Concours d'histoires

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1939
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Concours d'histoires

Message par Mad Hatter »

catapultage de l'histoire :sifflote: Oui le bondage est qusai absent de l'histoire

Nouvel espace

Le vide obscur, le grand espace lacunaire, c’est là que l’exploration spatiale se révélait dans son infinité là où l’inexplicable gravité galactique permettait de maintenir les liaisons entre les grands éléments ou plutôt de ralentir ce délitement, le vaisseau Frèdra devait faire attention pour s’assurer de rentrer à bon port, l’autonomie énergétique du vaisseau était limité pour sa propulsion, les panneaux solaires n’étaient d’aucun secours à cette distance de la plus proche étoile, et il n’est pas absolument pas question pour le pilote de finir à la dérive dans le vide absolu, ça non. L’expansion de l’exploration du secteur avait été décidée suite à la récupération sur une lune d’un engin spatiale archaïque avancé, l’appareil nous avait permis d’observer que cette espèce avait une prétention à l’observation et à l’échange au moment de sa conception remontant à plusieurs millénaire à cette époque, la société se trouvait en S.N.V, l’amiral soutenait la recherche de la source de l’engin, la propulsion de l’appareil était ridiculement faible mais démontrait une maitrise adroite de la gravité.

Le spectroscope nous annonce la présence d’une planète dans les environs ou d’un satellite à quelques unités lumières d’ici. Le pilote veut que l’équipe scientifique artistique se prépare.
Les relevés spatiaux semblent nous indiquer l’absence de vie active sur cette planète, en revanche des traces de construction élaborées sont bien présentes si cette planète a été abandonné elle l’a été en bon ordre, les relevés sur le terrain pourraient nous permettre de dénicher plus d’indices, quand nous aurons réussi à nous poser en évitant les restes de satellites artificiels archaïques de cette population.

Par bonheur pour nous chercheurs les populations semble avoir codé leurs savoirs dans des ouvrages matériels diversifié les autres supports sont pour le moment inexploitable en l’état tant que nous n’aurons pas réussi à déterminer la quantité d’énergie à délivrer aux appareils par chance les unités de mesures sont standardisés, nous avons réussi à mettre la main sur une reproduction de leur corps dans une annexe, nous pouvons estimer comment leurs corps à noter que chez cette population il semblerait que deux structures corporelles très semblables dominaient.
Ce qui risque par contre de marquer un vif intérêt chez les profanes à notre retour dans les espaces confédérés : c’est l’art pictural est en sculpture de corps représentés enchevêtres, lors de l’analyse dans la zone rectangulaire nous avions remarqué constaté la présence de pavés, il s’est avéré qu’il s’agissait de tombes pour tous, dans beaucoup nous avons vu les corps enserrés par des chaines le plus souvent en métal ou en alliage mais même pour certains en verre…
À l’intérieur du verre aux endroits touchant le corps on observe des traces des traces de combustion de fibre, tout-porte à croire que l’enserrement dans du verre s’est fait peu de temps avant la mise en tombeau. Nous ne sommes actuellement pas capables de dire s’il s’agissait d’un rite purement funéraire ou d’une pratique religieuse comme un sacrifice, il nous faut aussi noter la présence dans la bouche d’objets sphériques ou longitudinaux dans la « gueule » des individus ou en travers. Les vêtements qui nous sont parvenus sont faits d’une matière en plastique qui devait tenir au corps. À noter que ces vêtements semblent être plutôt portés par un sous-groupe de cette espèce, peut-être est-ce un signe de supériorité ? Il nous faut pousser les études pour les mécanismes sociologiques de cette société. La traduction de ces ouvrages qui sont pour nous codés serait d’un apport non négligeable.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Avatar de l’utilisateur
L'ombre
Régulier(ère)
Messages : 15
Inscription : 30 sept. 2015, 19:06
Pratique : Oui

Re: Concours d'histoires

Message par L'ombre »

Elle avait vu le monde évoluer,
La technologie avait tellement progressé.
Tous ces problèmes d'ordre domestique
Disparurent, avec l'apparition de la domotique.

La Terre, auparavant meurtrie par la pollution,
Souillée par les Hommes, qui causaient sa destruction.
Changer les mentalités et les habitudes avait été dur,
Mais la Terre était redevenue majoritairement pur.

