sache, la peur n'a jamais été ce qui a fait passer l'Homme de l'age des cavernes à l'age de la domotique.
Et pourquoi néfaste .... ? Les gens malsains n'ont pas besoin du prétexte de ce film pour être toxique dans d'autres pratiques. Ils le sont déjà, point.
Et puis chacun est suffisamment adulte et responsable pour ne pas faire n'importe quoi avec n'importe qui, c'est le simple bon sens. Je pense que tu as tort de flipper.
Il faut plutôt y voir une opportunité pour les couples qui s'ennuient, ou qui n'osent pas, d'envisager leur sexualité sous un autre angle, à travers une pratique qui, grâce à ce film, n'est plus "underground".

Le côté "enfance difficile", c'est le coup de guimauve pour faire passer l'acidité du bonbon, rien de plus... .

Répondre