Ne plus savoir où on en est

Pour parler de la pluie et du beau temps, entre autres
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Galbatorix
Habitué(e)
Messages : 60
Inscription : 17 mars 2018, 12:47
Pratique : Oui
Ce que j'adore : - Arts martiaux/sports de combats
- Voyager
- Les chats
- L'industrie du cinéma
- Prendre soin d'une femme
Ce que je déteste : - La méchanceté/cruauté gratuite
- Les moustiques
- Le citron
Localisation : Capitale française, Cité des Papes

Ne plus savoir où on en est

Message par Galbatorix »

Bonsoir bonsoir!

Je n'étais pas sûr d'où mettre ce nouveau topic. Vu que l'on peut parler de la pluie et du beau temps sur la Terrasse, je me suis dit que c'était le meilleur endroit.

Bref, entrons dans le vif du sujet. Ma seule participation concrète à ce forum, ma petite pierre à l'édifice comme on dit, est mon histoire la Sérénissime. Histoire que j'ai commencé à poster puis .... bah puis j'ai arrêté. Je m'explique!

Depuis quelque temps, je ne sais pas ce que j'ai exactement, mais niveau écriture c'est plus ça du tout. J'ai relu certaines de mes histoires dont La Sérénissime et j'ai trouvé ça nul. Vide. Même pas original et mal écrit. Enfin bref, je me dis vraiment que je ne peux pas poster cela et que je n'aurai pas même pas dû à la base. La même chose se produit pour les histoires érotiques/bdsm que je lis ici et là. Je n'y arrive plus, comme si tout avait changé du jour au lendemain en quelque sorte. Comme si, soudainement, je m'étais lassé. Et c'est valable pour le BDSM en général. Et cela m'inquiète. Là encore, je m'explique.

L'univers du BDSM est vraiment quelque chose d'important dans ma vie. J'ai rencontré de très belle personne via cela, passé de très bons moments et passé des heures et des heures à apprendre, pratiquer, écouter voir même enseigner.

Dans ma vie, je me fixe souvent des objectifs à atteindre, à court ou à long terme, dans les domaines qui me tiennent à coeur. Donc BDSM inclut.
Exemple: La suspension c'est quelque chose qui m'a toujours fait très peur dans la mesure où la responsabilité est encore plus grande que pour des figures au sol, figures qui nécessitent déjà une responsabilité très importante. Mais je me suis toujours dit que un jour où l'autre et bien je le ferai, c'est une étape en quelque sorte. Sauf qu'au jour d'aujourd'hui, et bien .... cela me laisse indifférent. Sans parler de toutes les personnes issues de ce milieu (ou qui prétendent en faire partie) qui me sortent par les yeux. Bref bref bref.

Je ne sais pas d'où cela vient ni pourquoi mais voilà. Je sais juste que cela n'est pas une dépression puisque dans d'autres domaines, professionnellement parlant par exemple, je me porte très bien. Je viens d'arriver dans un nouveau pays et cela me réussit.

Je ne sais d'ailleurs même pas pourquoi je vous explique tout ceci en vrai..... peut-être pour justifier mon absence de post, peut-être pour vider mon sac aussi ... je ne sais pas ....

Voili voilou, merci aux membres qui prendront le temps de lire ceci.
There are no pacts between Lions and men.

softboy
Amateur(trice) de JdL
Messages : 180
Inscription : 17 juin 2009, 09:37
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : Les demoiselles bien sages, les demoiselles moins sages (je vous laisse deviner dans quelles circonstances ;) ), la moralité
Ce que je déteste : Les gens superficiels, les capitalistes, les choux de bruxelles
Localisation : Amiens

Re: Ne plus savoir où on en est

Message par softboy »

Quand les expériences BDSM sont alimentées par notre "désir" au sens fantasme on a a disposition une énergie incroyable, celle qui pousse à écrire des histoires, à créer des univers imaginaires très élaborés etc... Quand on pratique IRL, qu'on réalise en grande partie ses fantasmes, ça modifie beaucoup la perception qu'on avait avant de cet imaginaire.

Pour moi les histoires, les photos, les vidéos sont beaucoup moins excitantes aujourd'hui parce qu'ayant vécu des situations réelles j'arrive moins à "croire" dans des bondages extravagants ou représentés au feeling par des personnes qui ne maîtrisent pas vraiment les lois physiques de la gravité et la fragilité des corps. A la longue, quand on a des partenaires régulièrement et qu'on réalise soi-même des attaches esthétiquement travaillées et en plus passionnantes à mener (notion d'intention) une grosse partie de ce qu'on trouve sur le net perd de sa saveur. A mon sens, c'est tout à fait normal.