Elle était riche et puissante.
Elle dirige une grande multinationale.
Elle commandait cette entreprise, était importante.
Elle possède bien plus que la norme, mais n'en est pas devenue pour autant vénale.

Son visage est calme, harmonieux,
Ses traits inspirent la confiance.
Sa posture naturelle touche au domaine de la romance.
Ses yeux, d'un simple contact, rendent heureux.

Mais tous ces atouts attirent vite l'attention,
La jalousie, l'envie, la possession.
Cependant, ceci ne justifie en aucun cas
Les agissements que l'inconnu effectuera.

Il y a bien longtemps que l'individu,
Observe les faits et gestes de cette demoiselle,
A travers ses nombreux logiciels.
Il a préparé un plan où chaque détail est prévu.

Mais Chloé n'en a pas la moindre idée.
Allongée dans son canapé massant,
Elle se prélasse sans savoir ce qui l'attend,
En regardant en hologramme sa série préférée.

Mais soudainement, la projection est brouillée.
Les volets de la baie vitrée se referment, les loquets s'enclenchent.
Chloé se précipite vers la porte, mais le piège est déjà scellé.
L'hologramme, dernière source de lumière affiche un message de revanche.

La police d'écriture 3D est dépourvue de style,
"Tu es à moi, maintenant reste docile."
Elle commence à avoir des difficultés à respirer,
Le gaz soporifique commence à faire effet.

Espérant que tout ceci n’était qu’un affreux cauchemar,
Elle ouvre lentement ses yeux gênés par la luminosité.
Elle aperçoit du coin de l’œil son ravisseur situé à l’écart.
Effrayée, Chloé essaye de s’évader.

Mais contrairement à sa volonté,
La jeune femme ne peut se mouvoir car elle est entravée :
Sa bouche est complètement bloquée, dû au bâillon qui lui est imposé.
Contre sa peau résiste sa tenue de latex épais,

Doublé d’un exosquelette lui dictant chacun de se mouvements.
Elle est un pantin vivant articulé,
Qui à distance peut être manipulé
Mais son esprit est libéré.

Bon vent mes responsabilités,
Adieu la routine, les collègues, mon travail et ma société,
Me voici à la merci de cet inconnu,
A la fois libre dans mes pensées, mais physiquement détenu.


Mon récit est rédigé en vers. J'espère qu'il va vous plaire.
Excusez moi d'avance pour les éventuelles fautes d'orthographes, mais j'ai de grandes difficultés dans ce domaine.

L'ombre

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1939
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Concours d'histoires

Message par Mad Hatter »

:o La terre sauvée par une multinationale, je ne l'aurais jamais crû ou je me fais des idées https://www.youtube.com/watch?v=rsLg2aeOEzw
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Bouya2

Re: Concours d'histoires

Message par Bouya2 »

Bonjour.
J'ai fini mes partiels, donc théoriquement j'ai du temps pour écrire. Sauf que mon ordinateur me lâche. L'écran ne fonctionne que par intermittence à cause d'un problème de rétro-éclairage. Le seul réparateur qui fait des réparations physiques dans ma ville demande 150€, et mon assurance refuse de couvrir les réparations qui seraient effectuées en Espagne. (Et je rappelle que je vis dans des montagnes désertiques de la Submeseta Norte, impossible d'aller faire jouer la concurrence dans d'autres villes sans payer au moins 30€ d'aller-retour en train ou en bus, par deux fois puisqu'il faut y aller une fois pour poser l'ordi et une fois pour le récupérer).
Bref, tout ça pour dire que je ne peux pas écrire, donc je ne peux pas participer au concours. Je peux bien écrire sur une feuille, mais de toutes façons je ne peux pas le retranscrire sous traitement de texte. Je ne suis même pas sûr de pouvoir lire vos histoires.
Je déclare donc forfait.
En tout cas, bon courage à ceux qui continue le concours ;)

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1939
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Concours d'histoires

Message par Mad Hatter »

Et bien l'avantage va à l'ombre, ton téléphone portable ne te permet pas de traiter le texte ? Un rapide transfert de brouillon sur l'ordinateur puis tu postes.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Avatar de l’utilisateur
Gwenboyfriend
Fana de JdL
Messages : 332
Inscription : 22 juil. 2015, 05:52
Pratique : Oui
Ce que j'adore : Les demoiselles en détresse, les mots "ligotée", "bâillonnée" au singulier comme au pluriel. Les dessins de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim
Ce que je déteste : Les scènes de viol et de torture, U69, la fin des histoires de John Willie, Eric Stanton, Eneg, Jim.
L'adaptation de Gwendoline par just jaeckin
Localisation : ile de francce
Contact :

Re: Concours d'histoires

Message par Gwenboyfriend »

Les prisonnières de la planète rouge.

Au milieu du XXIème siècle, la colonisation de la planète mars est entamée. Permettant enfin de libérer la terre des problèmes de surpopulation et de pollution.
Un siècle plus tard Mars est devenue la planète, du vice, du jeu et de la drogue.
Elle attire tous ceux qui veulent échapper au règne des réformateurs qui dominent la terre.
Elle attire aussi les jeunes couples en quête de frisson. Les jeux d’argent sont une des activités les plus appréciées. Les couples s’y endettent. Il ne reste alors au mari qu’à laisser son épouse en gage et à repartir vers la terre. Cette activité est devenue un trafic lucratif. Personne ne sait ce qui arrive aux femmes ainsi capturées.


Episode I : Judy, Jill et Laura
Jill et Laura entrent dans le tripot. Elles identifient aisément Franck, le patron et Olga sa responsable de la sécurité. Elles repèrent Judy, enchaînée au mur du tripot, entourée d’hommes qui la tripotent alors que son mari continue de perdre l’argent que lui a rapporté la mise en gage de son épouse. La malheureuse jeune femme est nue si on excepte les quelques lambeaux de vêtements qui restent. Vestiges de ceux qui ont été arrachées par les mains vicieuses des autres joueurs. Le bâillon appliqué sur sa bouche évite des protestations qui de toutes façons n’intéressent personne.

Jill et Laura savent qu’elles jouent gros. En tant que membres de la guilde des protecteurs, elles bénéficient d’une autorité qui leur permet de pénétrer sans crainte un tel lieu dans une tenue plus que suggestive constituée d’un haut noir et d’une jupe fendue qui montrent davantage de peau qu’ils n’en cachent. Les désintégrateurs fixés à leur cuisse, arme redoutable que seuls les protecteurs ont le droit de porter, confirment leur autorité.
Le seul problème est qu’elles ne peuvent protéger que ceux ou celles qui ont passé un contrat avec la guilde. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le mari de Judy semble croire qu’il peut se passer de protecteur. Et l’oncle de la jeune femme a sa propre société de protection. Qui ne la protège plus depuis qu’elle s’est mariée.
Mais Judy est leur amie et elles ne peuvent pas se résoudre à l’abandonner entre les mains de marchands de chair.

Elles se dirigent droit vers Franck.
- En quoi puis je vous aider ?
- En libérant cette femme, elle est sous notre protection.
L’homme sourit
- C’est imprudent de venir ainsi sans aucun mandat de la guilde.?
Jill et Laura comprennent qu’il y a un danger et dégainent leur désintégrateur.
- Les désintégrateurs sont inactifs ici.
Les deux femmes constatent la véracité de l’affirmation et tentent de fuir. Elles brandissent un imposant coutelas. Un cercle de lumière s’abat sur le poignet de Laura qui ressent une violente brûlure et laisse tomber son arme. Jill se tourne vers son amie et voit qu’un homme a abattu sur elle un fouet électrique. Entre des mains expertes, cet objet est une arme efficace pour capturer un animal, un homme ou une femme. D’autres individus s’approchent brandissant ces mêmes fouets. Laura ne voit pas le danger, occupée à trouver un moyen de briser le cercle de lumière à son poignet. A cet instant un autre arc lumineux entoure sa taille, puis son poignet gauche, son cou, ses chevilles, ses cuisses. En quelques secondes la jeune femme est écartelée entre les huit possesseurs des fouets électriques. Incapable du moindre mouvement.
Jill comprend qu’elle doit s’enfuir.
Olga, armée aussi d’un fouet électrique, bloque la sortie du tripot. Jill lance son couteau vers elle. Son adversaire le détruit d’un seul geste du poignet.
Commence alors une étrange danse entre Olga et Kim. Danse dont l’issue ne fait malheureusement aucun doute aux yeux de Laura et Judy. Jill s’efforce d’éviter les lames de lumière habilement manipulés par Olga. Pendant quelques minutes, elle semble réussir. Jusqu’à ce qu’une bande de lumière effleure son haut noir qui se coupe en deux et tombe au sol, découvrant l’opulente poitrine de la jeune femme. Jill a à peine le temps de réaliser que le fouet effleure sa jupe fendue. Qui glisse le long de jambes de la jeune femme dévoilant sa totale nudité.
- Je crois que tu n’iras pas loin dans cette tenue.
Vaincue Jill laisse la lanière de feu s’enrouler autour de son cou et accepte d’être conduite vers le mur où la malheureuse Judy est enchaînée.
Toujours écartelée entre les fouets électriques, Laura assiste impuissante au triste spectacle de son amie soigneusement entravée.