La bonne nouvelle, c'est que cette excitation tu peux la retrouver ailleurs. Le BDSM, le Kink et la sexualité en général sont des territoires immensément vastes et tu as encore plein de choses à découvrir, des personnes à rencontrer, des événements auxquels assister, le chemin de l'apprentissage qui te mènera comme tu le souhaite aux suspensions d'ici quelques années... Il faut que tu mettes la barre plus haut, que tu creuses la technique dans le détail, que tu cherches à comprendre le sens que tu mets derrière l'acte d'attacher, de jouer, le lien avec le relationnel, avec ta sexualité, celui de ta partenaire. Tu as encore plein de choses devant toi alors ne t'inquiète pas :)
Born to bound
Born to be tied up

Avatar de l’utilisateur
Galbatorix
Habitué(e)
Messages : 60
Inscription : 17 mars 2018, 12:47
Pratique : Oui
Ce que j'adore : - Arts martiaux/sports de combats
- Voyager
- Les chats
- L'industrie du cinéma
- Prendre soin d'une femme
Ce que je déteste : - La méchanceté/cruauté gratuite
- Les moustiques
- Le citron
Localisation : Capitale française, Cité des Papes

Ne plus savoir où on en est

Message par Galbatorix »

Hum .... tu marques un point. Je n'avais pas vu cela comme mais oui c'est vrai. La différence avant et après le début de la pratique est clairement présente.

Après, concernant l'écriture, à l'époque où une amie m'avait conseillé d'essayé, j'avais déjà les pieds dans le BDSM donc sur ça je reste un peu perplexe. Je me demande si les déceptions (qui ne me concerne pas forcément directement) n'y sont pas aussi pour quelque chose. Cela ne fait jamais plaisir d'apprendre que certaines noircissent une de tes passions si je peux dire.

Merci pour la réponse constructive! ;)
There are no pacts between Lions and men.

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1546
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Ne plus savoir où on en est

Message par Mad Hatter »

Pour ce qui est du noircissement du tableau de la pratique de la restriction de movement (périphrase pour dire le bondage) , je me rappelle toujours qu'il y a ceux qui fantasment sur le non concentement, ceux qui ne fantasment pas sur le consentement et ceux qui agissent sans consentement. Adapté de

L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent.

Benjamin Franklin
:ane

Pour ce qui est de la lassitude à l'égard de la fiction sur le bondage. Et bien je dirai comme softboy qu'avec le temps et l'expérience on est déniaisé.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants

Avatar de l’utilisateur
Alexandra_TV
Amateur(trice) de JdL
Messages : 132
Inscription : 03 juil. 2015, 12:03
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : J'adore me travestir et faire sortir le coté féminin de ma personne

Pouvant être de nature soumise ou neutre c'est selon la situation et les jeux.

Alexandra
Ce que je déteste : Les fantasmeurs et ceux qui me font perdre mon temps.

Re: Ne plus savoir où on en est

Message par Alexandra_TV »

Je dois dire que je comprend ton sentiment.

Pour ma part je connais des hauts et des bas, mais avec le temps j’ai appris à vivre avec.

Ayant une vie quand même assez rempli, je veux dire un bon boulot, une conjointe, des enfants ( lire jeunes adultes qui crèchent encore à la maison afin de terminer leurs études), nous n’avons pas toujours l’intimite voulue.

Ce qui fait en sorte que le goût de jouer, de me travestir, est des fois très présents ce qui me cause une petite frustration intérieure car je ne peux le faire comme je le voudrais et d’autres fois le tout est totalement absent. Ce qui donne comme effet que je me laisse pousser la barbe, je ne me rase plus le corps, etc. Je deviens dans cette situation non pas à cause de ma vie de famille mais tout simplement sans raison particulière. Au début cela m’affectait beaucoup mais avec le temps je m’y fais.

Et le plus honnêtement du monde lorsque l’envie disparaîtras complètement je ne sais pas si cela va me manquer ou pas. Alors pour le moment je profites du moment présent et je n’anticipe pas trop pour le reste.

Il faut dire que en tant que travesti j’ai accompli quand même beaucoup et que j’ai évolué, alors je ne sais pas si c’est la cause, mais on verra avec le temps.

Alexandra

Avatar de l’utilisateur
Galbatorix
Habitué(e)
Messages : 60
Inscription : 17 mars 2018, 12:47
Pratique : Oui
Ce que j'adore : - Arts martiaux/sports de combats
- Voyager
- Les chats
- L'industrie du cinéma
- Prendre soin d'une femme
Ce que je déteste : - La méchanceté/cruauté gratuite
- Les moustiques
- Le citron
Localisation : Capitale française, Cité des Papes

Re: Ne plus savoir où on en est

Message par Galbatorix »

Merci à vous pour vos réponses! :)

Il est vrai que je devrais éviter de me prendre la têtr avec ça. Cela m'a inquiété certes mais c'est ainsi. Les envies diverses ou plus simplement l'intéret reviendra probablament tôt ou tard.

Je peux toujours me pencher sur des prochains qui ont des liens plus indirects avec le milieu. Comme un shooting photo l'été prochain par exemple.

Concernant l'écriture par contre .... je ne sais pas .... je pense (enfin) essayer d'écrire en anglais. Voir si cela change quelque chose au niveau de mon ressenti, en plus du challenge évident que cela représente pour un écrivain aussi amateur que moi
There are no pacts between Lions and men.

Répondre