Jill se met à genoux entre des fers fixés dans le sol qui se referment sur ses chevilles. Une ceinture métallique entoure sa taille. Obéissant aux ordres de son adversaire. Elle lève ses mains à hauteur de sa nuque. Les poignets et le cou de la jeune femme sont alors enfermés entre deux bandes d’acier qui au contact de sa peau prennent exactement la forme des parties du corps sur lesquelles elles s’appuient. Laura voit les deux barres fusionner autour du cou et des poignets de son amie jusqu’à ne former qu’une seule pièce sans charnière et sans serrure apparente. Elle réalise qu’il s’agit du métal « vivant » qui une fois fermé sur un prisonnier ou une prisonnière ne peut être ouvert que par ceux ou celles qui ont déposé leur ADN à l’instant où il a été forgé.
Laura est alors contrainte de se mettre à genoux à côté de son amie et entravée de la même façon.
Franck, le patron du tripot, s’approche de Judy terrifiée par ce bouleversant spectacle.
- Je crois que tes sauveuses ont besoin d’un sauveur.
Jill prend alors la parole.
- Vous savez que dès l’instant où vous nous avez mises aux fers, les puces d’alerte dans nos corps se sont activées et que la guilde va envoyer des secours.
L’homme sourit.
- Tu es trop bavarde.
Une partie de l’acier de l’entrave de la jeune femme se détache pour se déployer autour de la bouche de la captive qui s’efforce de garder les dents serrées.
- Je te conseille d’ouvrir la bouche si tu veux garder toutes tes dents.
Jill obéit et sent le froid métal s’insinuer entre ses dents, se déployer sous la forme d’une poire à l’intérieur de sa bouche, pendant que la partie extérieure entoure tout le bas du visage de la malheureuse jeune femme. Laura est bâillonnée de la même façon.
- A présent que vous vous tenez tranquille, vous allez pouvoir écouter le président de la guilde.
Le visage du président apparaît sur un écran du tripot.
- Mesdames, vous avez agi sans autorisation pour protéger une personne qui n’a passé aucun contrat avec la guilde. Son seul protecteur déclaré est son mari qui l’a vendue à Franck, le propriétaire de ce tripot. Nous avons contacté son oncle qui nous a déclaré qu’elle n’avait qu’à se débrouiller. Vous êtes donc intervenues dans une affaire privée sans protection. La guilde vous laisse entre les mains de Franck. Vos puces ont été modifiées. Vous n’êtes plus des membres de la guilde. Vous êtes la propriété du tripot.
L’écran s’éteint. Abandonnant les trois captives à leur triste destin.

Episode II : Alexa
Après la fermeture du tripot, Olga et Franck rejoignent les prisonnières.
Jill et Laura sont épuisées. Leurs bras et leur cou sont douloureux. La poire entre leurs dents a progressivement augmenté de volume jusqu’à occuper leur bouche en totalité. Olga caresse leur poitrine de l’extrémité de son fouet.
- A présent, il est temps que vous rencontriez votre acheteur. Un être étrange apparaît au milieu de la pièce.
Les deux femmes ne sont pas surprises par le fait qu’il apparaisse, elles ont compris qu’il y a un téléporteur au milieu de la pièce. En revanche, elles sont surprises par son apparence. Ce n’est pas un humain. Il a quatre membres et est vêtu d’une sorte de combinaison. Sa peau est grise presque usée. Mais il est très grand et manifeste une étonnante vitalité. Il s’agit à l’évidence d’un extraterrestre.
Franck éclate de rire devant leur surprise.
- J’espère que vous appréciez votre chance. Vous partagez un secret qui n’est connu que des personnes les plus importantes de la galaxie. L’existence des extraterrestres.
- Tu n’es pas très honnête avec elles. Elles appartiennent à l’autre catégorie : les esclaves des extraterrestres.
L’être s’approche des deux femmes, caresse leur visage, les observe.
- Une blonde aux yeux bleus et une rousse. Les acheteurs vont se bousculer. L’autre est plus ordinaire mais jeune et belle. J’en tirerai un bon prix. Ainsi que de celle qui se cache sous la table de la roulette.
A ces mots, une jeune femme brune surgit de la table en question. Elle se précipite vers la sortie. L’extra-terrestre fait un simple geste et les vêtements de la jeune femme sont arrachés en un instant. Malgré sa nudité soudaine, elle n’interrompt pas sa course. C’est alors que des cordes situées dans un coin de la pièce se déploient et entourent les chevilles et les cuisses de la fugitive qui s’écroule face contre terre. Avant qu’elle puisse se relever les cordes l’enserrent dans une suite de nœuds complexes, elle se redresse et tente sous les yeux amusés de ses ravisseurs de défaire les liens qui immobilisent ses membres inférieurs. Dès qu’elle tire sur une des cordes, le nœud se reforme serrant davantage les attaches qui l’immobilisent. En larmes, la jeune femme hurle des protestations et des appels au secours. Jusqu’à ce que sur un geste de l’alien, le slip de la captive s’enfonce dans sa bouche et qu’un foulard se noue sur ses lèvres. L’extra-terrestre se tourne vers ses deux complices souriants.
- Je ne comprends pas que vous préfériez le métal. Les cordes sont si amusantes.
L’individu se saisit alors des poignets de la jeune femme qu’il attache dans son dos puis ligote ses bras et son torse. La captive constate qu’elle ne peut faire aucun mouvement.
- Mon nom est Zork. Je vais te retirer ton bâillon. N’en profite pas pour crier. Dis-nous qui tu es et qu’elles sont tes intentions.
- Je suis journaliste, je m’appelle Alexa. J’enquête sur la disparition fréquente de jeunes mariées sur la planète mars. Cela m’a amené à ce tripot et à vous. J’ai pris une multitude de photos que j’ai envoyé à ma rédactrice en chef et sur plusieurs serveurs sécurisés.
- J’espère que Kelsie, oui je connais le nom de ta rédactrice en chef, a reçu les photos. Nous sommes prêts à la recevoir. Quant aux autres photos, je crains qu’aucune n’ait atteint ces fameux serveurs sécurisés. Il est temps de fêter le retour du bâillon.
A ces mots, le slip s’enfonce à nouveau dans la bouche d’Alexa. Zork noue lui même le foulard sur la nuque de la captive. Puis il noue une corde aux liens des bras de la journaliste qu’il fait passer entre ses chevilles entravées. Il tire ensuite sur l’extrémité de la corde, obligeant sa victime à plier les jambes jusqu’à ce que ses pieds touchent ses fesses. Il noue enfin l’extrémité de la corde aux liens des bras de l’infortunée jeune femme qu’il prend dans ses bras et dépose face à Jill et Laura.

Episode III : Kelsie
Dans son bureau, Kelsie regarde les photos de l’alien et des jeunes femmes entravées. Ce qu’elle voit va plus loin qu’une simple affaire d’enlèvement. Elle appuie sur un bouton et demande au président du groupe de la recevoir. Sur son accord. Elle se dirige vers son téléporteur personnel. Conformément aux instructions, elle se déshabille entièrement et dépose ses vêtements dans le réceptacle prévu à cet effet. Elle croise les mains dans son dos et attend de se matérialiser dans le bureau du président…
…Et se retrouve dans le tripot de la planète mars. Elle songe à s’enfuir quand elle réalise qu’elle est immobilisée dans une cage suspendue au plafond adaptée à sa taille exacte et à ses formes. Des mains saisissent ses poignets et les ligotent achevant de l’immobiliser.
Avant qu’elle puisse protester une bande de métal se colle à sa bouche et s’unit au reste de la cage mettant un point final à sa capture.
Les ravisseurs ravis profitent du spectacle offert par les cinq femmes livrées au bon plaisir de leurs ravisseurs.
Zork prend la parole.
- Comme vous l’avez compris, je viens d’une autre planète. Mon peuple a depuis longtemps maîtrisé le voyage interstellaire. Nous sommes le lien entre les diverses galaxies et planètes. Certaines espèces connaissent notre existence. D’autres comme la vôtre l’ignorent.
Au début du XXIeme siècle, nous avons été contraint de dévoiler notre présence à certains d’entre vous pour vous éviter la destruction. Nous leur avons aussi appris quel était le principal trésor de votre planète : les terriennes. Toutes les espèces évoluées de l’univers apprécient votre beauté, votre sensualité et font de vous un objet de désir. Depuis que nous avons découvert votre planète, nous enlevons régulièrement vos femmes. Nous avons donc passé un accord avec vos dirigeants. Nous vous aidions mais chaque année, nous prélevons les femmes les plus intéressantes. Nous en choisissons certaines comme cette rédactrice en chef qui gémit stupidement dans sa cage. Pour d’autres, nous faisons confiance à Franck qui connaît nos critères et qui sait aussi éviter les remous.
Les captives désespérées par ce discours baissent la tête pour cacher leurs larmes.
- Pourquoi cette réaction, vous allez accomplir le rêve de tous les terriens. Voyager à travers l’univers. Découvrir d’autres planètes habitées. Bien sûr, vous le ferez en tant qu’esclaves.
Se tournant vers Franck.
- Vous les amènerez demain au point de rendez-vous dans le désert martien. J’emporte déjà celle là. Je n’aime pas dormir seul et j’ai dû prêter mon esclave personnelle à un ami.
L’alien hisse Alexa sur son épaule. Et quitte la pièce. Les autres captives ont juste le temps d’apercevoir le regard de détresse de leur compagne d’infortune.
Franck et Olga quittent la pièce à leur tour.
Seules dans le tripot, les quatre captives se débattent vainement dans leurs entraves. Gémissent inutilement dans leurs bâillons. Conscientes de la vanité de leurs efforts, elles se résignent et attendent le matin et le retour de leurs ravisseurs. Seules les larmes qui inondent leur visage trahissent leur désarroi.

Episode IV : Diana et Beth
Les quatre captives circulent à travers la ville sur une plateforme aéroportée. De cette façon tous les passants peuvent les voir nues, bâillonnées, entravées. Personne ne manifeste la moindre compassion. Elles n’entendent que rires et moqueries. Enfin, elles sortent de la cité. Au bout de quelques kilomètres, elles sont en plein désert martien. Un des plus arides et des plus chauds que l’on puisse imaginer La plateforme s’arrête en plein milieu d’une vallée brûlée par le soleil. Au grand désespoir des captives, exposées et assoiffées. Franck et Olga se veulent rassurants
- Le vaisseau alien ne devrait pas tarder. Vous ne souffrirez pas trop longtemps.

Soudain, des rayons venus de nulle part frappent les gardes autour des deux complices. On leur commande de laisser tomber leurs armes. Deux femmes se matérialisent et s’approchent. Jill et Laura ont compris qu’il s’agit de Diana et Beth, leurs associées, qui les ont suivis en utilisant un transporteur fantôme qui peut être rendu invisible. Elles sont sauvées. A cet instant Franck leur fait un clin d’œil. Elles réalisent qu’il s’agit d’un piège mais ne peuvent pas alerter leurs amies qui s’avancent en marchant sur le sable. Franck fait un geste et un filet sort du sable enveloppant les deux jeunes femmes. De surprise Beth perd son désintégrateur mais Diana a conservé le sien. Malheureusement le filet qui les enveloppe s’est rétréci et sa main est bloqué contre son corps, elle réussit toutefois à diriger le rayon vers une maille et à créer une ouverture où passe sa main armée. A cet instant le fouet de Olga frappe son poignet et elle laisse échapper le désintégrateur dans le sable. La brèche qu’elle a créée dans le filet se colmate. Les deux jeunes femmes sont à leur tour des captives.
Dans un hurlement de réacteurs terrifiant le vaisseau alien descend vers le sol martien il est immense. Sous les ordres de Zork, les captives sont emmenées à bord.

Epilogue : En route vers les étoiles
Les sept captives sont à présent face à une immense baie. Elles sont toujours nues, assises sur des sièges dans une matière qui ressemble à du plastique très résistant. Elles sont immobilisées par des sangles autour de leur torse, leurs bras, leurs poignets, leurs cuisses, leurs chevilles. Et même leur front. Un bâillon de cuir qui couvre leur bouche complète ce ligotage qui bloque tout mouvement et toute parole. Zork s’adresse à elles.
- J’ai tenu à ce que vous puissiez voir une dernière fois le monde qui vous a vu naître.
Le vaisseau s’élève lentement, le sol s’éloigne. La planète d’abord visible dans sa totalité diminue de taille. Plus rien ne la distingue des autres planètes. Le vaisseau accélère sort du système solaire. Les captives observent le soleil jusqu’à ce qu’il se confonde avec les autres étoiles de la galaxie.
Image
even more fun isn't it

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1939
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Concours d'histoires

Message par Mad Hatter »

Bien l'heure est venu de voter.
Je vote pour l'histoire de Gwenboyfriend, un univers calme et efficace, avec beaucoup de prises.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Bouya2

Re: Concours d'histoires

Message par Bouya2 »

Mad Hatter a écrit :Et bien l'avantage va à l'ombre, ton téléphone portable ne te permet pas de traiter le texte ? Un rapide transfert de brouillon sur l'ordinateur puis tu postes.
Non. J'ai un bon gros téléphone de merde. Pas de traitement de texte, clavier absolument pas du tout ergonomique, va lentement sur internet quelque soit le débit, et a une batterie qui ne tient que quelques heures (et c'est pas l'usure, je l'ai acheté en début septembre dernier). L'unique raison pour laquelle je le garde, c'est parce qu'il peut contenir une carte SIM française et une carte SIM espagnole, et que je peux passer de l'une à l'autre à volonté selon le pays avec lequel je communique.

Bon, vu que mon ordi marche un peu là, je vote pour l'histoire de Mad Hatter. Faire une histoire de bondage sans bondage, il fallait oser :lol:

Avatar de l’utilisateur
Utten
Passionné(e) de JdL
Messages : 226
Inscription : 20 janv. 2014, 08:09
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Localisation : 29

Re: Concours d'histoires

Message par Utten »

J'aime bien l'histoire de Gwenboyfriend mais je vais quand même voter pour L'Ombre. Non pas que ton histoire me déplaise Gwen - bien au contraire - mais j'ai trouvé l'histoire de L'Ombre plus évocatrice et quoi qu'il n'en paraisse plus orientée SF. Ca aurait mérité quelque chose de plus détaillé, et en prose, pas en vers, à mon goût. Je pense qu'il y avait vraiment quelque chose.

Mad Hatter, désolé pour toi, mais je n'ai rien compris à ton histoire... :S

Avatar de l’utilisateur
Mad Hatter
JdL, c'est ma vie
Messages : 1939
Inscription : 19 juil. 2013, 17:25
Ce que j'adore : Le jeu d'acteur, les bandes dessinées, les nouvelles, les ballades en vélo, l'histoire
Ce que je déteste : Le manque de respect envers autrui, les bettraves, les chiens quand ils veulent jouer avec les cyclistes ;p

Re: Concours d'histoires

Message par Mad Hatter »

:-) Tu n'as pas à être désolé Utten, j'avais prévu de faire d'autres chapitres, :roll: un jour peut être, j'avais décidé de faire découvrir le bondage à une espèce qui tombe sur une culture qui lui est totalement étrangère ( dans ma tête la colonie découverte se trouve sur Uranus ou Neptune ).

Sinon l'histoire saga CHOKOKOSMOS a de la gueule elle aussi.
De l'Ordre nait le Chaos.
Ou est-ce l'inverse ?
Jervis Tetch dans L'asile d'Arkham


Image
les synonymes de fou sont intéressants Image

Répondre